halloween

tumblr_mc5rnqeiCQ1rogb13o3_500

J’ai concocté en vitesse un article en l’honneur de ce jour satanique ^^ J’ai toujours plus ou moins fait quelque chose pour Halloween. Pas des choses grandioses, ni de fêtes costumées, non. Mais simplement un délicieux repas dans le thème (toute occasion est bonne pour se goinfrer régaler chez moi!). Cette année, on ne déroge pas à la règle.

Il y a 3 recettes que j’aimerais tester ce week-end. Pinterest regorge d’idées de folies à base de citrouille et puisque j’aime ça, je vais tenter de faire celle-ci ce soir. Toujours dans le thème des cucurbitacées, celle-là sera trop mignonne à réaliser. Et enfin, un cheesecake au chocolat ne sera pas de refus ! Je tiens à préciser que mon week-end s’étendra sur 4 jours… 3 desserts en 2 jours, ça aurait peut être fait trop… ou pas. Don’t judge me !

Si jamais le rendu de ces recettes n’est trop lamentable, je mettrai des photos sur Instagram (@peachblues) ou à la suite de cet article :D

Mon planning Halloweenesque est certainement trop ambitieux et je vais finir par regarder des comédies légères à la place (ou Kaamelott pour la 45eme fois). Mais j’ai très très envie de regarder au moins 2 films dans la liste ci-dessous ^^

programme

IMG_20141030_175404…En fait, je ne compte pas regarder des films d’horreur car j’en suis tout bonnement incapable (rien que l’évocation d’histoire de fantômes me fait blêmir >o<). Je suis une vraie poule mouillée alors ne me parlez pas de American Horror Story ou de Rec. En revanche, je ne dis pas non à un Tim Burton. A vrai dire From Hell n’en est  pas un (même si je me trompe souvent), mais l’histoire de Jack l’Éventreur est pas mal effrayante, non ? Obsession morbide pour ce tueur en série victorien.. Pour rester dans le macabre, Sleepy Hollow retrace la légende du Cavalier sans tête. Je peux vous avouer quelque chose ? Je n’ai ENCORE jamais vu ces deux films bien que je possède les DVDs depuis des années U_U et puis maintenant qu’ils sont disponibles en un clic sur Netflix, je n’ai plus d’excuses !

IMG_20141030_175543

Johnny Depp est le fil rouge des films que je souhaite regarder, je me rends compte ! Pourtant l’acteur et son réalisateur fétiche, Tim Burton, m’ont tous les deux déçue ces dernières années. Depuis Alice au pays des Merveilles en fait. Heureusement, il est toujours possible de revoir leurs films antérieurs ! Les Noces Funèbres s’accorde bien avec le 31 octobre ^^ Sweeney Todd est une comédie musicale bien sanglante (si bien que je dois fermer les yeux lorsque le rasoir passe trop près de la gorge des pauvres malheureux !). IMG_20141030_181033Et enfin, je me revisionnerai bien les Pirates des Caraïbes (que je n’ai pas tous vus) et savourer la bande-son des films.  AH et j’oubliais ! J’ai d’une certaine façon promis à une amie de me mettre aux films MARVEL. Inculte que je suis, je n’ai jamais regardé Avengers, Thor, Iron Man, ni lu les comics éponymes, ni la biographie de Stan Lee … xD Il est temps d’y remédier. Si je parviens à regarder un de ces films pendant le week-end, je serai déjà contente. Peut être le premier Iron Man même si on est loin de l’esprit d’Halloween !

Je me donne pour objectif de regarder au moins deux films parmi ces titres, mais sinon ce n’est pas grave, je pourrais les voir à tout moment de l’année ;)

whatelse

Sinon, ça sera 4 jours cocooning (même si j’ai prévu une expo en début de semaine, en espérant avoir la force de sortir xD) avec un livre dans une main, une tasse de thé dans l’autre, la tablette sur les genoux, une assiette de cupcakes à proximité. Un agréable week-end en perspective (ne me traitez pas de larve en stagnation, attention ! è_é). Je ne lis pas particulièrement de romans effrayants pour l’occasion: simplement Matilda de Roald Dahl ^^

Et vous, quels sont vos plans ?

