Penelope Green – La chanson des enfants perdus

couv67357758  Penelope Green T1

de Béatrice Bottet – (2011) – 312 pages

Casterman

Livraddict

NOM : Green
PRÉNOM : Pénélope
SITUATION FAMILIALE : orpheline, unique héritière du journaliste James Alec Green
AMBITION (SCANDALEUSE) : devenir journaliste
SIGNES PARTICULIERS : une envie d’étrangler son prétendant, cette endive de Wilfrid, et un goût prononcé pour l’aventure et le danger

Pénélope Green décide de reprendre une mystérieuse enquête de son père : le dossier FOXGLOVE COURT. Quel terrible secret va-t-elle découvrir, dans les bas-fonds de Londres?

*

J’ai enfin lu ce roman jeunesse qui patientait sagement dans ma bibliothèque depuis sa sortie (il est même dédicacé par l’auteur que j’avais rencontré lors du dernier salon du livre de Montreuil) et cette lecture est arrivée à point nommé puisque je l’ai adorée.

*

J’ai déjà lu deux autres romans de Béatrice Bottet : Rose aimée qui prend place au 19eme siècle à Paris. Et le premier volume du premier cycle du Grimoire au rubis. Rose aimée m’a beaucoup marquée. J’avais apprécié le réalisme du contexte historique. Il faudrait que j’arrive à mettre la main sur le second tome mais il est difficilement trouvable :/ J’avais un peu moins accroché à l’autre série, mais c’était tout de même un voyage appréciable au cœur du Moyen-Age. Les personnages dépeints par Béatrice Bottet sont mémorables de par leur caractère : l’héroïne est souvent indépendante et fougueuse, et le garçon se comporte en vaillant compagnon. J’aime ce type de « couple » en littérature. Mais il faut bien avouer que ce duo de personnages se ressemble plus ou moins dans chacune des séries de l’auteur.

*

Penelope Green m’a avant tout séduite par son intrigue très bien ficelée et plutôt mature. L’ambiance est visqueuse, noire et parfois même morbide. C’est un choix risqué pour un roman jeunesse, mais ça permet également aux jeunes lecteurs de se faire une idée de la dureté de la vie dans les bas fonds de Londres. Ainsi que les convenances de cette société victorienne que l’héroine balaye d’un revers de main.

*J’ai trouvé cette histoire vraiment ingénieuse. L’affaire criminelle et sa résolution m’ont passionnée. Béatrice Bottet n’épargne pas ses personnages et dans le même temps ses lecteurs. Il y a une vraie qualité d’écriture et le récit est haletant.

*

Le personnage de Penelope reste néanmoins « classique » dans le sens où une demoiselle qui se met à enquêter comme une grande sur des faits divers c’est déjà vu et revu. The Agency et Enola Holmes pour citer 2 autres séries que je connais qui ont le même point de départ. Penelope veut devenir journaliste comme l’était son père. Elle reprend une affaire non élucidée. Celle d’un jeune musicien qui a été égorgé dans un quartier malfamé.

*

On peut bien sur trouver insensé qu’une jeune fille de la bonne société au XIXème siècle, vive seule dans une grande demeure, se ballade comme bon lui semble dans les rues obscures de la ville. Cela manque bien évidemment de vraisemblance, mais on pardonne rapidement à l’auteur puisque son intrigue policière est captivante ! Cyprien et Penelope forment un tandem sympathique et même attendrissant que j’ai hâte de retrouver.

*

Le meilleur roman de Béatrice Bottet que j’aie lu jusqu’à présent mais également le livre que j’aie préféré avec une héroine-détective. La suite, la suite ! :D

5 réflexions au sujet de « Penelope Green – La chanson des enfants perdus »

  1. Alexandra

    Je reproche, comme toi, à ces livres de tous se ressembler. Néanmoins, ils sont souvent bien ficelés ! Je ne sais par quelle série commencer : Penelope Green, Enola Holmes, The Agency ? :).

    J'aime

    1. Alicia

      Ah oui tiens, j’aurais pu même citer Flavia de luce qui ressemble aussi à ces héroines… :o
      Mon ordre de préférence:

      1) Penelope Green ! Je ne pensais pas aimer autant et je suis déjà en train de lire le second livre :)

      2) Enola Holmes. En relisais mes anciennes chroniques, je constate que ça m’avait beaucoup plu mais plus de 3 ans après, j’ai tout oublié x) A relire donc !

      3) The agency. Ca se lit bien mais c’est pas incroyable..

      J'aime

  2. Matilda

    Je trouve quand même Flavia de Luce plus « vraisemblable » et construit que Enola Holmes ou d’autres ouvrages du genre :)
    Le titre me tentait bien sûr, mais j’avais peur que ce soit encore un truc « comme une grande » qui ne soit pas crédible, mais si l’intrigue vaut le coup je regarderais si je l’emprunte à la médiathèque.

    J'aime

  3. Ping : Brèves de lecture: Penelope Green T2, Elephant Man, Syrli | Books & Words

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s