But to die as lovers may – to die together, so that they may live together

LEFANUAuteur irlandais du 19eme siècle, Joseph Sheridan Le Fanu m’avait séduite et étonnée avec son ouvrage Carmilla (en gros c’est un roman gothique-érotique-vampirique s’il faut le résumer en trois mots !). C’est en réalité le 4eme livre de lui que je lis même si cette fois ci, je suis quelque peu soulagée d’avoir achevé ma lecture qui n’avait pas débuté sous les meilleurs auspices. Il m’a fallu quelque temps pour être pleinement en phase avec l’intrigue. J’ai du attendre plus d’une centaine de pages pour commencer à bien situer les (nombreux) personnages mais au final je n’ai jamais éprouvé un intérêt très grand pour leurs mésaventures. Ma lecture fut comme des montagnes russes: engouement soudain puis des moments de flottement pour de nouveau être prise dans l’action. Je ne peux donc pas dire avoir aimé ce livre.

Pourtant j’ai une passion pour les romans qui se déroulent dans des lieux semi-clos et lugubres (manoirs gothiques) avec des intrigues tortueuses (Jane Eyre, Rebecca) et des personnages machiavéliques. Mais dans Les Mystères de Morley Court, je ne me suis guère prise au jeu. Les personnages ne m’ont pas vraiment plu.

Il y a tout d’abord Sir Richard Ashwood, un vieux hibou qui n’aime personne même pas ses propres enfants. (La caricature du tyran est quelque peu exagérée). D’ailleurs son fils Henry n’est pas mieux que lui: il dépense des fortunes en jeux de hasard sans pouvoir s’arrêter malgré des dettes titanesques. Enfin, Mary aime aveuglement son paternel et son frérot sans deviner qu’ils sont en train de manigancer un mariage forcé avec un riche parti derrière son dos. De vieux bonhommes libidineux et avares lui tournent autour sans qu’elle ne se doute de rien (elle a 22 ans tout de même). Le trait forcé des personnages est sans aucun doute voulu par l’auteur mais je n’ai pas apprécié cet excès de machiavélisme et ce manichéisme sans nuances.

Malgré un début difficile, j’ai davantage aimé le style de Le Fanu par la suite. C’est assez moderne dans les dialogues et ça ne manque pas de dynamisme. Néanmoins, faute d’engouement pour l’action qui se déroulait sous mes yeux, ma lecture ne fut pas des plus réussies. 

Les Mystères de Morley Court. (The Cock and Anchor: A Chronicle of Old Dublin City) Joseph Sheridan Le Fanu (1845). Editions Phébus.

carmilla

Je ne voulais pas quitter Le Fanu fâchée donc j’ai décidé de relire le livre par lequel je l’ai découvert : Carmilla (1872). Une centaine de pages maîtrisées à la perfection. Avant Dracula (1897), Carmilla a fait sensation en introduisant un vampire femelle séduisante et manipulatrice. J’avais été étonnée par la modernité de cette nouvelle fantastique car le sujet de l’homosexualité féminine est à peine voilé alors qu’on est au 19eme siècle ! A l’approche d’Halloween, cette seconde lecture fut parfaite ^^

Carmilla. Joseph Sheridan Le Fanu (1872). Le livre de poche. L’ebook est gratuit sur le site Nolim !

J’inaugure avec cet article une série de relectures qui me tiennent à cœur. Je souhaiterais relire les romans que je considère comme mes favoris bien que je ne les ai lus qu’une seule fois !

relectures2

Go the way of the dodo

9782742792139

Je voulais lire cet album jeunesse (mais loin d’être uniquement pour les enfants !) depuis que Matilda m’a intriguée avec ses éléphants miniatures. Et effectivement, ce splendide ouvrage regorge d’informations insoupçonnées ! Si j’attendais avec impatience le chapitre sur le Dodo (il était trop cool ce volatile!), je suis tombée plusieurs fois sur les fesses en découvrant des espèces dont je n’avais jamais soupçonné l’existence. Voici donc quelques uns de ces animaux disparus (paix à leur âme) qu’il aurait été chouette de pouvoir encore côtoyer de nos jours:

(J’ai choisi 6 animaux parmi les 27 présentés)

disparus1

- Le Megatherium Americanum était un Paresseux Géant (ce n’est pas peu dire, il mesurait près de 4 mètres!) qui vivait dans les forêts d’Amazonie avant de disparaître il y a 10 000 ans. Ces mammifères placentaires (je sors des mots savants héhé merci wiki) ne montaient pas aux arbres comme les paresseux actuels (l’arbre n’aurait pas supporté les 3 tonnes de la bête de toute manière!).