Bon 31 octobre, mes petits monstres !

tumblr_mvi4078JTa1rw872io2_500

Toute créature a besoin d’un refuge

stdeman

(J’écoute )

Quelques années après la première guerre mondiale, Tom remet les pieds en Australie et est engagé comme gardien de phare. De brefs congés tous les trois ans, et seul sur l’île de Janus le reste de l’année (sauf ravitaillement en vivres chaque trimestre), cet endroit paisible permet à Tom d’oublier tant bien que mal les horreurs de la Grande Guerre et surtout sa culpabilité d’être revenu vivant alors que beaucoup de ses camarades ont péri. Il apprécie sa solitude nouvelle, le bruit des vagues qui remplace celui des bombardements et des gémissements d’agonie. Lors d’une permission sur le continent, il rencontre Isabel, une jeune fille de bonne famille à peine majeure. Isabel est insouciante, joyeuse, radieuse. Tout le contraire de Tom mais l’amour leur tombe dessus sans qu’ils ne s’y attendent. Les jeunes mariés retournent sur leur île. Fausses couches après fausses couches, Isabel et Tom ont peu d’espoir de devenir parents un jour. Jusqu’à ce qu’un miracle se produise : une barque échoue sur l’île avec à son bord, un bébé et un homme mort. Ils décident de ne rien dire aux autorités, de garder l’enfant et de vivre dans le mensonge.

Une vie entre deux océans renferme une histoire qui met, d’une certaine façon, le lecteur mal à l’aise. Nous sommes pris au piège entre deux familles. On comprend les arguments de l’une et de l’autre sur le bien-être de l’enfant. Grace/Lucy doit-elle être rendue à sa mère biologique anéantie depuis trop d’années ? Ou bien doit-elle rester au sein de ce couple qui a toujours voulu un bébé ? Les 520 pages de ce roman reposent sur ce dilemme complexe et déchirant. Isabel et Tom ont commis une faute, mais n’est-il pas cruel de leur arracher leur fille adoptive ? Ces questions insolubles et délicates sont au coeur de l’intrigue.

Cette histoire est prenante et très bien écrite. A aucun moment, elle n’est clichée. L’auteure retranscrit bien les failles de ses personnages : ils ne sont pas exempts de pensées égoïstes mais c’est ce qui les rend aussi attachants et humains. Il y a beaucoup de beaux passages sur l’amour maternelle et sur ce qu’une mère est prête à faire pour son enfant. C’est poignant.

L’unique reproche que je ferai à ce roman est sa fin un peu trop rapide. Le passage final (dans les années 50) est assez déroutant également. Mais dans l’ensemble, j’ai passé un excellent moment de lecture. Merci Sybille de m’avoir offert ce livre dont j’ignorais tout !

stedman2

« Il suffit de pardonner une fois. Tandis que la rancune, il faut l’entretenir à longueur de journée, et recommencer tous les jours. Il faudrait que je fasse une liste pour m’assurer que je hais bien tous ceux qui m’ont causé du tort. (…) On a tous la possibilité de pardonner.»

transition

film

tumblr_n5xu0n9fa61s8ccbto9_250

Je mets un point d’honneur à regarder chaque nouveau film de Woody Allen. Pourtant, je ne suis pas toujours fan de ce qu’il produit (To Rome With Love fut un fiasco pour moi) mais généralement je trouve ses films plaisants et frais. Si mon préféré de son œuvre (que je n’ai pas vu entièrement) reste Whatever Works, j’ai vraiment beaucoup aimé Magic in the Moonlight ! Emma Stone et le séduisant (on ne le dit jamais assez!) Colin Firth forment un duo des plus comiques ! La magie, la voyance et les années folles sont autant de thèmes que je trouve passionnants. C’est une comédie sans prétention avec de belles réflexions sur les mystères de l’illusion et de l’amour.

