Evolution d’une lectrice

IMG_20170611_182402_332

Aujourd’hui, je reviens avec un article pour vous parler de la manière dont mon rapport aux livres à évoluer depuis que je tiens ce blog.

Phase 1:  La soif de posséder
Il fut un temps, pas si lointain que cela, lors de mes années de licence où j’achetais à foison des livres – majoritairement d’occasion à Gibert Joseph, Book-Off, sur des brocantes, ou neufs en librairies, The Book Depository et salons du livre. D’ailleurs je m’étonne aujourd’hui des sommes gigantesques que j’ai pu dépenser alors même que j’étais étudiante sans revenu (à part ma rémunération de stage en L3 et emplois saisonniers l’été). A cette époque je n’arrivais pas à me restreindre – là où je voyais une bonne affaire je me ruais dessus. J’étais dans ma période très orientée lectures Young Adult et jeunesse. Il est vrai que je lisais beaucoup plus qu’à présent – mais pas assez pour écouler la dizaine voire la vingtaine d’ouvrages qui rejoignaient ma Pile à Lire chaque mois.

Je recevais à cette époque des services presse envoyés par différents éditeurs – et je l’avoue aujourd’hui : j’étais heureuse de recevoir « gratuitement » des ouvrages pour compléter ma collection et étoffer toujours plus mes étagères. Rapidement, j’ai déchanté car je devais lire la plupart du temps des livres que je n’avais pas choisi de mon plein gré et par respect pour les éditeurs, je me forçais à les lire le plus rapidement possible pour rédiger un avis positif ou négatif sur le blog. En prenant du recul, ce fut une erreur. Sur le moment j’étais ravie de ce « privilège de blogueuse » mais je ne lisais plus par plaisir – un peu comme les lectures imposées lors de ma scolarité. Je recevais certes des livres gratuitement – mais à quoi bon au final ?

Entre 2010 et 2013, j’ai consommé pratiquement que des lectures Young Adult comme dit plus haut, et en licence 3 de Lettres Modernes-Edition, j’ai été amenée à faire un stage au sein du département jeunesse d’une maison d’édition. Ce fut une expérience que j’ai trouvé hautement gratifiante et intéressante – bien que brève (3 mois). Au cours de ce stage, j’ai lu beaucoup de manuscrits et je devais ensuite donner mon point de vue à l’éditrice sur les éléments positifs ou négatifs, et sur ce que cette histoire pourrait apporter de nouveau au paysage littéraire jeunesse etc.. J’avais d’autres missions, mais une grande partie de mon travail se résumait à cela. En trois mois de temps, j’ai certainement lu plus d’une trentaine de textes (la grande majorité oubliée depuis belle lurette) – mais je ne lisais plus du tout pour MOI. Pour des raisons financières, j’ai prolongé ma collaboration avec cette maison d’édition en tant que lectrice indépendante pendant 8 ou 9 mois je crois. Je recevais jusqu’à deux livres par semaine et j’avais généralement une dizaine de jours pour faire un retour à l’éditrice. En plus de cela je continuais à recevoir quelques services presse. En y repensant, ça a été une période de grande frustration car lorsque je lisais, je devais toujours avoir à l’esprit la manière dont j’allais devoir en parler ensuite. Lire c’était travailler.

Phase 2: La prise de conscience
Je me suis faite la réflexion que la lecture devait rester une activité de plaisir – et non pas de contrainte. Je ne regrette pas cette expérience de lectrice, ni mon stage, mais j’ai réalisé que je ne souhaitais pas travailler dans ce milieu, que je voulais rester une lectrice lambda en dehors de la machine « édition ». C’était vraiment bien d’en découvrir les ficelles, mais je ne souhaitais pas y faire ma carrière. De plus, arrivé un moment, je n’avais plus du tout envie de lire de romans dits pour « jeunes adultes » donc j’ai arrêté mon travail auprès de la maison d’édition en question. Pendant plus de 3 ans, j’avais délibérément délaissé les romans classiques, historiques, contemporains (j’en lisais encore mais ça représentait un pourcentage infime par rapport au reste!), et en 2014 ça commençait à franchement me manquer. Si j’avais fait quelques bonnes découvertes en lisant des livres YA, je ne pouvais m’empêcher de trouver le style d’écriture souvent trop peu consistant et recherché à mon goût. J’avais l’impression de tourner en rond au fil de mes lectures. Attention, je ne dénigre pas les romans de ce genre, ni les personnes qui en lisent ! C’est simplement que moi – à ce moment là, je n’ai plus eu envie d’en lire.