- Le Castoroide Ohioensis. Fermez les yeux et essayez d’imaginer un Castor Géant de 2,5 mètres de haut. Moi j’ai un peu de mal ! Espèce également disparue il y a 10 000 ans. Ce castor n’est cependant pas l’ancêtre direct de ceux que l’on connait aujourd’hui. 

- L’Aepyornis Maximus. L’oiseau le plus lourd de tous les temps (500kg) est l’Oiseau-Eléphant. L’espèce vivait uniquement sur l’île de Madagascar (puisqu’elle était incapable de voler x) et a disparu autour du 17eme siècle (datation incertaine). La légende voudrait que cette grande autruche soit l’Oiseau Rokh.

disparus2- Le Raphus Cucullatus. S’il y avait un classement des espèces disparues les plus populaires, le Dodo arriverait en tête ^^ Véritable légende, il devait être chouette à voir ce gros oiseau court sur pattes ! Il était d’ailleurs très docile et n’avait pas peur des hommes, ce qui a causé sa perte. Les Européens qui ont débarqué sur l’Ile Maurice l’ont préféré rôti même si sa viande n’était pas très bonne ! En 1700, l’espèce avait complètement disparu.

- Le Megaloceros giganteus était le plus Grand Cerf jamais répertorié. Du haut de ses 2 mètres, il devait aussi supporter ses encombrants bois de plus de 3,5 mètres. On le trouvait en Asie et en Europe.

- L’Elephas Falconeri. L’éléphant nain de Sicile était présent sur les îles de la Méditerranée. A l’âge adulte, il mesurait environ 60 centimètres ! Imaginer un petit éléphant nain comme animal de compagnie ! Apparemment sur ces îles méditerranéennes, beaucoup d’autres espèces avaient « rapetissé » comme l’hippopotame.

Ce livre est donc passionnant et surtout très bien documenté et concis. En même temps que l’on est émerveillé par cette abondance d’animaux étranges et inconnus, on est écœuré que l’Homme ait pu anéantir autant d’espèces au cours des siècles. En tout cas, je ressors moins bête de cet album superbement réalisé :p

Petites et grandes histoires des animaux disparus. Damien LAVERDUNT. Hélène RAJCAK. (2010). Acte Sud Junior.

dodo

* « Go the way of the dodo » (= « Dead as a dodo ») est une expression anglaise signifiant quelque chose qui est dépassé, qui n’est plus populaire.

It’s better to face madness with a plan

 

L’automne est ma saison préférée car j’aime les teintes que prennent les arbres, j’aime me glisser sous la couette avec un bon livre et un thé chaud, j’aime l’ambiance à l’approche d’Halloween. Plusieurs challenges ont été lancés à cette occasion (x) (x), je n’y participerai pas mais voici 2 livres et 1 film qui pourraient rentrer dans le thème !

BOOKS

1) La vague de polars scandinaves ne cesse de déferler depuis maintenant plusieurs années. Miséricorde est un roman danois qui met en scène des méfaits profondément odieux et pervers. C’est souvent le cas dans les romans policiers me direz-vous, mais ici la cruauté est à son paroxysme. La captive, une politicienne bien connue du public, croupit depuis des années dans une cage dans des conditions atroces. Cela semble même exagéré que les bourreaux soient à ce point abominables et prêts à tout pour se venger. J’avais d’ailleurs rapidement deviné leur identité.

C’est l’enquêteur Carl Morck et son nouvel assistant, Assad, qui m’ont fait m’accrocher au récit. Ils sont attachants et totalement opposés. Ce n’est pas le meilleur thriller sur Terre, mais il est plutôt plaisant voilà tout ;) (Comme je vous vends tellement bien les livres que je lis ! XD)

Miséricorde (Kvinden i buret). Jussi Adler-Olsen, 2007.