Inventaire de mes envies

listeVoici une sélection non-exhaustive des livres de ma bibliothèque qui me font le plus envie à ce jour. Je les ai classés selon plusieurs catégories totalement subjectives. Sachant que ma Pile à Lire dépasse allégrement les 300 ouvrages (je ne les ai pas recomptés depuis longtemps d’ailleurs !), ce ne fut pas aisé d’en choisir 30. Mes envies changent beaucoup, ce n’est pas dit que le mois prochain, mes choix soient les mêmes.

classiquefr

* Une vie de Maupassant. Comme souvent en ce qui concerne les classiques, il y a deux catégories de personnes : celles qui se sont ennuyées comme des rats morts, et celles pour qui ce roman a changé leur vie. A voir de quel côté je me place !

* Les 3 mousquetaires de Dumas. J’avais déjà tenté de le lire, mais je ne me souviens plus pour quelle raison j’avais abandonné ma lecture. A reprendre !

* La bête humaine : de tous les romans de Zola, c’est celui ci qui m’attire le plus.

classicétranger

* Qu’elle était verte ma vallée de Richard Llewellyn est un classique anglais peu connu en France (l’adaptation de John Ford est sortie en 1941) et qui raconte les dures conditions de travail et de vie des mineurs du Pays de Galles.

* Ruth pour redécouvrir Gaskell après avoir passé un excellent moment avec Nord et Sud !

* L’Appel de Cthulhu, la nouvelle fantastique de l’Américain Lovecraft.

romansnoirs

* Misery, de Stephen King. Je connais déjà les grandes lignes de cette histoire et j’ai vu des extraits du film, mais j’ai envie d’être effrayée de nouveau !

* L’oeil de la lune, le second tome de cet auteur anonyme et totalement barré ! Une série sanglante, drôle et intrigante.

* Le poète, pour découvrir Michael Connelly avec son roman le plus connu et, parait-il, le plus apprécié !

historiques

* Dans l’ombre des Tudors (Wolf Hall), d’Hilary Mantel. Je possède plusieurs romans à propos de la dynastie des Tudors mais j’aimerais lire celui ci en premier même si je le possède en VO et que la lecture ne sera sans doute pas aisée.

* The Soldier’s wife, de Margaret Leroy. Romance pendant la seconde guerre mondiale. Depuis mon coup de cœur pour Letters from Skye, je recherche ce type d’histoires.

* Longbourn, de Jo Baker. Une réécriture d’Orgueil et préjugés du point de vue des domestiques. Je souhaiterais lire davantage « d’austeneries ».

romance

* Letters from home, de Kristina McMorris. Encore une fois, il s’agit d’un roman épistolaire pendant la WWII. Légère obsession ? x)

* Daphné et le Duc de Julia Quinn. C’est rare que des harlequin me fassent envie, exception faite pour les romans de Julia Quinn surnommée la Jane Austen moderne (mais bien sur…).

* Slammed de Colleen Hoover. Agréablement surprise par son roman Ugly Love, hâte de lire cette romance-érotique pour jeunes adultes (New Adult).

YA

* Matilda, pour tout simplement découvrir ENFIN la plume de Roald Dahl.

* Forbidden de Tabitha Suzuma car le sujet m’intrigue et qu’il est trop peu souvent abordé en littérature (inceste/amour entre un frère et une soeur).

* Clockwork Prince, de Cassandra Clare. J’avais eu un gros coup de coeur pour le premier tome de cette série qui se passe dans une Angleterre Victorienne revisitée !

nonfiction

* If Walls could talk, de Lucy Worsley répond à des questions hautement importantes comme « Pourquoi le papier toilette à mis deux siècles à se démocratiser ? » ou « Pourquoi au Moyen Age les gens dormaient assis ? » hihi

* How to be a victorian, de Ruth Goodman pour en apprendre toujours plus sur l’époque victorienne !

