Les envoûtés

IMG_20130917_152544
L’illustration de Liliane Carissimi est parfaitement dans le ton du texte !

Les envoûtés

*

de Witold Gombrowicz – (1939) – 365 pages

Points (vieille édition)

Livraddict

*

Comme beaucoup je pense, je n’avais jamais entendu parler de ce roman avant de le trouver dans ma bibliothèque familiale (dit comme ça on dirait que j’ai une bibliothèque avec des romans à l’infini x) et qu’il me soit vivement conseillé par mon père qui l’avait lu il y a plusieurs années. Au départ, j’avais quelques réticences car cet exemplaire est tout jauni et corné (j’ai honte de moi a posteriori !). Puis finalement je me suis décidée à découvrir ce livre et j’en ressors toute chamboulée ;)

*

J’avais peur que ce livre polonais soit difficilement abordable, mais pas du tout ! (Certes, il faut mémoriser les noms des nombreux personnages mais il n’y a pas mort d’homme !) Le style est fluide, il y a de l’allégresse dans la plume de Gombrowicz malgré la noirceur de son récit.

*Gombrowicz renouvelle le genre du roman noir, en transposant un château gothique à la réputation d’être hanté, dans une Pologne des années 30. Et c’est fait avec brio. Dans la préface, ce roman est justement comparé « aux plus âpres pages des Hauts de Hurlevent » (cf : Paul Kalinine). J’ai été séduite, envoûtée par ce livre dès les premières lignes du texte et dès ma rencontre avec Waltchak, le jeune entraîneur de tennis engagé par la famille Okholowska pour être le partenaire de jeu de Maya, une jeune femme de vingt ans comme lui. L’auteur décrit si bien la physionomie, le caractère et les sentiments de ses personnages, qu’on a l’impression de les connaître depuis toujours.

*

Moi qui aime les histoires avec des manoirs et autres bâtisses hantés, j’ai été servi ! Mais encore plus effrayant que ce lieu mystérieux, c’est la relation entre Maya et Waltchak qui donne des frissons dans le dos. Sans se connaître, ils se ressemblent comme un frère et une sœur. Un lien dangereux et inexplicable les unit. Sans être un livre d’épouvante, l’écrivain distille au fil des pages, une certaine angoisse, et le lecteur est pris dans un tourbillon d’interrogations. Pourquoi une telle ressemblance ? Pourquoi le Prince vit-il reclus dans son château avec seule compagnie un domestique et un secrétaire (le fiancé de Maya) ? Que se cache-t-il dans la vieille cuisine ? Tant de questions ! Même si la fin donne quelques réponses, elle n’en demeure pas moins énigmatique. Ce final peut surprendre, et même décevoir, mais il s’inscrit dans la logique de l’intrigue. C’est frustrant, mais c’est aussi malin !

*

Les envoûtés est un roman gothique (Mais pas que ! On a également un portrait sans concession de la société polonaise de cette époque) admirable et original. J’ai très envie de le relire (oui déjà!) et connaître davantage la bibliographie de Gombrowicz !

.

Trad. de Albert Maille & Hélène Wlodarczyk

11 réflexions au sujet de « Les envoûtés »

  1. Alexandra

    Un ami avait fait un exposé assez mémorable sur cet auteur il y a deux ans ! Je ne sais plus exactement de quel roman il avait parlé, mais tu me rappelles que je m’étais promis d’en lire un :).

    J'aime

  2. Sybille

    J’ai lu très vite fait le titre de ton article et je pensais que tu parlais de la box envouthé…bref !! En effet, je ne connaissais pas ce livre, mais il a l’air bien sympathique !
    ps : j’ai bien reçu ton message, désolée de ne pas y avoir répondu plus tôt, je suis un peu débordée avec la fin du stage qui arrive, mais je ne pourrais pas participer à Masse Critique cette année, trop de boulot. Dommage…! Mais je suivrai ta participation et lirai ta chronique avec intérêt ^^

    J'aime

  3. Alacris

    Très enthousiasmante chronique ! Tu as le chic pour me tenter vers tel ou tel roman.
    La couverture, le titre, la référence aux Hauts de Hurlevent, ton engouement pour le livre, et cette atmosphère d’angoisse et de mystères, ça me plait bien. Surtout que c’est un roman polonais, ça change du gothique anglais / américain / allemand, et comme je ne connais pas encore le gothique polonais… je crois que je viens de trouver une occasion de le découvrir :p

    (par contre c’est pas gagné pour me souvenir du nom de l’auteur XD)

    J'aime

  4. Karine:)

    Ce roman, je le voulais absooolument! Je l’ai acheté en quoi… 2007… et il est encore dans ma pile. Je me fais peur à moi-même! Mais je suis fort tentée après ton billet.

    J'aime

  5. Anaïs

    Ah ! Dire que j’ai failli acheter ce bouquin il y a un mois !
    Je suis encore plus tentée de le lire maintenant, l’ambiance gothique et l’inquiétant malaise qu’elle procure c’est tout à fait mon genre. En plus avec la référence aux Hauts de Hurlevent ça m’a donné définitivement envie de l’ajouter à ma bibliothèque :)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s