Untitled-8

2. J’avais envie d’un bon roman d’épouvante !  J’ai choisi Bird Box car il commence à faire pas mal parler de lui. Je ne vais pas le nier : j’ai plusieurs fois eu la frousse au cours de ma lecture mais je m’attendais à beaucoup mieux en terme d’intrigue!

Dans un futur plus ou moins proche, on ne peut plus sortir dehors sans se couvrir les yeux. L’Humanité tout entière se meurt. Les gens ont vu quelque chose qu’ils les ont horrifiés au point de se suicider ou de s’entre-tuer. Les derniers survivants restent terrés chez eux, ou s’aventurent dehors un bandeau sur les yeux pour chercher de quoi manger. Malorie a trouvé refuge dans une maison où vivent 6 autres personnes. Les fenêtres sont barricadées, les vivres réduits, l‘angoisse est à son comble. Et la jeune femme est enceinte et devra accoucher entre ces murs peu rassurants.

Le synopsis est plus qu’intriguant ! Mais j’ai trouvé que l’auteur écrivait  »à tâtons » comme si il était lui-même dans le noir. J’ai arrêté de me laisser prendre au jeu au bout d’un moment. Certes, je suis devenue parano, j’ai frissonné à plusieurs reprises. Mais pour moi ce roman manquait d’explications ou de révélations finales. Il y a une scène particulièrement horrible (vers la fin) que j’ai eu du mal à me représenter tant elle semblait incongrue et mal racontée. J’ai aussi préféré les flashback à la narration présente beaucoup trop lente. Le huis-clos dans cette maison est anxiogène : la survie jour après jour, la crainte de ce qu’il y a dehors, les conflits au sein du groupe. Tout cela est assez réussi.

Je n’ai pas adhéré à 100% à ce roman. Il est parfois maladroit. Je reconnais que son idée est originale et qu’elle est angoissante, mais j’aurais voulu plus d’informations sur le pourquoi du comment. Je n’aime pas rester dans le flou total U_U

Bird box. Josh Malerman, 2014.

Pan

J’ignorais tout en commençant ce film d’où ma surprise de tomber sur une histoire qui commence comme le prémisse d’un conte de fées avant de finalement se transformer en une image sans concession de l’Espagne franquiste. La jeune Ofélia est prise entre ce monde fantastique qui se meut dans la forêt magique et la pure violence de son beau-père (capitaine de l’armée franquiste) et de la dictature… Ce film est classé dans la catégorie « épouvante » (un genre que je ne regarde jamais d’habitude!) mais finalement l’horreur ne vient pas moins des créatures étranges que la petit fille rencontre, que de l’horreur du monde réel. J’ai plusieurs fois détourné les yeux tellement certaines scènes sont insoutenables (notamment les scènes de tortures). C’est un film que j’ai trouvé très étrange, très fantasmagorique. Je ne peux pas dire l’avoir aimé mais je n’ai pas été insensible aux effluves mystérieuses qu’il dégage.

El laberinto del fauno. Guillermo Del Toro (réal.), 2006.

September recap

sept

Il m’est venu l’envie d’écrire un bilan ! Chose que je ne fais plus très régulièrement depuis quelques temps. L’article s’annonce long alors n’hésitez pas à vous préparer un thé (ou café ou soda :P) si vous souhaitez en entamer sa lecture ^^

whatidid

Comme vous le savez, je suis partie à Rome au tout début du mois de septembre. Ces vacances m’ont fait un bien fou après avoir enchaîné l’année de Master 1 et trois mois de stage. Les glaces italiennes me manquent >< // Je n’habite pas loin du Parc Floral à côté du Château de Vincennes mais je ne pense jamais à y aller alors que l’entrée est gratuite la plupart du temps ! C’est un endroit paisible et beau quand le temps s’y prête // Apparemment c’est snob d’aller à Marks&Spencer ? J’ai entendu ça récemment U__U C’est surtout cool d’avoir un endroit où se ravitailler en nourriture anglaise. Et j’ai craqué – entre autres – pour cette boite de Shortbread ! Elle me sert désormais à ranger une (petite) partie de ma collection de thés // Je continue mes coloriages anti-stress aux motifs celtiques ! 