Phase 3: Le grand ménage
Il s’est alors posé le problème des nombreux ouvrages accumulés en masse. J’ai eu envie de pleurer face à autant de « gâchis » d’argent. Un bon tiers de ma Pile à lire ne correspondait plus à mes envies de lecture. Je possédais énormément de grands formats car à l’époque je trouvais que cela rendait mieux sur mes étagères et puis je voulais l’ouvrage maintenant-tout de suite pour finalement le lire 2 ans après … ou jamais. J’ai aussi acheté des ouvrages car je trouvais la couverture jolie sans trop porter d’attention au résumé…
Je me suis donc retrouvée avec une bonne centaine d’ouvrages dans ma PAL qui n’étaient plus à mon goût. Même sur mes étagères de livres lus, je gardais par habitude tous mes livres même ceux que je n’avais pas aimés. C’est depuis à peu près 1 an et demi que j’ai changé ma manière de penser : je ne ressens plus le besoin d’accumuler les objets « parce qu’un jour peut être je pourrais les (re)lire/m’en servir ». Dans un premier temps, je me suis séparée de tous ces livres qui ne m’avaient pas fait une bonne impression, puis de ceux dans ma PAL dont le synopsis ne m’intéressait plus. Par exemple, je lisais beaucoup de dystopies – puis j’ai trouvé ce genre trop répétitif. J’ai tout d’abord sondé les personnes de mon entourage pour savoir si ça pouvait en intéresser certaines. Puis j’en ai revendu une bonne partie à Gibert Jeune. Les invendus ont été donnés aux Emmaüs. C’est ainsi que je suis passée d’une pile avoisinant les 600 ouvrages à la moitié (et moins que la moitié à l’heure actuelle).
Ce trop plein de livres m’oppressait ! Cette purge de ma PAL a été bénéfique pour pouvoir me recentrer, et mieux me rendre de compte des genres littéraires qui me tentaient le plus !

Phase 4:  Ma nouvelle relation avec les livres
Il fut un temps où la bibliothèque gigantesque de la Bête dans le dessin animé la Belle et la Bête me faisait baver d’envie. Ou bien celles en arrière plan sur les vidéos des Booktubers. Ce n’est plus le cas. Certes une bibliothèque bien remplie a toujours du charme à mes yeux, mais si celle-ci reflète réellement les goûts de la personne qui la détient.
Pour moi trop de choix, tue le choix. Je prévois d’ailleurs un nouveau tri de mes étagères car je constate qu’il y a encore beaucoup de surplus. Je suis loin, très loin d’être minimaliste car je reste attachée à beaucoup de choses matérielles qui m’entourent. Cependant – ayant l’intention de bientôt prendre mon envol et déménager de chez mes parents, je sais très bien que je devrais vivre dans petite surface (si j’ai 25m2 ça serait déjà très bien haha) et qu’il faudra donc que je me limite à mes « essentiels ». Limiter ma possession de livres ne veut en aucun cas dire renier mon attachement pour eux. Mes livres favoris ne me quitteront pas !

