Mes dernières activités livresques #2

passemiroirCe roman jeunesse est sorti en 2013, et (quasiment) tout le monde s’accorde à dire qu’il est extraordinaire. Pour beaucoup ce fut une révélation. Est-ce que cette lecture fut aussi intense pour moi ? Oui ! Du moins, je lui reconnais des qualités indéniables comme par exemple, un monde imaginaire fouillé, et unique en son genre. Ca fait longtemps que je n’avais pas lu un roman jeunesse aussi novateur. De plus, Christelle Dabos a su donner vie à ses personnages. En un rien de temps, ils nous deviennent familiers. Une telle maitrise dans le style et l’imaginaire est d’autant plus impressionnante qu’il s’agit du premier roman de l’auteure !

L’héroïne Ophélie est vraiment atypique et bien loin des protagonistes habituels de part son caractère et son physique. Elle possède la faculté de lire le passé des objets qu’elle touche. Ainsi sous ses yeux, elle peut entrapercevoir les pensées les plus intimes de toutes les personnes ayant possédé, ou simplement effleuré l’objet en question. Elle peut également voyager d’un endroit à l’autre à travers les miroirs. Il semblerait que ce soit pour ses talents qu’elle a été choisie pour épouser un homme qu’elle ne connaît pas et qui vit au Pôle, une citadelle éloignée et bien différente du monde dans lequel elle vit.  Ophélie est donc contrainte de quitter tout ce qu’elle affectionne tant pour une existence bien plus sombre.

C’est avec un don hors pair de narratrice, que Christelle Dabos nous embarque dans cette histoire. Elle nous livre au compte-gouttes de nouvelles informations comme pour mieux nous tenir en haleine. Quelque chose de fascinant et d’obsédant ressort de ce récit. La grande part de mystère et les complots entre différents clans, sont les principales causes de l’engouement chez le lecteur. Et il y a une belle brochette de personnages tous plus intéressants les uns que les autres, en particulier Thorn, le promis ambigu et taciturne d’Ophélie.

Les Fiancés de l’hiver a frôlé le coup de cœur. Frôlé parce qu’il y a eu quelques moments de flottement. Ils furent rares, mais j’ai trouvé que certaines scènes se répétaient et que l’action n’avançait pas assez rapidement. Il y a souvent des redites sur l’apparence d’Ophélie, et sur la taille spectaculaire de Thorn. J’ai dénombré énormément de répétitions sur ces deux points. Ce sont les seules choses qui m’ont dérangée au cours de ma lecture, et ça n’entache en rien ma hâte de lire rapidement le tome 2 !

La Passe-miroir T1 (2013) de Christelle Dabos 4/5

roismaudits copie

C’est avec grand plaisir que j’ai enchainé avec ce second tome de la saga des Rois Maudits ! Le roi est mort, vive le roi ! Le premier tome s’achevait sur le trépas de Philippe Le Bel, immédiatement remplacé par son fils, l’impétueux et coléreux Louis X « le Hutin ». Il est la risée du peuple depuis l’infidélité de son épouse, Marguerite de Bourgogne enfermée à Château-Gaillard depuis son procès. Charles X souhaite que l’annulation de leur union soit prononcée pour pouvoir se remarier. Mais l’absence d’un pape élu compromet ses projets. C’est tout bonnement passionnant de suivre ces personnages royaux sous un angle plus attrayant que celui des manuels d’histoire. Et Druon est très fort pour nous faire nous intéresser à cette période historique même si son interprétation est partiellement romancée. Je suis déjà pressée de me lancer dans le tome 3 ^^

Les Rois Maudits T2 (1955) de Maurice Druon 4,5/5

 

