The disgrace of Kitty Grey

kitty

Mary Hooper est indéniablement une de mes auteures jeunesse favorites. Elle place ses histoires dans des contextes historiques si réels qu’on a l’impression d’y être. Elle a aussi le don d’aborder des sujets dont on ignore tout. Ainsi dans Waterloo Necropolis, nous étions propulsés au 19eme siècle et suivions le quotidien d’une pleureuse d’enterrement. Ou encore dans La messagère de l’au-delà, l’histoire prenait place au 17eme siècle et l’héroïne revenait d’entre les morts après une pendaison ratée (véritable histoire de Anne Greene). Chaque livre a le don de m’étonner. Mary Hooper montre la dure réalité de la vie. Elle n’épargne ni ses personnages, ni ses lecteurs. Et c’est appréciable de lire des intrigues à ce point matures et réfléchies en jeunesse.

1813. Kitty Grey est laitière à la campagne au service du manoir de Birdgeford. Elle aime sa vie, son métier et ses vaches. Elle a aussi un fiancé, Will, le passeur de la rivière. Alors qu’ils ont tout un tas de projets pour leur avenir, Will disparaît subitement. Kitty est persuadée qu’il l’a abandonnée et qu’il s’est rendu à Londres pour faire fortune. Qui plus est, Kitty se retrouve avec la petite sœur de son fiancé sur les bras. Elle voit une occasion de se rendre à Londres quand sa maitresse lui demande d’aller chercher un exemplaire du très populaire Orgueil et préjugés qui vient de paraître et qui fait un tabac. Prenant son courage à deux mains, elle a bien l’intention de retrouver Will et lui refourguer sa sœur et ses promesses d’amour. Mais elle ignore que la capitale est si grande et si dangereuse. A peine arrivée, elle se fait dérober son sac avec l’argent de sa maîtresse. S’ensuit une descente aux enfers qui la mènera jusqu’à la prison de Newgate.

Encore une fois, Mary Hooper dépeint toute la noirceur du genre humain et les conditions de vie déplorables à Londres et dans ses prisons. La misère de Kitty fait pitié à voir. Cette jeune fille si naïve et si respectable est complètement perdue dans cette ville gigantesque.

Dans les romans de Mary Hooper, nous apprenons toujours des détails historiques passionnants (bien que dramatiques dans le cas présent). Ici, il nous est raconté que pour un méfait anodin (voler une miche de pain), on pouvait faire un séjour en prison avec des détenus ayant commis des méfaits bien plus graves. Les femmes emprisonnées gardaient souvent leurs jeunes enfants auprès d’elles. Après la guerre d’indépendance, certains détenus étaient déportés en Australie pour y fonder des colonies pénitentiaires. Il fallait alors presque un année pour rejoindre ce pays. En 1789, le navire Lady Juliana transportait à son bord 222 femmes envoyées pour épouser et fonder une famille avec les détenus déjà présents sur place. Une partie du roman se passe à bord de ce bateau.

Si j’ai apprécié le contexte et les connaissances acquises dans ce livre, je dois dire que j’ai trouvé son intrigue trop vite résolue dans les trente dernières pages. Spoiler *Ici tout se termine bien. Tout le monde est heureux de nouveau. Tout est trop facile.* J’aurais voulu un final un peu plus approfondi et moins bisounours. Ca reste tout de même un roman que j’ai lu avec beaucoup d’intérêt et sur le même sujet, j’attends de voir la série TV "Banished" (merci Shelbylee pour l’information ^^) qui aborde aussi le sujet de la colonisation de l’Australie.

L’infortune de Kitty Grey – Mary Hooper. 2014. Les Grandes Personnes.

