Chroniques de la fin du monde – Au commencement

Chroniques de la fin du monde T1

de Susan Beth Pfeffer – (2006) – 391 pages

Pocket Jeunesse

Livraddict

4eme de couverture : Enfin c’est le grand soir : l’astéroïde dont tout le monde parle va percuter la Lune ! Familles, voisins, amis, tous se rassemblent pour observer le phénomène: Mais les choses ne se passent pas comme prévu. L’impact a été si violent. que la Lune adévié de ton orbite et s’est rapprochée de la Terre. Peu à peu tout se dérègle… L’électricité puis l’eau sont coupées et les vivres commencent à manquer. Miranda et sa famille vont devoir accepter que la vie telle qu’ils la connaissaient a disparu à jamais.

Mon avis :Chroniques de la fin du monde est un roman qui m’a énormément plu et terrifiée à la fois. Dernièrement dans le même genre et toujours chez pocket jeunesse, j’avais lu «Carbon Diaries 2015» et mon avis était plus que mitigé car le roman manquait de crédibilité. Au contraire, celui de Susan Beth Pfeffer m’a séduite car j’ai eu l’impression d’assister moi même à cette fin du monde.

L’époque à laquelle vit Miranda n’est pas précisée, mais il doit s’agir des années 2000. Un événement majeur pour l’humanité va avoir lieu: la Lune va être percutée par un astéroïde. Tout le monde est devant sa télévision ou dans son jardin pour être témoin de ce phénomène inédit. Les gens font des barbecues, rigolent, s’amusent. L’atmosphère est détendue jusqu’à ce que la Lune se rapproche dangereusement de la Terre entraînant des catastrophes climatiques irréversibles partout dans le monde.

Au fil des pages, on assiste impuissant aux transformations de la vie sur Terre. Les températures baissent inexorablement. Les gens doivent faire des réserves de bois, d’eau et de vivres. L’électricité devient rare puis disparaît complètement. Il en est de même pour le fioul.

L’histoire se présente sous la forme d’un journal intime. D’habitude je n’accroche pas vraiment à ce procédé, mais ici ça fonctionne plutôt bien. J’ai apprécié Miranda même si au début elle est un peu bornée (« Les choses vont s’arranger » Bah non cocotte !) et même plus gamine que son petit frère. Par la suite, je l’ai trouvée davantage sympathique car elle fait preuve d’un peu plus de courage et de maturité. Le côté journal intime me faisait redouter que la jeune fille ne parle que de ses amourettes, mais en fait sa vie est devenue tellement difficile, qu’elle fait passer la survie de sa famille avant le reste.

Miranda vit avec ses deux frères Matt et Jonny et sa mère. Son père habite dans une autre région des Etats-Unis, et il est quasiment impossible d’avoir de ses nouvelles. Plus d’internet, ni de téléphone. La poste fonctionne de façon aléatoire. Ce roman m’a oppressée, mais aussi bouleversée. Les personnages sont contraints de manger très peu pour faire durer leurs réserves le plus longtemps possible. L’alimentation devient quelque chose de rare et de précieux. La population est très affaiblie et beaucoup de personnes meurent de diverses maladies. Nous n’avons que le point de vue de Miranda, et sa vision du monde se réduit au cercle familial. C’est pour cela que c’est angoissant, on ne sait pas réellement comment s’en sortent les autres. La vision du monde post-apocalyptique de Susan Beth Pfeffer est pessimiste mais pas pour autant fataliste: pas de scène d’émeutes, ni de cannibalisme. (> pas comme dans La route de McCarthy >o<).

Plusieurs articles sur la blogosphère, notaient la grande importance de la religion dans cette série. Dans ce premier tome ça va encore, mais je sais que dans le deuxième il en sera davantage question. Ici la religion s’exprime à travers le personnage de Megan, une amie proche de Miranda. Le Révérend de son église l’a convaincue d’arrêter de s’alimenter car soit disant, c’est la volonté de Dieu.. Inquiétant -_-

J’ai dévoré ce roman. L’histoire m’a passionnée au point d’avoir la sensation de vivre moi même ce scénario catastrophe ! ^^ A la fin de l’ouvrage, il nous est proposé de lire le premier chapitre du tome 2. Je ne l’ai pas fait car sinon j’aurais eu envie de m’acheter immédiatement la suite !

7 réflexions au sujet de « Chroniques de la fin du monde – Au commencement »

  1. Cachou

    Je viens tout juste de l’emprunter à la bibli, du coup je ne lis pas ta critique, je viendrais la voir après… La bibliothécaire m’a intriguée, parce qu’elle ma dit qu’elle se demandait ce que j’en penserai sans vouloir me donner son avis… Je me demande si ça ne veut pas dire qu’elle n’a pas aimé. Mystère…

    J'aime

    1. Alicia

      J’espère vraiment que tu aimeras autant que moi !
      Je l’ai aussi emprunté à la bibliothèque, mais je ne suis pas sure qu’ils aient les autres tomes! T_T

      J'aime

  2. Ping : Chroniques de la fin du monde « Book&vous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s