// L’arrivée de Netflix. J’aimerais prendre 5 minutes 25 lignes pour en parler si vous voulez bien ! Netflix était attendu comme le Messie par certains (d’autres ne connaissaient sans doute pas son existence) et par moi la première. Mes amies américaines me parlaient souvent de ce service de streaming qui remplaçait souvent leur télévision. Je regarde très peu la mienne. Je pourrais quasiment m’en passer si ce n’est pour utiliser mon lecteur DVD. C’est principalement mon ordinateur qui me sert de petite lucarne ^^ Alors pour moi, Netflix était une évidence même si je passais déjà par d’autres moyens pour regarder mes séries préférées (mais chut là!). Beaucoup de personnes ont critiqué immédiatement son catalogue français, certes beaucoup plus pauvre que celui d’autres pays. C’est principalement la faute des lois françaises qui ne permettent la diffusion en VOD d’un film que 36 mois après sa diffusion en salle contre 5 aux États-Unis, ce qui est complètement absurde ! Mais dans le catalogue FR, on peut tout de même trouver son bonheur en séries. Notamment l’excellent Orange is the new black (déjà vu auparavant), mais aussi New Girl (je vous en parle un peu plus bas dans l’article), Sherlock, Modern Family, The big bang theory, Chuck, Fargo… Je ne cite là que des séries que je connais bien et que je suivais déjà avant Netflix.

Je comprends totalement qu’on ne veuille pas s’inscrire à ce service si on en a pas l’utilité, mais j’ai eu l’impression d’être parfois moquée/prise de haut par certaines personnes de mon entourage pour ma soudaine lubie pour Netflix. Comme si payer pour du streaming, c’était quelque chose d’aberrant alors qu’on peut le faire gratis sur internet. C’est devenu tellement commun de dépenser zéro euro pour la culture U_U  La qualité et la flexibilité de ce site ne me fait pas regretter les 7,99€ que je débourserai dorénavant chaque mois (sans aucun engagement). Je peux switcher entre mon ordi, ma tablette, mon smartphone et reprendre mon épisode où je l’ai arrêté. Je peux découvrir des séries en un clic, revoir celles que j’adore. Sans compter la ribambelle de films des catalogues US, UK, CA. Car oui, il y a un moyen d’y accéder. Regarder des séries est une activité chronophage mais indispensable pour ma part, donc merci Netflix de me permettre de binge-watcher quand bon me semble, même si c’est à 2h du matin sous ma couette ;)

whatdread

L’autre activité dont je ne saurais me passer est la lecture bien entendu ! Il est loin le temps où je pouvais lire 7 à 10 livres par mois. Mais ce n’est pas plus mal ! Depuis que j’ai arrêté de m’imposer des challenges, des lectures communes, je savoure davantage ce que je lis. Je ne culpabilise plus si je n’ouvre pas un livre pendant 2/3 jours. Je faisais systématiquement des bilans mensuels il n’y a encore pas très longtemps. Et je comptais même le nombre de pages lues (quelle idée !). Maintenant je suis plus zen dans ma manière de lire et de bloguer ! Est-ce grâce aux coloriages anti-stress ? hihi

Ugly Love de Colleen Hoover. Je n’en ai pas parlé sur le blog car je l’ai lu pour le travail. C’est un roman New Adult c’est à dire un livre érotique pour adolescents (je déteste cette étiquette mais bon..). Mais c’est bien plus que cela. Il y a des passages vraiment beaux. J’ai même versé ma petite larme. Je lirai certainement d’autres romans de cette auteure.

Outlander (cliquez pour lire mon avis). La première partie de la saison 1 vient de s’achever. Ce n’est pas une révélation pour ma part mais je sais déjà que je regarderai la suite. Tout comme je veux l’intégrale 2 sur mes étagères au plus vite  (sortie le 08/10) !!

