« Je trouve que le courage, c’est plutôt de survivre quand on voudrait mourir… »

partflammes

Je déplorais dans mon dernier article qu’aucune lecture récente ait réussi à me captiver suffisamment pour devenir mémorable. Depuis ces trois excellents romans en mars (Au Bonheur des dames, Les Trois Mousquetaires et Brooklyn), ce fut une succession de lectures peu marquantes, mais voilà qu’en juillet, je tombe ENFIN sur une pépite: La part des flammes. Roman passionnant tout d’abord car il évoque une tragédie dont je n’avais jamais entendu parler et qui eut lieu à Paris en 1897 lors d’une vente de bienfaisance très mondaine, le Bazar de la Charité, où des dames de la Haute Société tenaient des stands et l’argent des ventes était destiné aux plus démunis. Le bâtiment choisi pour l’occasion cette année là prit subitement feu et des centaines de personnes – quasiment toutes des femmes, y trouvèrent la mort, prises au piège au milieu des flammes ou dans les hôpitaux suite à leurs sévères brûlures. L’auteure nous dresse le portrait intimiste et sans concession de trois victimes qui se trouvaient sur le lieu du drame. J’ai été touchée par ces trois héroïnes: Violaine de Raezal, Constance d’Estingel et la Duchesse d’Alençon, soeur cadette de l’Impératrice Sissi. Chacune à sa manière nous émeut par son histoire passée et présente. Ce drame terrible les lie alors qu’elles n’étaient pas censées se rencontrer, ni lier une amitié. Un livre passionnant également en raison de l’élégance de la plume de Gaëlle Nohant. Ses phrases sont ensorcelantes, elles dansent devant nos yeux et prennent vie dans notre esprit. Il y a une justesse dans les métaphores, une maitrise dans les dialogues qui semblent si naturels – une qualité qui manque à beaucoup de récits ! Quelle beauté dans l’écriture, mais aussi quelle tristesse dans ces descriptions de femmes défigurées par le feu, de ces corps calcinés non identifiables. L’auteure ne nous épargne pas la dureté de la scène de la tragédie. Un roman historique impossible à lâcher que je vous conseille chaudement !

La terre était pleine de créatures saturées d’elles-mêmes qui prenaient plaisir à vous foudroyer pour les fautes qu’elles s’interdisaient, les libertés qu’elles prenaient dans l’ombre, les extases qui venaient mourir près d’elles sans qu’elles se soient permis d’y goûter. Châtier était le tonique qui ranimait leur coeur exsangue. » (page 94)

La Part des Flammes de Gaëlle Nohant (2015)

*Tableau de Jean Béraud « Après la faute » 1885-1890

L’avis de Marie qui m’a donné envie de lire ce roman !

Chapelle

Je suis allée voir la Chapelle Notre-Dame-de-Consolation de Paris après ma lecture. Chapelle érigée en mémoire des victimes et sur le lieu même de l’Incendie !

“All women become like their mothers. That is their tragedy. No man does, and that is his.”