Outlander

outlander

Le livre de Diana Gabaldon

Intégrale 1 – Le Chardon et le Tartan

Non non, la promesse d’highlanders en kilt n’est pas l’unique raison pour laquelle j’ai commencé à lire ce roman U__U C’est plutôt à l’approche imminente de la série que je me suis dit qu’il fallait que je découvre à mon tour ce livre qui date [tout de même] de 1991 (l’année de ma naissance !). Pendant mes dix jours passés à Rome, je n’ai rien lu d’autre que ce monstre de 850 pages. Ce n’est pas la révélation escomptée, mais je dois reconnaître avoir développé un intérêt prononcé pour ces écossais roux à grandes gueules et au cœur tendre (pour certains) et en particulier pour le jeune Jamie. Je comprends enfin pourquoi il fait battre le coeur d’autant de personnes :p

En 1945, au lendemain de la guerre, Claire Randall retrouve le bonheur auprès de son mari dont elle avait été si longuement séparée. Féru d’histoire et de généalogie, Frank l’entraîne en Écosse sur la trace d’un de ses ancêtres. Jonathan Randall était officier anglais au 18eme siècle dans cette région alors occupée par l’armée anglaise. Claire ne se doute pas une seconde qu’elle va rencontrer l’arrière-arrière(…) grand-père de son mari en personne après s’être aventurée sur un site mégalithique qui la propulse directement en 1743. Ce voyage dans le temps impromptu (faites attention si un jour vous allez à Stonehenge par exemple, on sait jamais!) va mettre à l’épreuve son amour pour Frank à force de côtoyer le beau Jamie.

J’ai beaucoup aimé la confrontation des deux époques. Claire a dû mal à se fondre dans le décor et à rester bien gentiment dans un rôle de femme qui n’ouvre la bouche que lorsqu’on l’y autorise. Elle a du répondant et ne se laisse pas marcher sur les pieds. Ses compétences en médecine lui permettent de devenir guérisseuse au sein du clan Mackenzie mais elle espère pouvoir trouver un moyen de retourner au XXeme siècle.

Le roman n’est pas parfait. Je dirai même qu’il est trop long (l’intégrale regroupe les deux premiers tomes de la série), et c’est un peu répétitif. Néanmoins, il est indéniable qu’on ne peut qu’être séduit par l’histoire d’amour naissante. Jamie est particulièrement doué pour sortir des phrases ô combien séduisantes ! Je souriais souvent bêtement pendant ma lecture ^^’

J’ai réellement envie de savoir ce qui va se passer dans les 11 (?) prochains tomes. Je veux retourner en Écosse dans les bras de Jamie. J’ai néanmoins peur de ne jamais pouvoir finir une série aussi longue :/

La série TV

(6 premiers épisodes)

Si j’ai eu un peu de mal à entrer dans le premier épisode de la série qui était un peu lent, j’ai fini par développer une certain addiction à son égard.

Je dirai que la série TV est plus académique/"gentillette" que le roman. Dans le livre, les highlanders sont bien plus malpolis et ils tiennent souvent des propos grivois. L’érotisme viendra certainement dans les prochains épisodes. En tout cas, je dois dire que cette adaptation est pour l’instant très fidèle à ce que j’ai lu ! L’actrice choisie pour incarner Claire se rapproche de l’idée que je mettais faite d’elle. Je suis convaincue par sa performance (et il s’agit du premier rôle de Caitriona Balfe dans une série !). Sam Heughan qui interprète Jamie me plait beaucoup également ! Son accent !!! *o* Il y a une belle alchimie entre les deux et j’attends leur rapprochement avec impatience.

Vite la suite !

Veni, vidi, vici

Me voici fraîchement rentrée de Rome. La beauté de cette ville n’a pas manqué de m’époustoufler. Rome est gorgée d’Histoire et l’Antiquité y est encore bien visible. Notre location était à plus de 70km de la capitale, j’ai donc été 3 fois à Rome et le reste du temps, j’ai visité les villes alentours. Comme chaque année, vacances familiales riment avec marche. Un jour, nous avons parcouru 17km à pied >o<

Voici un petit aperçu de mon voyage !

IMG_20140911_121349Le fameux Colisée que l’on ne peut pas rater. Actuellement en restauration, seule une partie était visible. Plusieurs autres monuments étaient en travaux et cachés sous des échafaudages dont la Fontaine de Trevi (méconnaissable sans eau dans son bassin et recouverte de bâches) et L’église de la Trinité-des-Monts en haut de la Piazza di Spagna.

IMG_20140911_185930

Il y a beaucoup d’Obélisques et de colonnes à Rome. Celle de Trajane est sans doute la plus connue. Le bas-relief raconte "le déroulement des guerres que Trajan a menées en Dacie." (merci Wiki). Malheureusement, on ne peut pas s’en approcher trop près pour distinguer les reliefs de la frise. Sur la Piazza Venezia se trouve l’imposant monument à Victor-Emmanuel II. Appelé familièrement par les italiens "la Machine à écrire" car il est gigantesque !

