Velvet

velvet Velvet

de Mary Hooper – (2011) – 318 pages

Les Grandes Personnes

Livraddict

4eme de couverture : Orpheline dans le Londres des années 1900, Velvet survit tant bien que mal en travaillant dans l’enfer d’une blanchisserie. Lorsque l’occasion lui est donnée de s’occuper du linge de clients fortunés, la jeune fille saisit sa chance et attire l’attention de l’intrigante Madame Savoya, l’un des médiums les plus courus de la capitale. Emménageant à la Villa Darkling aux côtés de Madame et de George, son séduisant assistant, Velvet ne va pas tarder à découvrir les usages et secrets de cet univers fascinant qu’est celui du spiritisme. Elle est pourtant loin de se douter que le danger qui la guette ne vient pas du royaume des morts… Un roman envoûtant qui nous plonge dans les coulisses des salons des plus grands médiums du début du XXe siècle. Lumières tamisées et ambiance feutrée : quand les esprits parlent, les vivants doivent les écouter.

Mon avis : Je mets un point d’honneur à lire chaque nouvel ouvrage de Mary Hooper. Je trouve cette auteure très douée pour raconter des histoires sur fond historique. Waterloo Necropolis dévoilait les dessous des pompes funèbres dans l’Angleterre victorienne. Dans la messagère de l’au-delà, il était question de science au XVIIeme siècle et de dissection. Enfin La maison du magicien (lu qu’un seul tome de cette série – le roman qui m’a le moins marqué) se déroulait à l’époque d’Elizabeth Ire.

Dans Velvet nous suivons le destin d’une jeune blanchisseuse. Remarquée par une riche cliente, elle devient son assistante. Cette dame est en réalité un médium très réputé. Velvet est totalement émerveillée par les talents de Madame Sovaya qui est capable (comme tant d’autres médiums du début du XXeme siècle) de communiquer avec les esprits et de faire apparaître un ectoplasme d’un défunt moyennant une certaine somme d’argent. Mais bien vite, Velvet a des doutes quant à l’honnêteté de cette entreprise..

Je dois dire que j’ai trouvé la trame de l’histoire vraiment simpliste. Je voyais arriver les révélations sans grand étonnement. C’est cousu de fil blanc. Ce n’est pas bien dérangeant puisque j’ai quand même passé un bon moment, mais j’ai clairement eu une impression de déjà-vu. De plus, l’héroine de ce roman ci est très naïve. J’avais envie de la secouer quand elle ne voyait pas des choses pourtant si évidentes ! ^^

Néanmoins, les livres de Mary Hooper sont toujours très instructifs. Dans l’appendice, on fait des découvertes sur le contexte historique, et j’adore en savoir plus sur les époques victorienne et édouardienne. Ainsi j’en ai appris un peu plus sur les médiums. Les sœurs Fox ont été les premières aux Etats-Unis à prétendre parler avec les esprits. Eusapia Palladino était une médium très en vogue à la fin du 19eme siècle. Il est aussi question des «fermières de bébés», des nourrices qui adoptaient ou gardaient les bébés que des mères célibataires (donc mal vues par la société) leur confiaient. La plus célèbre est Amelia Dyer qui maltraita, affama et tua plusieurs nourrissons.

Je suis donc un peu restée sur ma faim concernant l’intrigue, déçue par la trop grande candeur de l’héroine. Mais je ressors quand même moins « bête » de cette lecture ^^

7/10

3 réflexions au sujet de « Velvet »

  1. Alexandra

    Il me tentait bien celui-ci … Je n’ai lu encore aucun roman de Mary Hooper, mais j’ai Le journal d’une sorcière :). Si je le trouve en bibliothèque, je pense que je l’emprunterai quand même !

    J'aime

  2. Sybille

    J’ai bien envie de découvrir l’auteure. Waterloo nécropolis me tente beaucoup et celui-ci aussi mais vu tes différents avis, je vais peut être commencer par Waterloo Nécropolis

    J'aime

  3. Matilda - Caprices

    Ce n’est pas non plus mon préféré d’elle, l’héroïne naïve est agaçante, n’est-ce pas ? Mais je trouve que dans la série La maison du magicien, la gamine est vraiment très chouette, et le tome deux est très sympa à lire :) J’ai acheté il n ‘y a pas longtemps un de ses livres (en deux volumes) se déroulant pendant et après le grande incendie de Londres en 1666 (At the sign of the sugar plum, je crois que ça s’appelle, pas traduit je crois), ça l’air trop cool.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s