P1110517

Old Library – Trinity College

Il s’est passé une chose plutôt chouette récemment : je suis allée faire un petit tour à Dublin o/ Les personnes parmi vous qui me suivent sur IG et FB (merci ^^ c’est là où je suis la plus active), vous avez déjà vu mes photos jour après jour. L’Irlande, comme l’Ecosse, sont les deux destinations qui m’attirent le plus. C’est certainement mon amour pour la littérature britannique qui a forgé cet intérêt pour ces pays.. alors même que mon pays de coeur est et restera l’Italie – bien différent de la Grande Bretagne ! L’Italie est synonyme de mon enfance car j’y passais quasiment tous mes étés jusqu’à peu. C’est aussi synonyme de chaleur, de famille, de longues promenades, de bonne nourriture, de gelati. Même si je me plaignais des fortes températures, d’avoir mal aux pieds à marcher plus de 3h par jour (je pouvais être chiante u_u), désormais l’Italie me manque quand je réalise que ça y est, ces longs étés où les vacances semblaient illimitées sont révolus. Il y a deux ans, je n’avais pu passer qu’une seule semaine à Rome et ces 4 jours en Irlande sont mes premiers congés post-universitaires si je peux dire cela comme ça. Tout ce blabla nostalgique pour ne pas dire grand chose comme d’habitude haha J’en reviens à mon point de départ : DUBLIN ! J’ai aimé cette ville très vivante que l’on peut arpenter facilement en une journée, en 2-3 jours si on fait des visites bien évidemment ^^ Il a fallu choisir ce que nous voulions voir en priorité. Notre choix s’est porté sur Trinity College, St Patrick’s Cathedral, The Gallery of Ireland, Saint Stephen’s Green, Merrion Square, Temple Bar, Howth (ville portuaire à 20km de la ville), Glendalough (à 1h30 en car). Que des lieux très touristiques.. mais nous ne prétendions pas être autre chose que des touristes xD. Ce petit aparté de quatre jours m’a fait un bien fou. Une coupure bénéfique ! J’ai eu peu d’occasion d’utiliser la langue anglaise si ce n’est pour acheter des timbres ou des tickets d’autocar, mais je ne suis pas vraiment à l’aise à l’oral (quelque ce soit la langue finalement.. même en français !). C’est une frustration car je n’ai pas tellement de difficulté de compréhension à l’écrit et à l’oral. Il s’agit d’un manque d’entrainement évident :/ Sinon tout s’est bien passé, et si je devais retourner en Irlande un jour, j’aimerais davantage voir sa campagne, et ses moutons :p…………………………………………………..

IMG_20160621_142756

Oscar Wilde himself !

J’ai profité d’être dans l’irish mood pour relire ma pièce favorite de Mr Oscar Wilde: The Importance of Being Earnest (L’importance d’être constant). Cette dernière est toujours à mourir de rire même à la seconde lecture. Je me suis refait la même réflexion que la première fois, à savoir combien cette pièce pouvait être inconvenante pour son époque (« The only way to behave to a woman is to make love to her if she is pretty, and to someone else if she is plain.« ). Il y a des dialogues qui frisent l’indécence et en cette fin 19eme siècle, ça devait sonner comme une véritable provocation. Lire cette pièce, c’est comprendre pourquoi Wilde était considéré comme une des personnalités les plus sulfureuses de l’ère victorienne. Il me semble que je l’avais initialement lue en français, et c’est d’autant plus savoureux de la lire dans sa version originale  ! D’ailleurs j’ai constaté qu’il y avait deux versions de la pièce, une en 3 actes et l’autre en 4. Des scènes ont été coupées par l’éditeur lors de sa parution. Pourtant ce sont des scènes non négligeables !…………………………………………………………………… P1120024

Glendalough

Ma table de chevet n’a jamais été aussi surchargée de livres.. mais il s’agit d’une pile de romans commencés à un moment donné sans les achever. C’est tellement frustrant de constater que ma manière d’aborder la lecture n’est plus la même qu’il y a quelques années. Je l’ai déjà trop souvent évoqué sur le blog, donc je ne vais pas recommencer à vous dire que j’étais capable de lire 10 livres par mois et maintenant plus que 2 (…). Ca n’aurait aucun intérêt ^^’ Mais même les livres que je termine, j’ai parfois l’impression de simplement les survoler, les effleurer sans m’en imprégner. C’est cela que je trouve le plus regrettable. Ca fait un moment qu’un livre ne m’a pas bouleversée, ne m’a pas fait vivre de véritables émotions. Ces derniers temps, c’est à peine si je me souviens de ce que j’ai lu dernièrement quand on me pose la question “quelle est ta dernière lecture ?”. Il faudrait vraiment que je parvienne à m’isoler en tête à tête avec un livre, de me couper du monde qui m’entoure pour me focaliser entièrement sur les mots de la page que je suis en train de lire sans être tentée de checker mon smartphone toutes les cinq minutes pour aller sur Instagram ou Snapchat. Me réétablir des heures de lecture même si le soir, après le travail, je tombe de fatigue et que je me couche tôt. Mais depuis quelques jours, je ressens de nouveau l’envie de passer des heures à ne rien faire d’autre que de lire. Je sais aussi quels sont les 2/3 prochains livres que je compte commencer, alors que j’étais plutôt indécise sur mes choix ces derniers mois. D’ailleurs je vais vous laisser, et retourner à ma lecture de 14-14 de Silène Edgar et Paul Beorn ^^

