The disgrace of Kitty Grey

kitty

Mary Hooper est indéniablement une de mes auteures jeunesse favorites. Elle place ses histoires dans des contextes historiques si réels qu’on a l’impression d’y être. Elle a aussi le don d’aborder des sujets dont on ignore tout. Ainsi dans Waterloo Necropolis, nous étions propulsés au 19eme siècle et suivions le quotidien d’une pleureuse d’enterrement. Ou encore dans La messagère de l’au-delà, l’histoire prenait place au 17eme siècle et l’héroïne revenait d’entre les morts après une pendaison ratée (véritable histoire de Anne Greene). Chaque livre a le don de m’étonner. Mary Hooper montre la dure réalité de la vie. Elle n’épargne ni ses personnages, ni ses lecteurs. Et c’est appréciable de lire des intrigues à ce point matures et réfléchies en jeunesse.

1813. Kitty Grey est laitière à la campagne au service du manoir de Birdgeford. Elle aime sa vie, son métier et ses vaches. Elle a aussi un fiancé, Will, le passeur de la rivière. Alors qu’ils ont tout un tas de projets pour leur avenir, Will disparaît subitement. Kitty est persuadée qu’il l’a abandonnée et qu’il s’est rendu à Londres pour faire fortune. Qui plus est, Kitty se retrouve avec la petite sœur de son fiancé sur les bras. Elle voit une occasion de se rendre à Londres quand sa maitresse lui demande d’aller chercher un exemplaire du très populaire Orgueil et préjugés qui vient de paraître et qui fait un tabac. Prenant son courage à deux mains, elle a bien l’intention de retrouver Will et lui refourguer sa sœur et ses promesses d’amour. Mais elle ignore que la capitale est si grande et si dangereuse. A peine arrivée, elle se fait dérober son sac avec l’argent de sa maîtresse. S’ensuit une descente aux enfers qui la mènera jusqu’à la prison de Newgate.

Encore une fois, Mary Hooper dépeint toute la noirceur du genre humain et les conditions de vie déplorables à Londres et dans ses prisons. La misère de Kitty fait pitié à voir. Cette jeune fille si naïve et si respectable est complètement perdue dans cette ville gigantesque.

Dans les romans de Mary Hooper, nous apprenons toujours des détails historiques passionnants (bien que dramatiques dans le cas présent). Ici, il nous est raconté que pour un méfait anodin (voler une miche de pain), on pouvait faire un séjour en prison avec des détenus ayant commis des méfaits bien plus graves. Les femmes emprisonnées gardaient souvent leurs jeunes enfants auprès d’elles. Après la guerre d’indépendance, certains détenus étaient déportés en Australie pour y fonder des colonies pénitentiaires. Il fallait alors presque un année pour rejoindre ce pays. En 1789, le navire Lady Juliana transportait à son bord 222 femmes envoyées pour épouser et fonder une famille avec les détenus déjà présents sur place. Une partie du roman se passe à bord de ce bateau.

Si j’ai apprécié le contexte et les connaissances acquises dans ce livre, je dois dire que j’ai trouvé son intrigue trop vite résolue dans les trente dernières pages. Spoiler *Ici tout se termine bien. Tout le monde est heureux de nouveau. Tout est trop facile.* J’aurais voulu un final un peu plus approfondi et moins bisounours. Ca reste tout de même un roman que j’ai lu avec beaucoup d’intérêt et sur le même sujet, j’attends de voir la série TV « Banished » (merci Shelbylee pour l’information ^^) qui aborde aussi le sujet de la colonisation de l’Australie.

L’infortune de Kitty Grey – Mary Hooper. 2014. Les Grandes Personnes.

13 réflexions au sujet de « The disgrace of Kitty Grey »

  1. Sita

    Alexandra m’a parlé de Waterloo Necropolis récemment, et elle me l’avait déjà bien vendue… Tu m’achèves avec celui-ci, maintenant j’ai très envie de découvrir tous les titres de Mary Hooper.
    De toute façon, il suffit de me parler de littérature pour la jeunesse qui ne prend pas son public pour des idiots et en profite pour lui apprendre des choses et le cheval est ferré ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s