L’Aviatrice

IMG_20160101_185246-1

J’ai totalement découvert Beryl Markham (1902-1986) à travers cette biographie romancée. Avant de devenir la première femme à effectuer un vol solo transatlantique, elle fut la première femme (encore une fois!) entraineuse de chevaux au Kenya. Profession alors exclusivement masculine. Ce roman revient sur son enfance passée en Afrique où elle est arrivée à l’âge de 4 ans avec sa famille. Son père était lui même entraîneur de chevaux de course. Beryl voue un amour passionnel pour ce pays, et cette nature si foisonnante et accueillante. Elle ne s’imagine vivre nulle part ailleurs et surtout pas en Angleterre où elle est née.

Mon souci principal avec ce type de biographie ‘officieuse’, c’est qu’on ne peut pas connaître le degré d’exactitude. Oui bien entendu les grandes lignes sont véridiques mais comme ce roman est écrit à la première personne, il nous fait voir une image de Beryl qui n’est peut être pas tout à fait exacte. Je présume que Laura McLain a lu les mémoires de Beryl et s’est renseignée auprès d’historiens, mais de là à deviner les pensées les plus intimes de cette femme, c’est tout autre chose ! C’est assez frustrant, et j’aurais limite préféré que le récit soit écrit à la 3eme personne !

Cependant, je me suis laissée emporter dans le quotidien de Beryl de sa plus tendre enfance à sa vie d’adulte mouvementée. De son émerveillement face aux petites joies de la vie, à ses déceptions de femme mariée. C’est une femme au tempérament bien trempé pour une personne de sa condition sociale. Ce que j’ai trouvé merveilleux, c’est que son père n’a jamais entravé sa liberté quand elle était jeune.

markham_360x450_0L’aviatrice se focalise sur ses histoires de cœur et sur sa carrière de dresseuse de chevaux bien avant son intérêt pour l’aviation. Au vu du titre et de la couverture, je pensais vraiment que cet aspect serait davantage présent mais en réalité, Paula McLain a pris le parti pris de nous présenter Beryl à travers ses relations avec les différents hommes de sa vie, aux scandales que son train de vie et sa liberté suscitèrent. Le seul véritable homme de sa vie fut Denys Finch Hatton, un aristocrate britannique qui tomba aussi amoureux du Kenya et qui était guide de safari. Karen Blixen (connue pour avoir écrit son autobiographie Une ferme en Afrique adaptée au cinéma sous le titre d’Out of Africa) était aussi l’amante de cet homme. Beryl et Karen furent à la fois amies et rivales de cœur.

Beryl est un personnage auquel on s’attache vite, mais je suis certaine que découvrir la vraie Beryl Markham à travers ses mémoires Vers l’Ouest avec la nuit, m’émouvrait davantage et me donnerait l’impression de véritablement entrapercevoir son existence de femme libre au Kenya et de pionnière dans bien des domaines ! Ce roman aura le mérite de m’avoir fait découvrir une personne d’exception ^^

L’Aviatrice (Circling the Sun) de Paula McLain, 2015

11 réflexions au sujet de « L’Aviatrice »

  1. Whalzz

    Je ne connaissais pas du tout cette femme avant de tomber sur ce roman. Je pense également qu’une narration à la première personne pour une biographie n’est pas forcément le meilleur choix, c’est assez osé en quelque sorte. Je serai plus tentée de lire les mémoires de Beryl du coup… (oui je n’ai jamais vu le film Out of Africa)

    J'aime

  2. Caro Bleue Violette

    Décidément, Beryl me poursuit :-) J’ai justement vu ce livre en librairie il y a quelques jours et il m’avait intriguée parce que je venais de croiser pour la première fois le nom de Beryl Markham dans une de mes lectures. Puis en lisant la quatrième de couv j’ai vu le nom de Finch Hatton… et j’adore Out of Africa :-P

    Bref du coup je note ce roman mais plus particulièrement les mémoires de Beryl !

    J'aime

      1. Caro Bleue Violette

        Ce n’était pas dans un bouquin mais dans un magazine mais je ne sais plus lequel, j’étais dans une salle d’attente et je feuilletais au hasard (c’était peut-être à cause de ce roman du coup qu’elle était mentionnée). Mais le nom de Beryl Markham a dû me marquer au passage :-)

        Et oui il faut voir Out of Africa ! C’est l’un des rares cas où je préfère le film au livre (« La ferme africaine » est très bien mais la love story de Blixen avec Finch Hatton n’est jamais mentionnée explicitement, elle dit juste qu’ils sont amis ^^)

        J'aime

  3. Valentine Pumpkins

    ça peut être intéressant même si mon petit côté féministe (bon, ok GROS côté féministe) trouve dommage de présenter une telle femme juste au travers des différents hommes de sa vie. Néanmoins, je ne la connaissais pas du tout et ça m’intrigue beaucoup !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s