Ever Dark

ever dark
La couverture est encore une fois illustrée par Mélanie Delon. Jolie même si je préférais celle du premier tome !

Ever Dark

de Veronica Rossi – (2012) – 349 pages

Nathan

Livraddict

Avis tome 1

*

4eme de couverture: Après leur séparation forcée, Aria et Perry laissent éclater leur passion au grand jour. Ils doivent pourtant se rendre à l’évidence : la tribu de Perry n’accepte pas la présence d’Aria, une Sédentaire. Aria décide alors de rejoindre seule la tribu des Cornans. La route est dangereuse mais, là-bas, la jeune fille pourra obtenir des informations sur le Calme Bleu, le seul endroit où l’Ether ne frappe pas, laissant aux hommes une chance de survie.

*

Mon avis : L’an dernier, j’ai lu de nombreuses dystopies mais celles qui sont véritablement sorties du lot ont été Legend de Marie Lu et Never Sky de Veronica Rossi. Je suis donc ravie de la sortie de ce second tome que j’attendais avec impatience.

*

Ce qui m’avait plu dans le premier opus, et qui me plait toujours autant dans le second, est la ribambelle de personnages tous plus intéressants les uns que les autres. Il y a déjà Perry «Le Sauvage » qui s’est épris d’Aria, une sédentaire (une privilégiée qui vit dans la Capsule Rêverie). Le premier tome les avait réunis et ils avaient dû apprendre à cohabiter malgré leur conception du monde très différente. L’une a toujours été épargnée par la dureté de la vie alors que l’autre a dû se battre pour survivre dans un univers hostile. Les personnages secondaires sont aussi bien mis en valeur, et sont attachants. Je pense notamment à Cinder et Roar. La relation d’amitié (purement platonique) qui unit Perry à Roar a fait battre mon petit cœur mou ^^

*

Il faut s’attendre à de nombreux temps forts dans ce second opus. De l’action, et des émotions. Ainsi que beaucoup de moments « WTF ? » qui m’ont prise au dépourvu. Je suis vraiment satisfaite de cette série jusqu’à présent, c’est une réussite, un monde dystopique riche et passionnant. J’espère que dans le troisième tome, Aria et Perry seront davantage réunis et que leur histoire d’amour évoluera dans le bon sens. Leur relation est l’une des plus abouties en YA. Entre eux, c’est intense et sincère. (Attention spoilers : et c’est l’une des rares dystopies dans laquelle, les personnages font l’amour (dans le tome 1). Et c’est raconté avec beaucoup de pudeur et de justesse !). Veronica Rossi ne fait pas les choses à moitié. Elle sait comment émouvoir son lecteur et faire souffrir ses personnages.

*

Il me tarde de lire la suite ! (sortie en janvier 2014 dans les pays anglophones)

*

Traduit de l’anglais par Jean-Noël Chatain.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s