IMG_20140911_183602

Nous avons bien évidemment été au Vatican malgré plus de deux heures dans la file d’attente. La Chapelle Sixtine est à ne pas rater. Michel-Ange a passé quatre ans à peindre le plafond de la chapelle. C’est simplement incroyable ! Nous aurions bien aimé nous attarder davantage dans les différents musées du Vatican mais il y avait tellement de monde qu’on avait l’impression d’être en heure de pointe dans le métro ! Je trouve ça vraiment dommage de piétiner comme un troupeau de vaches (si, si) et de ne pas pouvoir savourer la beauté des lieux et des œuvres exposées. J’ai tout de même pu voir la sculpture de Laocoon et de ses fils attaqués par des serpents. Cette oeuvre daterait du 1er ou 2eme siècle avant JC mais elle n’a été découverte que tardivement, en 1506.

IMG_20140911_190319

IMG_20140911_190156

Le lieu qui m’a le plus touchée est la Basilique St Pierre de Rome. Sans pour autant être croyante, je suis toujours impressionnée par les Eglises, les Basiliques, les Abbayes (..). Ce sont des lieux hors du temps et si paisibles. Cette basilique est à la fois majestueuse de part sa taille, et ô combien magnifique. Ce qui est impressionnant aussi c’est de savoir que 148 papes sont inhumés dans la Nécropole dont St-Pierre (vers 65) et Jean-Paul II (2005).

IMG_20140911_185758

IMG_20140911_185558

Nous avons réservé nos tickets pour visiter la célèbre Galerie Borghèse. Ce musée regroupe les œuvres acquises par la famille Borghese. Dans cette collection d’art, on trouve des peintures de Caravaggio (David et Goliath), de Raphael (La Fornarina, La dame à la licorne..), des sculptures de Canova (Vénus Victrix), de Bernini (Apollon et Daphné) etc..

IMG_20140911_184911

IMG_20140911_184206

A Fossona, à 5 kilomètres du vacarme de la grande ville se trouve une petite abbaye bénédictine (IXeme siècle). Le cloitre est particulièrement joli. Le temps semble s’y être figé.

IMG_20140911_185435 IMG_20140911_185336 IMG_20140911_185226

Nous avons encore davantage remonté dans le temps en nous rendant à Ostia Antica (Ostie). Ce fut la ville portuaire la plus importante de la Rome Antique et elle aurait été fondée vers 335 avant JC. C’est tout aussi sensationnel que Pompéi et Herculanum. On peut s’imaginer la vie de ces gens (il y aurait eu jusqu’à 60 000 personnes vivant ici) à travers les ruines des habitations, les termes, les thermopolium (tavernes qui servaient des repas et des boissons chaudes), le forum.. Une civilisation enfouie mais encore bien distincte.

Photos en vrac :

IMG_20140911_183511  IMG_20140911_121447

IMG_20140911_190044 IMG_20140911_185124

IMG_20140911_185017

J’espère que ce petit tour d’horizon de mes vacances romaines vous aura plu !

Dans un tout autre genre, je reviens bientôt vous parler d’écossais roux dans une chronique :P

Memory is a cruel mistress with whom we all must learn to dance

GARDEN

J’ai terminé Le jardin des secrets le week-end dernier, voici tardivement mes impressions sur ce roman fleuve de plus de 600 pages qui m’a occupée un certain temps ! Il est question d’un secret de famille bien enfoui depuis plus de cent ans et de trois générations de femmes qu’on suit à trois époques différentes (1900, 1975 et 2005). Le récit fourmille de révélations, de petites intrigues emboitées les unes dans les autres. L’histoire est tellement dense, si imposante que je me suis un peu perdue en elle. J’aime les récits à plusieurs points de vue (encore plus lorsqu’on passe d’une époque à une autre) mais souvent cette accumulation d’informations nouvelles m’embrouillent l’esprit. C’est un roman à multiples tiroirs, il faut bien s’accrocher, ne rien laisser passer. Dans l’ensemble, j‘ai apprécié ma lecture. C’était souvent prenant et émouvant (quoique parfois un peu tiré par les cheveux. Je n’aime pas quand on parle destin…) cependant, je ne sais pas si je me souviendrais dans quelques années de l’imbroglio de cette intrigue à l’image des Brumes de Riverton de la même romancière, lu il y a quelques années mais dont je serai bien incapable d’en résumer l’histoire maintenant !