Je n’ai pas encore décidé quelle sera ma prochaine lecture, cependant plusieurs livres se sont ajoutés à ma liste ‘Livres à lire en 2016′. Parmi eux, Les trois mousquetaires de Dumas dont je ne cesse de retarder la lecture depuis bien longtemps ! C’est le visionnage de son adaptation sur la BBC One qui me donne subitement envie de m’y mettre ! J’ajouterai aussi L’Alchimiste de Paulo Coelho. J’ignore absolument tout de l’histoire mais on ne cesse de m’en dire que du bien. Je me suis procurée Washington Square d’Henry James cette semaine. Je connais peu de personnes ayant aimé Le Tour d’Ecrou (The Turn of the Screw) alors qu’il m’avait fait grande impression lorsque je l’avais lu en licence ! Enfin, j’ai ajouté à ma wishlist Miss Buncle’s Book de D.E. Stevenson après avoir lu l’avis d’Emy et qui semble être un roman britannique truculent !

tbr

Le mois de janvier s’achève et j’ai lu 5 romans ! Je suis plutôt contente de moi hihi

Bon mois de février !

Mes dernières activités #1

Bonjour à tous !

J’espère que ce début d’année vous a déjà apporté de belles découvertes en tout genre. Pour ma part, je suis plutôt satisfaite de mon rythme de lecture car j’ai terminé 3 livres et je suis en plein dans la lecture de 2 autres. C’est avec un léger différé que je vais vous parler de ces romans en question !

lecturesjanvier#1: Mon avis sur l’Aviatrice se trouve ici.

transition

#2: Arrive un vagabond de Robert Goolrick (2012) 3/5

Je n’ai plus aucune idée de la manière dont ce livre a atterri sur mes étagères… J’ai connu Robert Goolrick grâce à son roman Une Femme Simple et Honnête, mais il faut bien me rendre à l’évidence : j’ai tout oublié de celui ci si ce n’est sa scène d’ouverture. Est-ce que Arrive un vagabond sera plus mémorable ? J’en doute fort même si dans l’immédiat, j’en retiens plus de bonnes choses que de mauvaises. Mais il n’entre tout bonnement pas dans la case ‘roman exceptionnel’.

Charlie Beale s’installe un beau jour à Brownsburg en Virginie. Nous sommes en 1948. C’est un village paisible, routinier, sans violence. Bien que considéré comme un étranger indésirable dans un premier temps, Charlie gagne vite la confiance des habitants et est respecté pour son intégrité et son honnêteté. Mais c’est avant qu’il ne s’éprenne d’une femme mariée. Et pas n’importe laquelle: Sylvan, la femme du plus riche propriétaire de la région. Cette passion va être dévastatrice pour eux deux, mais aussi pour le village qui se souviendra de cette affaire plusieurs décennies plus tard.

Malgré une exaltation de sentiments, et l’amour très fort que Charlie éprouve pour Sylvan, j’ai été incapable de croire à cette idylle. J’ai été insensible à la manière dont Robert Goolrick décrit les émotions de son personnage principal. En revanche, j’ai été abasourdie par un retournement de situation auquel je ne m’attendais pas du tout. C’était inattendu et cette scène m’a presque réveillée d’un certain ennui qui commençait à s’installer. Aussi, j’ai eu l’impression que l’auteur ne nous donnait pas les réponses à plusieurs questions que l’on se se pose sur son héros. Son passé n’est pas du tout évoqué. Nous sommes comme les habitants de Brownsburg, nous ignorons tout de ce personnage et il ne se révélera jamais.

Arrive un vagabond n’est pas le roman du siècle bien que je lui reconnaisse une certaine singularité… à savoir si celle ci réussira à me le rendre inoubliable, mais je ne le pense pas !