* Ce que je suis en réalité demeure inconnu, afin d’appréhender Virginia Woolf qui m’intimide beaucoup! Lire ses lettres me permettra peut être d’entrer plus facilement dans son oeuvre par la suite.

relecture

Six romans que je considère comme mes livres chouchou et qu’il me faut relire à tout prix ! (Rebecca, De pierre et de cendre, Des souris et des hommes, La nuit des temps, La jeune fille à la perle et Prodigieuses Créatures)

futurelectures

* La trilogie berlinoise de Philip Kerr qui n’a cessé de me faire de l’oeil depuis son achat mais que je compte vraiment lire dans les prochaines semaines/mois !

* Birdsong, de Sebastian Faulks après avoir lu l’avis de MelleAurel. Encore une fois c’est un livre qui n’a pas fait beaucoup de bruit en France sous le nom « Les Chemins de feu » mais qui est très populaire dans les pays anglophones !

* What happens in London, encore une romance légère de Julia Quinn que j’aimerais pouvoir caser dans les prochaines semaines !

*

Il n’est pas dit que je lise tous ces livres prochainement mais j’avais besoin de dépoussiérer ma liste d’envies pour y voir plus clair ^^

Découverte de Loreena McKennitt que je souhaite partager avec vous ! Bon dimanche :)

But to die as lovers may – to die together, so that they may live together

LEFANUAuteur irlandais du 19eme siècle, Joseph Sheridan Le Fanu m’avait séduite et étonnée avec son ouvrage Carmilla (en gros c’est un roman gothique-érotique-vampirique s’il faut le résumer en trois mots !). C’est en réalité le 4eme livre de lui que je lis même si cette fois ci, je suis quelque peu soulagée d’avoir achevé ma lecture qui n’avait pas débuté sous les meilleurs auspices. Il m’a fallu quelque temps pour être pleinement en phase avec l’intrigue. J’ai du attendre plus d’une centaine de pages pour commencer à bien situer les (nombreux) personnages mais au final je n’ai jamais éprouvé un intérêt très grand pour leurs mésaventures. Ma lecture fut comme des montagnes russes: engouement soudain puis des moments de flottement pour de nouveau être prise dans l’action. Je ne peux donc pas dire avoir aimé ce livre.

Pourtant j’ai une passion pour les romans qui se déroulent dans des lieux semi-clos et lugubres (manoirs gothiques) avec des intrigues tortueuses (Jane Eyre, Rebecca) et des personnages machiavéliques. Mais dans Les Mystères de Morley Court, je ne me suis guère prise au jeu. Les personnages ne m’ont pas vraiment plu.

Il y a tout d’abord Sir Richard Ashwood, un vieux hibou qui n’aime personne même pas ses propres enfants. (La caricature du tyran est quelque peu exagérée). D’ailleurs son fils Henry n’est pas mieux que lui: il dépense des fortunes en jeux de hasard sans pouvoir s’arrêter malgré des dettes titanesques. Enfin, Mary aime aveuglement son paternel et son frérot sans deviner qu’ils sont en train de manigancer un mariage forcé avec un riche parti derrière son dos. De vieux bonhommes libidineux et avares lui tournent autour sans qu’elle ne se doute de rien (elle a 22 ans tout de même). Le trait forcé des personnages est sans aucun doute voulu par l’auteur mais je n’ai pas apprécié cet excès de machiavélisme et ce manichéisme sans nuances.

Malgré un début difficile, j’ai davantage aimé le style de Le Fanu par la suite. C’est assez moderne dans les dialogues et ça ne manque pas de dynamisme. Néanmoins, faute d’engouement pour l’action qui se déroulait sous mes yeux, ma lecture ne fut pas des plus réussies. 

Les Mystères de Morley Court. (The Cock and Anchor: A Chronicle of Old Dublin City) Joseph Sheridan Le Fanu (1845). Editions Phébus.

carmilla

Je ne voulais pas quitter Le Fanu fâchée donc j’ai décidé de relire le livre par lequel je l’ai découvert : Carmilla (1872). Une centaine de pages maîtrisées à la perfection. Avant Dracula (1897), Carmilla a fait sensation en introduisant un vampire femelle séduisante et manipulatrice. J’avais été étonnée par la modernité de cette nouvelle fantastique car le sujet de l’homosexualité féminine est à peine voilé alors qu’on est au 19eme siècle ! A l’approche d’Halloween, cette seconde lecture fut parfaite ^^

Carmilla. Joseph Sheridan Le Fanu (1872). Le livre de poche. L’ebook est gratuit sur le site Nolim !