movies

Les comédies anglaises c’est un peu mon péché mignon, j’en consomme sans modération. Il faut dire que ma référence suprême est Rowan Atkinson avec qui j’ai grandi à travers l’écran de télévision. Je n’ai pas une grande culture télévisuelle mais Mr Bean reste mon plus grand souvenir. C’est grâce à cette série qu’est né mon goût pour l’humour britannique. Tout ça pour dire, que je ne rate pas une occasion de regarder des films anglais. J’en ai visionné deux au cours de ces derniers jours. Leur point commun ? Colin Firth et Rupert Everett sont présents dans l’un et dans l’autre. C’était ma motivation première pour les visionner je l’avoue, mais ce sont deux films totalement différents mais ô combien hilarants chacun à sa manière !

1

L’humour d’Oscar Wilde n’a pas pris une ride. C’est pour cela qu’on peut si facilement adapter ses pièces encore aujourd’hui. The importance of Being Earnest (L’importance d’être constant) m’avait fait hurler de rire lorsque je l’avais lu mais je n’avais pas encore vu d’adaptations. C’est désormais chose faite et je suis ravie d’avoir trouvé des acteurs que j’apprécie énormément dedans : Colin Firth (que serait le cinéma anglais sans lui ?! :P), Rupert Everett (que je ne connais pas très bien mais que j’apprends à connaître!), Reese Witherspoon (…). Ne vous attendez pas à un film très fidèle sur la forme (les dialogues le sont, l’ambiance moins). Certes, les grandes lignes de l’intrigue sont bien là, cependant il y a une prise de liberté avec les conventions du XIXeme siècle. On sent tout de même la pâte de Wilde derrière tous ces quiproquos. C’est un bon divertissement sans prise de tête avec des scènes assez mythiques comme celle ci: 

2

St Trinian’s est un peu "le Poudlard des gitans". C’est Annabelle qui le dit au début de l’histoire quand elle est lâchement abandonnée par son père au seuil de ce pensionnat peu accueillant. C’est un véritable nid à bizarreries (ce n’est même pas possible de décrire le bordel monstre qui y règne, il faut le voir pour y croire x) Malgré leurs manières détestables/affligeantes/insolites, toutes ces filles forment une grande famille même si elle se complaisent à se haïr. Derrière tout ce bazar apparent se dessine une intrigue qui tient la route et qui est franchement drôle ! Et les acteurs… Que de têtes familières ! Je connais mal Rupert Everett, mais il a un fort potentiel comique et ne joue pas un mais deux rôles différents ici ! Colin Firth est aussi un bon élément (et j’ai adoré les références non voilées à Orgueil & Préjugés x) mais ce sont surtout toutes les jeunes actrices qui font la réussite de St Trinian’s. Je n’aime pas trop les films français dans lesquels il y a des enfants. Ca sonne souvent faux (sauf exception j’imagine..) alors qu’ici leur jeu est impeccable même celui des plus jeunes. J’ai vraiment beaucoup ri. Certes, ce n’est pas de l’humour très fin et il y a de grosses ficelles mais ça fait du bien parfois de rire pour des âneries ! Oui je le dis et je le revendique xD Donc pour sa bonne humeur, St Trinian’s rejoint sans tarder mon palmarès de comédies à visionner au moins une fois par an pour décompresser. Un peu comme Joyeuses Funérailles qui est un de mes films chouchou. Et il y a une suite ! Il faut que je la regarde au plus vite !