Miséricorde. Mon avis viendra probablement dans les prochains jours, si je ne change pas d’avis entre temps x)

L‘infortune de Kitty Grey (ici !). Une de mes romancières fétiches o/

NEW GIRL

tumblr_mxe5scX81K1t5f7l3o1_500

tumblr_mxyq4sVzZD1t4xq3uo1_500

Je ne sais pas quelle mouche m’a piquée en 2011 quand j’avais regardé le pilot de cette série sans éprouver le désir de la continuer ! J’ai perdu 3 ans de ma vie XD J’adooore Jess (Zoey Deschanel), cette petite poupée à la garde-robe tip-top qui me fait pouffer de rire pour pas grand chose ! A la base, rien de bien original: Jess emménage dans un loft à Los Angeles où vivent déjà 3 colocataires. Cette série me fait pourtant tellement rire ! La personnalité de Jess me plait énormément (et certaines de ses réflexions me parlent beaucoup x) mais j’apprécie aussi les 3 hommes de la série <3 Je passe bientôt à la saison 3.

Nouvelles séries testées: The Leftovers (difficile à comprendre mais prenante!), Luther (1er épisode très mal joué, intrigue illogique), Fleming, l’homme qui voulait être James Bond (reconstitution de la seconde guerre mondiale vraiment pas mal! Je continuerai cette série), Suits (affaires judiciaires assez compliquées). 

newyork

J’ai vu plusieurs films ce mois ci, mais c’est surtout sur Facebook que je vous en ai parlé (désolée pour les personnes qui n’utilisent pas ce réseau social). Celui qui m’a le plus plu est New York Melody (Begin Again), je vous recopie ici ma réaction à vif:

« Immense coup de coeur pour ce film et sa BO ! L’histoire est une ode à la musique, mais aussi à la ville de NY. Les chansons (écrites et enregistrées pour le film) sont juste DINGUES ! Je vais les écouter en boucle c’est certain ! Keira Knightley se révèle être une très bonne chanteuse. On assiste à l’enregistrement des chansons dans New York. On se balade dans la ville en écoutant de la musique. C’est un film que j’ai trouvé sublime et authentique. »

Mon avis n’a pas changé et j’ai écouté la bande-son maintes fois depuis !

musique

Mon mois de septembre n’a pas été très diversifié en terme de musique. Voici celles qui tournaient en boucle sur mon Ipod:

Cumbia Sobre El Mar – Quantic 

Jimmy - Moriarty

Redécouverte dans le film Gemma Bovery

Tell me if you wanna go home - Keira Knightley (BO Begin Again)

Coming Up Roses – Keira Knightley (BO Begin Again)

Ave Cesaria - Stromae

Pas une seule semaine depuis la sortie de son album sans que je n’écoute cette chanson. Je suis contente que le clip soit enfin sorti et j’aime bien son aspect  »film amateur ».

FIN

Voilà, je pense avoir fait le tour de mon mois de septembre ! Je reprends les cours la semaine prochaine, mon « activité culturelle » sera sans doute moins fournie en octobre donc ce n’est pas dit que je fasse un bilan le mois prochain.

Et vous, comment s’est passé votre mois de septembre ? :)

Bonjour

Faute d’inspiration, il y a peu d’articles depuis un certain temps. Pour que le blog ne tombe pas totalement en décrépitude, j’ai décidé de créer une nouvelle bannière. J’admire le blog de Marmelade de livres pour son design et ses montages, j’aimerais pouvoir en faire d’aussi beaux ! Mais voici à mon échelle, ce que je suis capable de faire ^^

Pour cette bannière, j’ai encore mis à l’honneur des peintres du XIXeme siècle. Et je n’ai pas résisté à la tentation de mettre carrément deux tableaux de Waterhouse.

montage

(Cliquez pour agrandir)

Avant d’arriver à ce final, j’ai hésité entre plusieurs autres images: en particulier une d’Oscar Wilde et des photos de famille. J’aime tellement mettre le nez dans les cartons remplis de photographies de ma grand-mère paternelle. Elles sentent tellement bon les années 50, la classe et l’élégance d’une époque <3 Mais j’ai finalement décidé de mettre uniquement des peintures sur le montage.

books&wordswordpress

En ce qui concerne les autres éléments ( »Little things », l’ours, les fleurs), j’ai cherché du côté de Deviantart et la galerie de @CinderellaSympton est une caverne d’Ali Baba. J’ai ensuite juxtaposé les choses à ma façon ~

Bye-bye ancienne bannière :D

thatmakeswonders

Qu’en pensez-vous ? :)