Ravel

ravel Ravel

de Jean Echenoz – (2006) – 124 pages

Les éditions de minuit

Livraddict

4eme de couverture : Ravel fut grand comme un jockey, donc comme Faulkner.
Son corps était si léger qu’en 1914, désireux de s’engager, il tenta de persuader les autorités militaires qu’un pareil poids serait justement idéal pour l’aviation. Cette incorporation lui fut refusée, d’ailleurs on l’exempta de toute obligation mais, comme il insistait, on l’affecta sans rire à la conduite des poids lourds. C’est ainsi qu’on put voir un jour, descendant les Champs-Élysées, un énorme camion militaire contenant une petite forme en capote bleue trop grande agrippée tant bien que mal à un volant trop gros.

Mon avis : Pour tout dire, je ne connaissais ni l’écrivain de ce court roman, ni la vie de Maurice Ravel. Bien entendu son célèbre Boléro m’était familier, mais j’ignorais tout de la vie de son compositeur. A travers ces 125 pages, on découvre les dernières années de l’existence de cet homme chétif et maladif.

Splendide n’est-ce-pas ? Un régal pour les oreilles ~

J’aurais vraiment peu de chose à raconter sur ce livre, qui se dévore en quelques heures. Même si vous ne connaissez pas Maurice Ravel, ce récit vous plonge dans son quotidien avec simplicité. L’écriture d’Echenoz est lisse, carrée mais il en ressort néanmoins une sorte de poésie délicieuse. Les dix dernières années du compositeur ne sont pas bien folichonnes. Il voyage sans grande conviction, il continu d’être acclamé dans chaque dîner ou soirée où il se rend mais cela l’ennuie rapidement. Après 451px-Maurice_Ravel_1925cent pages en compagnie de Ravel, on comprend petit à petit son mode de fonctionnement. Il n’est pas très amène avec ses amis, c’est une personne assez distante. A la fin, il n’était plus que l’ombre de lui même «..il suit le mouvement sans rien dire, fantôme toujours aussi bien habillé, à cela près qu’au revers de sa veste, en cas d’incident, Mme Révelot a pris soin d’épingler son adresse» (page 121). Sa déchéance physique et mentale fait vraiment de la peine à voir. Quand arrive le moment inéluctable de son décès, on est tout hagard face à la disparition de ce personnage somme tout imposant malgré sa petite taille.

Ce roman m’est tombé dans les mains de manière totalement inattendue (merci Maud!), je l’ai lu en un clin d’oeil et j’ai apprécié la découverte.

5 réflexions au sujet de « Ravel »

  1. alexmotamots

    Un roman qu’il faut que je découvre, car j’aime la plume de cet écrivain et je suis désireuse d’en savoir plus sur ce compositeur.

    J'aime

  2. sybille

    Je ne connaissais absolument pas et je ne connais pas du tout la vie de Ravel alors pourquoi pas.

    ps : Figure toi que j’ai fais des folies à la vente de livres numériques de Bragelonne !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s