Des comédies anglaises à me recommander ? :D

books

Il y a bien longtemps (depuis mai) que je n’ai pas présenté mes achats livresques ici. Je le fais généralement sur la page Facebook consacrée au blog mais tout le monde n’est pas sur ce réseau social donc j’ai décidé de regrouper tous mes achats de ces derniers mois dans un article ! Malgré les apparences, j’achète beaucoup moins de livres qu’auparavant. Je travaille actuellement près d’un énorme centre commercial avec la Fn*c et Cult*ra et je n’ai RIEN acheté depuis trois mois alors que j’y vais assez souvent ! Cette déclaration sera sans doute bientôt erronée puisque la semaine prochaine le roman Outlander de Diana Gabaldon est réédité et je me laisserai certainement tenter ^^

Presque la totalité des livres que je m’apprête à vous présenter sont en anglais. S’ils ont été traduits, je vous le signalerai. C’est devenu un réflexe de privilégier l’achat d’un roman anglophone dans sa langue originale. Surtout quand il s’agit de littérature contemporaine ou de romans jeunesse. Je suis beaucoup moins à l’aise avec la lecture de classiques en anglais, mais ça viendra :)

IMG_20140816_191227

J’ai lu et adoré il y a quelques semaines Letters From Skye (Une lettre de vous) en version numérique, il me fallait à tout prix une version papier de ce sublime roman épistolaire ! La couverture me plait bien finalement même si j’ai beaucoup hésité avant de la prendre. J’ai ensuite commandé en occasion deux romans d’une écrivaine jeunesse/historique qui me plait énormément depuis plusieurs années. J’ai déjà lu en français Newes from the Dead (La messagère de l’au-delà) et je compte le relire bientôt ! The Fever and the fame (je ne sais pas s’il a été traduit) a été acheté après avoir lu l’avis de Matilda.

IMG_20140816_190850

Regardez moi cette jolie édition de A room with a view (Avec vue sur l’Arno) de Forster ! Il me tarde de le découvrir après ma lecture récente de Maurice ! J’ai ensuite commandé deux Flipbacks en soldes sur The Book Depository: Sense and Sensibility (Raison et sentiments). Mon premier Jane Austen lu et celui que je considère toujours comme mon préféré. Et le roman semble-t-il très drôle Shades of Grey (La tyrannie de l’arc-en-ciel) de Jasper Fforde. Ce format est très pratique à transporter et trop mimi !

IMG_20140816_190131

Mes trouvailles chez Book-off, Boulinier et Gibert !

IMG_20140814_172700

Ma quatrième édition de Jane Eyre de Charlotte Brontë. La troisième en anglais..et pour l’instant je ne l’ai lu qu’en VF (a) Cette édition de la BBC m’a couté qu’1€ donc je ne pouvais pas la laisser là-bas !

IMG_20140814_192759

Drooood de Dan Simmons ! Enfin trouvé, même si je pense avoir quelques difficultés de compréhension surtout qu’il fait plus de neuf cent pages mais le synopsis me plait énormément. Comme tout ce qui se passe à l’époque victorienne :D J’ai également pris la biographie de Shakespeare apparemment excellente écrite par Peter Ackroyd.

IMG_20140816_190756

J’ai une confession à faire : j’ai détesté Virgin Suicides de Sofia Coppola comme tous ses films (sauf Lost in translation). Mais le roman revient souvent sur les chaines Youtube anglophones et il est le roman favori de plusieurs booktubeuses donc… Je lui laisse sa chance de me surprendre ! J’ai lu récemment un article sur Pierre Desproges dans Télérama et ça m’a donné envie de me pencher sur son oeuvre. J’ai déjà lu quelques extraits de ce manuel dans le métro tout à l’heure et ça m’a bien plu ^^ L’épée de vérité de Terry Goodkind est un roman fantasy très connu ! Je sais qu’il a été réédité depuis dans une plus belle édition mais bon, il était devant mes yeux donc je l’ai pris o/

IMG_20140816_190649

Robert Goolrick est un auteur américain dont l’oeuvre m’attire beaucoup alors que je n’ai lu que Une femme simple et honnête de lui jusqu’à maintenant. Je possède également sur mes étagères son roman Féroces (sorti en poche depuis) et je viens de me trouver d’occasion Arrive un vagabond !

IMG_20140816_190521

Alexandra va être ravie de ma trouvaille aujourd’hui chez Boulinier ! J’ai trouvé un roman d’Alexander McCall Smith ! Et en plus, il s’agit du premier tome de la série Mma Ramotswe détective.

IMG_20140816_190502

Tracy Chevalier est l’une de mes romancières chouchou ! J’ai lu cinq livres d’elle et Burning Bright (L’innocence) sera mon premier en anglais. La couverture est très jolie.

Voici donc tous les romans que j’ai récoltés ces derniers mois ^^ Qu’en pensez-vous ?