transition

#3: Les rois maudits T1 de Maurice Druon (1955) 4,5/5

templier
La mise à mort des Templiers

Je savais qu’un jour je lirai cette saga. Il ne pouvait en être autrement. J’ai sans doute trop tardé, mais ça ne fait rien car j’ai bien l’intention de rattraper mon retard rapidement ! Le premier tome s’intitule « Le roi de fer » et nous introduit à la Cour de Philippe IV le Bel et à ses nombreuses intrigues sous jacentes. Mes souvenirs des cours d’Histoire pendant ma scolarité sont lointains, et je n’étais jamais particulièrement attentive à cette matière (je m’en mords les doigts à présent), mais avec ce premier tome j’ai eu la sensation que l’Histoire était en train de s’écrire devant mes yeux. Le récit commence au moment du célèbre procès des Templiers. Après avoir croupi 7 ans en prison, Jacques de Molay, dernier maitre de l’Ordre des Templiers, est condamné au bûcher. Alors que les flammes embrasent son corps, il aurait lancé une malédiction à l’égard de Philippe le Bel et de sa descendance. Cette légende populaire est le point de départ des romans de Druon.

Je craignais qu’il soit nécessaire de bien connaitre le contexte historique pour se lancer dans cette série, mais finalement la plume de Druon est extrêmement fluide et cette lecture s’apparente à un page-turner ! Les complots et les intrigues de cour m’ont passionnée, et je n’ai eu aucun mal à rapidement me représenter l’arbre généalogique royal ainsi que de reconnaitre les très nombreux personnages qui font leur apparition au cours de l’intrigue. La fin du règne de Philippe le Bel, les infidélités de ses deux belles-filles, l’affaire de la tour de Nesle, le plan machiavélique de Robert d’Artois et d’Isabelle de France : ce premier tome est riche en péripéties ! Impossible d’éprouver de l’ennui ^^

D’ailleurs, je me suis empressée de commencer le second volume à peine le premier refermé. George R.R. Martin (Game of Thrones/Le Trône de Fer) s’est beaucoup inspiré de la saga du romancier français (il recommandait ce livre sur son blog en 2013). Et je vois bien ce qui a pu le rendre admiratif: les Rois Maudits, de ce que j’en ai lu jusqu’à présent, ne lésine pas sur la violence, les manigances, et bien sur la luxure. Certes, tout cela est amplifié puissance 10 dans Game of thrones, mais on peut facilement entrapercevoir des similitudes.

Il y a tout dans Les Rois maudits. Rois de fer et reines étranglées, batailles et trahisons, mensonges et luxure, rivalité entre familles, malédiction des Templiers, bébés échangés à la naissance, péchés, épées, la ruine d’une grande dynastie… le tout (enfin, presque tout) issu de l’Histoire. Et croyez-moi, les Starks et les Lannisters n’ont rien à envier aux Capétiens et aux Plantagenêts. L’épopée de Druon est le Game of Thrones originel. -George R.R. Martin

C’est du très bon ! J’ai hâte de continuer sur ma lancée :D

Retrouvez l’avis de Marie ici !

Le seul ‘problème’ c’est que je me représente les personnages sous les traits de ceux de la série comique Galavant et donc ça perd tout de suite en crédibilité xD

sériess

Comment ça vous ne connaissez pas Galavant ? Cette série historico-musicale revient pour une saison 2 et est toujours à mourir de rire ! Je vous avais déjà brièvement parlé de la saison 1 l’année dernière. Six épisodes sont déjà sortis, les chansons sont entrainantes et très drôles. Mon personnage préféré est King Richard pour son côté burlesque ^^ C’est du grand n’importe quoi assumé, et j’adore ça !

C’est également le grand retour d’Agent Carter, et je suis si contente de retrouver Peggy. Elle est envoyée à Los Angeles pour tenter de résoudre une affaire de meurtre orientée paranormal avec l’agent Daniel Sousa. Les deux premiers épisodes m’ont scotchée à mon siège. L’intrigue autour de cette « matière zéro » s’annonce pleine de rebondissements. En plus de cela, ça saute aux yeux que le triangle amoureux va être un élément central de cette saison et ça ne me déplait pas (alors que d’habitude je n’aime pas trop cela) ! Et j’adooore le personnage de Jarvis, qui est irrésistiblement drôle, et je suis trop heureuse qu’on puisse enfin rencontrer sa femme qui est aussi excentrique que lui ^^ Vite la suite !!