“All extremes of feeling are allied with madness.”*

*Une revenante en ce lieu oublié et abandonné* Bien le bonsoir ^^

Vous avez dû remarquer (ou pas) que je n’ai publié aucun article depuis début avril et il s’agissait alors d’une chronique du roman « Une Amie Prodigieuse » d’Elena Ferrante. Il n’y a pas vraiment de raison à cela si ce n’est encore une énième remise en question « Est-ce que je ressens encore l’envie de partager mes lectures sur un blog ? ». Je n’ai pas encore suffisamment considéré la question – néanmoins, ces dernières semaines, c’est sur Instagram – Facebook et Goodreads que j’ai brièvement évoqué ce que j’ai vu et lu récemment ! Ces réseaux sociaux sont ceux vers lesquels je me tourne naturellement. Ecrire un billet sur un blog est un peu moins spontané et ce n’est peut être plus ce qui me convient réellement… Mais encore une fois, il se peut qu’une inspiration soudaine me pousse à publier pleiiiin d’articles ces prochains mois. Qui vivra, verra ^^

*Je n’avais AUCUNE idée de titre pour ce billet, donc je me suis dit qu’une citation de Virginia Woolf ne ferait pas de mal !

romanlu

Vous n’avez quasiment rien raté de mes dernières lectures car pendant le mois d’avril, je n’ai presque pas ouvert de livre si ce n’est Agnès Grey d’Anne Bronté. En revanche, je souhaite vous dire deux mots sur ma dernière lecture en date: Le Village de Dan Smith.

De quoi ça parle ? En 1930 dans un petit village d’Ukraine enseveli sous la neige, Luka tente de survenir tant bien que mal aux besoins de ses deux fils, de sa fille et de sa femme. La famine est de plus en plus rude, et tout le monde redoute l’arrivée des soldats de l’Armée Rouge qui viennent réquisitionner, sur ordre de Staline, les maigres récoltes des paysans, et les poussent à rejoindre des kolkhozes. Dans ce climat tendu, Luka recueille chez lui un inconnu qu’il a trouvé inconscient dans la neige mais les autres villageois craignent qu’il s’agisse d’un espion ou pire encore… car dans le traineau retrouvé à ses côtés, se trouvaient deux cadavres d’enfants mutilés. Pour ajouter aux suspicions, la nièce de Luka a disparu et il se lance à sa recherche, accompagné de ses jumeaux.

 

J’étais très emballée pendant les 200 premières pages: le style est haletant, l’histoire de ce voleur d’enfants est angoissante. L’atmosphère de ces paysages enneigés est bien rendue. C’est le récit d’une traque mais également de survie dans un milieu hostile. Si la tension était à son comble pendant une bonne partie du livre, j’ai régulièrement été gênée par une certaine lenteur. Les dialogues entre les personnages sont répétitifs, insipides, sans émotion. Il y a des redites en veux-tu en voilà qui ralentissent la progression de l’intrigue.

.

Les personnages auraient mérité d’être davantage étoffés car l’auteur développe trop peu leur personnalité, et leur apparence physique. Luka, le protagoniste, a tout du cliché du vétéran de guerre endurci et héroïque sur lequel comptent tous les autres personnages. Et alors que je m’attendais à être bluffée par la tournure que les événements allaient prendre, j’ai été déçue car j’avais quasiment tout anticipé. Aucune surprise au niveau des retournements de situation, et la fin m’a semblé totalement irréaliste, presque gentillette par rapport à la dureté du reste du roman.

Oui il s’agit d’un récit « survivaliste » qui nous transporte en Ukraine à un moment où le pays vivait une atroce famine. Oui nous sommes dépaysés. Mais j’aurais voulu que ce roman soit davantage percutant, et plus surprenant.