J’inaugure avec cet article une série de relectures qui me tiennent à cœur. Je souhaiterais relire les romans que je considère comme mes favoris bien que je ne les ai lus qu’une seule fois !

relectures2

Go the way of the dodo

9782742792139

Je voulais lire cet album jeunesse (mais loin d’être uniquement pour les enfants !) depuis que Matilda m’a intriguée avec ses éléphants miniatures. Et effectivement, ce splendide ouvrage regorge d’informations insoupçonnées ! Si j’attendais avec impatience le chapitre sur le Dodo (il était trop cool ce volatile!), je suis tombée plusieurs fois sur les fesses en découvrant des espèces dont je n’avais jamais soupçonné l’existence. Voici donc quelques uns de ces animaux disparus (paix à leur âme) qu’il aurait été chouette de pouvoir encore côtoyer de nos jours:

(J’ai choisi 6 animaux parmi les 27 présentés)

disparus1

- Le Megatherium Americanum était un Paresseux Géant (ce n’est pas peu dire, il mesurait près de 4 mètres!) qui vivait dans les forêts d’Amazonie avant de disparaître il y a 10 000 ans. Ces mammifères placentaires (je sors des mots savants héhé merci wiki) ne montaient pas aux arbres comme les paresseux actuels (l’arbre n’aurait pas supporté les 3 tonnes de la bête de toute manière!).

- Le Castoroide Ohioensis. Fermez les yeux et essayez d’imaginer un Castor Géant de 2,5 mètres de haut. Moi j’ai un peu de mal ! Espèce également disparue il y a 10 000 ans. Ce castor n’est cependant pas l’ancêtre direct de ceux que l’on connait aujourd’hui. 

- L’Aepyornis Maximus. L’oiseau le plus lourd de tous les temps (500kg) est l’Oiseau-Eléphant. L’espèce vivait uniquement sur l’île de Madagascar (puisqu’elle était incapable de voler x) et a disparu autour du 17eme siècle (datation incertaine). La légende voudrait que cette grande autruche soit l’Oiseau Rokh.

disparus2- Le Raphus Cucullatus. S’il y avait un classement des espèces disparues les plus populaires, le Dodo arriverait en tête ^^ Véritable légende, il devait être chouette à voir ce gros oiseau court sur pattes ! Il était d’ailleurs très docile et n’avait pas peur des hommes, ce qui a causé sa perte. Les Européens qui ont débarqué sur l’Ile Maurice l’ont préféré rôti même si sa viande n’était pas très bonne ! En 1700, l’espèce avait complètement disparu.

- Le Megaloceros giganteus était le plus Grand Cerf jamais répertorié. Du haut de ses 2 mètres, il devait aussi supporter ses encombrants bois de plus de 3,5 mètres. On le trouvait en Asie et en Europe.

- L’Elephas Falconeri. L’éléphant nain de Sicile était présent sur les îles de la Méditerranée. A l’âge adulte, il mesurait environ 60 centimètres ! Imaginer un petit éléphant nain comme animal de compagnie ! Apparemment sur ces îles méditerranéennes, beaucoup d’autres espèces avaient « rapetissé » comme l’hippopotame.

Ce livre est donc passionnant et surtout très bien documenté et concis. En même temps que l’on est émerveillé par cette abondance d’animaux étranges et inconnus, on est écœuré que l’Homme ait pu anéantir autant d’espèces au cours des siècles. En tout cas, je ressors moins bête de cet album superbement réalisé :p

Petites et grandes histoires des animaux disparus. Damien LAVERDUNT. Hélène RAJCAK. (2010). Acte Sud Junior.

dodo

* « Go the way of the dodo » (= « Dead as a dodo ») est une expression anglaise signifiant quelque chose qui est dépassé, qui n’est plus populaire.