 J’ai vu l’épisode 1 de Shadowhunters et je ne l’aurais probablement jamais regardé si ça n’avait pas été disponible sur Netflix ! Et ben.. je n’ai pas vraiment apprécié et c’est en grande partie à cause des effets spéciaux qu’on dirait tout droit sortis d’une série des années 90… En revanche, ça m’a fait me souvenir que je possède le premier tome de « The Mortal Instruments » de Cassandra Clare dans ma Pile à lire, et j’aimerais davantage découvrir la série en livre ! Mais plus encore, ça m’a donné envie de reprendre la série dérivée « The Infernal Devices » dont j’avais adoré le premier tome à l’époque ! Mais à priori, je dis bye-bye à la série TV..

Voilà à peu près tout en ce qui concerne mon ‘actualité culturelle’. Je suis en train de lire Les Fiancés de l’Hiver ainsi que le tome 2 des Rois Maudits, et les deux s’annoncent excellents o/

Et vous, quoi de beau ? :)

L’Aviatrice

IMG_20160101_185246-1

J’ai totalement découvert Beryl Markham (1902-1986) à travers cette biographie romancée. Avant de devenir la première femme à effectuer un vol solo transatlantique, elle fut la première femme (encore une fois!) entraineuse de chevaux au Kenya. Profession alors exclusivement masculine. Ce roman revient sur son enfance passée en Afrique où elle est arrivée à l’âge de 4 ans avec sa famille. Son père était lui même entraîneur de chevaux de course. Beryl voue un amour passionnel pour ce pays, et cette nature si foisonnante et accueillante. Elle ne s’imagine vivre nulle part ailleurs et surtout pas en Angleterre où elle est née.

Mon souci principal avec ce type de biographie ‘officieuse’, c’est qu’on ne peut pas connaître le degré d’exactitude. Oui bien entendu les grandes lignes sont véridiques mais comme ce roman est écrit à la première personne, il nous fait voir une image de Beryl qui n’est peut être pas tout à fait exacte. Je présume que Laura McLain a lu les mémoires de Beryl et s’est renseignée auprès d’historiens, mais de là à deviner les pensées les plus intimes de cette femme, c’est tout autre chose ! C’est assez frustrant, et j’aurais limite préféré que le récit soit écrit à la 3eme personne !

Cependant, je me suis laissée emporter dans le quotidien de Beryl de sa plus tendre enfance à sa vie d’adulte mouvementée. De son émerveillement face aux petites joies de la vie, à ses déceptions de femme mariée. C’est une femme au tempérament bien trempé pour une personne de sa condition sociale. Ce que j’ai trouvé merveilleux, c’est que son père n’a jamais entravé sa liberté quand elle était jeune.

markham_360x450_0L’aviatrice se focalise sur ses histoires de cœur et sur sa carrière de dresseuse de chevaux bien avant son intérêt pour l’aviation. Au vu du titre et de la couverture, je pensais vraiment que cet aspect serait davantage présent mais en réalité, Paula McLain a pris le parti pris de nous présenter Beryl à travers ses relations avec les différents hommes de sa vie, aux scandales que son train de vie et sa liberté suscitèrent. Le seul véritable homme de sa vie fut Denys Finch Hatton, un aristocrate britannique qui tomba aussi amoureux du Kenya et qui était guide de safari. Karen Blixen (connue pour avoir écrit son autobiographie Une ferme en Afrique adaptée au cinéma sous le titre d’Out of Africa) était aussi l’amante de cet homme. Beryl et Karen furent à la fois amies et rivales de cœur.

Beryl est un personnage auquel on s’attache vite, mais je suis certaine que découvrir la vraie Beryl Markham à travers ses mémoires Vers l’Ouest avec la nuit, m’émouvrait davantage et me donnerait l’impression de véritablement entrapercevoir son existence de femme libre au Kenya et de pionnière dans bien des domaines ! Ce roman aura le mérite de m’avoir fait découvrir une personne d’exception ^^

L’Aviatrice (Circling the Sun) de Paula McLain, 2015