Le village (The Child Thief) de Dan Smith – 2012

 

redeeming

J’ai commencé un livre d’un genre tout nouveau pour moi: une réécriture d’un texte de la Bible. Francine Rivers est une auteure américaine hautement lue et aimée…sauf en France car elle n’est simplement pas traduite ! Redeeming Love m’a été recommandée par Marie (que je citerai 2 fois dans cet article tellement elle est ma bonne fée inspiratrice haha ^^) et il s’agit d’une réécriture de l’histoire d’Osée et de Gomer dans l’Ancien Testament (que je n’ai pas lu soit dit en passant !). Ce livre a été écrit en 1991, et ne cesse de susciter émois et passion. Il n’y a qu’à jeter un oeil à Goodreads pour se rendre compte du phénomène. J’en suis à une centaine de pages, et j’aime énormément pour le moment ! Hâte de terminer d’écrire cet article pour m’y remettre :P

daisy

Voici une liste non exhaustive des chansons que j’ai préféré écouter ces derniers temps – même si là encore mon actualité musicale fut assez pauvre en avril et mai (si ce n’est une soirée passionnante devant l’Eurovision le week-end dernier xD). J’ai découvert le groupe britannique Kitty, Daisy & Lewis sur TSF Jazz et je suis devenue fan de leur album « The Third » aux morceaux très réussis et catchy. J’aime particulièrement It Ain’t your Business (que j’ai mis en sonnerie pour me réveiller en forme x), Whenever You See Me, Baby Bye Bye et pratiquement toutes les autres chansons ! Si vous avez un compte Deezer, vous pouvez écouter tous leurs albums, voici quelques morceaux sur YT: I’m so sorry , Baby Hold me tight Une merveilleuse et vibrante découverte que je dois à ma chère Marie:

C’est chanté en swahili par Baba Yetu et ça donne des frissons dans le dos tellement la vidéo et la chant sont sublimes ! Dans un genre plus vintage, j’apprécie Louis Prima comme chanteur, et j’ai beaucoup écouté Buona Sera ! Pour rester dans les sons qui bougent bien, j’écoute souvent Dead Cat Boogie d’un groupe suisse. Aucune idée d’où et quand j’ai entendu cette chanson et que je l’ai « shazamée » mais ça me plait bien : 2 Heads de Coleman Hell. Et vu le nombre de vues sur YouTube, ça a dû être un tube en 2015 et j’étais passée à côté !  Parmi les chansons pop qui font un tabac en ce moment, je suis séduite par les paroles de Ain’t Nobody qui est une reprise de cette très bonne chanson originale ! Voici un petit aperçu des musiques que j’écoute en ce moment :)

.

J’aurais pu aussi vous parler de séries car, j’en ai regardées pas mal depuis le mois d’avril. Mais j’en ai déjà parlé sur Facebook et IG. Pour faire vite, j’ai bingewatché les cinq premières saisons de The Walking Dead – moi qui suis pourtant une grande peureuse !! J’ai ri devant Jane The Virgin sur Netflix (et que je n’ai pas encore terminé d’ailleurs). J’ai repris Game of Thrones, la saison 6, mais je suis clairement moins fan que la plupart des gens. Je regarde plus par habitude et aussi pour en discuter avec une collègue x) Je me lance dans la série « Treme » qui se passe à la Nouvelle-Orléans après l’Ouragan Katrina. Je suis allée deux fois au cinéma pour voir Captain America Civil War et Mr Holmes (ce dernier est gentillet, sympathique mais sans doute pas mémorable).

Désolée d’avoir sauté du coq à l’âne dans cet article. J’ai écrit au fil de l’eau sans me demander si ça allait être cohérent ou intéressant hihi Je voulais juste vous parler de choses diverses, et redonner un peu de vie et de couleurs à ce blog à l’agonie ^^’ Je ne sais pas encore si je vous dis « à bientôt », on verra bien ! Bonnes activités culturelles à vous !