Top/Flop

brèves3

Je vous parle de deux livres ce soir: un que j’ai fini hier soir et l’autre que j’ai terminé il y a bientot deux semaines mais dont j’avais la flemme d’écrire une chronique avant V__V

LE TOP:

Comment (bien) rater ses vacances de Anne Percin // 2010 / 186 pages

percin1La propagande menée à coups d’intimidation et de menaces par Matilda a porté ses fruits : j’ai lu le premier tome de cette série d’Anne Percin. Il faut dire que si elle n’avait pas parlé de ces livres avec autant d’enthousiasme, je n’aurais jamais été tentée par ceux-ci. Les couvertures ne sont pas tip-top (surtout le premier édité par DoAdo) et les titres ne m’attirent pas non plus. Mais je serais passée à côté d’un bon moment de rigolade avec Maxime, le personnage principal. Ce grand adolescent de 17 ans a une passion pour le sarcasme et le cynisme. A chaque fois qu’il ouvre le bec, il ne peut s’empêcher d’être ironique avec ses interlocuteurs (ou bien avec lui même quand il se parle tout seul). Même s’il ne doit pas être facile à vivre au quotidien, j’ai apprécié le côtoyer pendant 186 pages ! Ses réflexions sur tout et n’importe quoi m’ont plu ! Je redoutais que la répétition de propos sarcastiques deviendrait vite lourdingue mais finalement ça passe comme une lettre à la poste ! Ce bouquin a subi ma folie des post-it (il faudra que je pense à les enlever avant de le rendre à la bibliothèque) et j’ai relevé plusieurs passages irrésistibles. Les références littéraires de Maxime me parlent (les musicales, un peu moins car je m’y connais guère en chanteurs, groupes… Merci à la playlist à la fin du livre ! – Attention aux coquilles sur les titres quand même !) « La lecture des Liaisons Dangereuses, pendant l’année de première, a achevé de me dégouter. C’est bizarre, je me serais volontiers proclamé libertin, avant de savoir ce que c’était que le libertinage. Je croyais que Don Juan et Valmont étaient des cyniques, des libres-penseurs, des types à la coule (…). Mais ils ne sont que des spécialistes de la parade nuptiale, qui ont élevé la danse du dindon au rang d’art.» (p37). Il lui arrive de citer de nombreuses fois Sherlock Holmes aussi !

L’intrigue amoureuse ne prend pas toute la place dans l’histoire et ça fait du bien pour une fois ! Elle est intelligemment amenée, sans fioriture ni mièvrerie. C’est abracadabrantesque tout ce qui arrive à Maxime pendant ses vacances chez sa grand-mère ! Mais Anne Percin jongle bien entre humour, moments plus tristes, sentiments amoureux naissants, amour filial etc…L’auteur parvient très bien à se mettre dans la peau (et dans la tête) d’un adolescent. Maxime et sa famille prennent vie devant nos yeux. En une centaine de pages seulement, on a le sentiment de bien les connaitre. Il me tarde de lire le second tome pour replonger avec délice dans le quotidien de ce cher Maxime !

Thanks Matilda pour la découverte (et ne t’inquiètes pas, je ne te piquerai pas TON âme-sœur :p)

*

LE FLOP:

Les fausses bonnes questions, tome 1 : Mais qui cela peut-il être à cette heure ? de Lemony Snicket // 2014 / 286 pages

Le nom de Lemony Snicket est indissociable des Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, série dont j’avais assez bien aimé le premier tome et dont la suite m’attend toujours ! Lecouv15097056 premier tome de cette nouvelle série est encore plus intriguant et particulier dans son style et son intrigue. Je n’ai pas réussi à me sentir impliquée dans cette histoire qui se présente comme une affaire policière menée par un jeune détective en devenir de 12 ans et de son mentor. Je n’ai pas bien compris où l’auteur voulait nous mener et au final ce livre n’a ni queue ni tête tout comme son titre et sous-titre (Who could that be at this hour?). Je n’étais pas intéressée de connaître le fin mot de l’histoire qui n’est pas vraiment palpitante. Ca m’a un peu dérangée que tous les enfants de ce livre soient considérés comme des adultes. Ca ne cherche pas à être réaliste bien entendu, mais je n’ai pas aimé cela d’autant plus que tous les personnages m’ont été antipathiques et aussi interchangeables. Cependant j’ai apprécié les illustrations de SETH présentes dans l’ouvrage faites en seulement 2 couleurs (noir & bleu). Il faut bien avouer que parfois on passe totalement à côté d’une intrigue et qu’on se fiche bien de savoir la manière dont elle va se terminer. Ce fut mon cas avec ce livre. Sortie le 2 janvier.

7 réflexions au sujet de « Top/Flop »

  1. Matilda

    J’aime les successfull campagnes de propagande ! Et de toute façon j’te met au tapis quand j’veux, tu sais le karaté toussa, donc je n’ai pas peur que tu me piques ma nouvelle âme sœur de la semaine.

    J’ai le Snicket dans ma bibli. en anglais, les livres sont tellement mignons ! Je le garderais juste pour ça même s’il est nul.

    J'aime

  2. Ping : Comment (bien) gérer sa love story | Books & Words

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s