Alors qu’avant je préférais acheter plutôt qu’emprunter, c’est désormais l’inverse ! Certes, je devrais déjà m’occuper de faire baisser le nombre de livres dans ma PAL plutôt qu’emprunter à ma médiathèque ^^’ mais pour les nouveautés qui me font de l’œil, mon premier réflexe est de consulter le catalogue et de réserver l’ouvrage auprès des bibliothécaires si ils l’ont ! (Mon Kindle est aussi toujours un allié !)
Je n’ai pas acheté de livres depuis un moment. Les derniers en date étaient Lectures intimes de Virginia Wolf et Journal de Gide. Le premier car ma bibliothèque ne le possédait pas. Le second était une ancienne édition à moindre coût. Une fois lus, il n’est pas dit qu’ils resteront indéfiniment sur mes étagères. J’ai pris une certaine distance vis à vis de mes livres mais également de mes vêtements, jouets de mon enfance, DVD… J’étais un vrai petit écureuil qui accumulait les possessions auparavant – je le suis encore un peu c’est vrai, mais mes réserves ont beaucoup diminuées :p

Depuis que je travaille (pas dans l’édition vous l’aurez compris héhé), j’ai malheureusement moins de temps à consacrer à la lecture mais les livres que je décide d’ouvrir résultent désormais d’un choix personnel !
Et autre point qui a changé: je ne me considère plus comme une blogueuse littéraire comme autrefois – où je chroniquais CHACUNE de mes lectures. J’ignore comment j’étais capable de faire cela.. en tout cas, je ne le pourrais plus à présent et ma nouvelle manière de bloguer me satisfait mieux même si elle n’est plus axée uniquement sur la littérature.

Bref, tout cela pour dire que j’ai vu un changement assez net s’effectuer ces dernières années dans ma façon d’appréhender mes lectures et de gérer mes bibliothèques ^^
Et vous, quel genre de lecteurs êtes-vous ? 

Mes dernières activités livresques #3

lectures Ce mois ci, j’ai terminé comme je l’avais prévu Les Trois Mousquetaires. J’avais débuté cette lecture fin janvier, il m’aura donc fallu presque deux mois pour l’achever. J’ai pris mon temps, je ne l’ai pas lu d’une traite préférant alterner avec des lectures me demandant moins de concentration (non pas que la plume d’Alexandre Dumas soit très difficile mais il faut tout de même être concentré tout du long ;). J’avais déjà fait part de mes premières impressions lorsque j’étais à la moitié de ma lecture, la suite fut tout aussi épique. Dumas est doué pour imaginer d’extraordinaires aventures à ses personnages. Athos et D’Artagnan sont restés mes deux héros préférés du début à la fin. Athos pour sa sagesse, sa noblesse, et sa tendresse paternelle envers le jeune d’Artagnan qu’il appelle quelques fois « fils ». D’Artagnan a beaucoup d’admiration pour son mentor de dix ans son ainé. Leur relation est superbement décrite, si bien que les deux autres personnages sont presque éclipsés par la grandeur de ces deux-là. Si j’ai aimé l’humour et l’autodérision de Porthos, Aramis me fut beaucoup moins sympathique parce que moins franc que ses compagnons. Outre les quatre gentilshommes, Milady de Winter est l’autre personnage phare de ce roman. Elle a diverses identités et nationalités, elle est insaisissable, ensorcelante, dangereuse. Sa fin tragique la rend d’autant plus inoubliable ! Je compte bien évidemment lire Vingt ans après, et Le Vicomte de Bragelonne, mais je vais me laisser le temps avant d’attaquer ces pavés ^^

Les Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas. 1844. 893 pages. x

transition2 Je m’y connais que très peu en littérature asiatique. J’ai lu un peu de japonaise avec Murakami et je n’avais pas du tout été touchée par Kafka sur le Rivage, ni par le premier tome de 1Q84. Je suis, en quelque sorte, sortie de ma « zone de confort » en lisant la sélection de mars du club de lecture Mango&Salt. Malheureusement, j’ai tout autant été hermétique au style de Keigo Higashino. Sans doute la traduction française ne rend pas justice à sa plume car l’ensemble du récit est très plat, peu naturel dans les dialogues. Et je n’ai pas ressenti l’ombre d’une émotion pour les personnages. En revanche, la particularité de ce livre réside dans son twist de départ: un meurtre est commis dans les premières pages et nous savons qui a fait le coup. Tout l’intérêt du livre repose donc sur la manière dont la police va remonter jusqu’au coupable. C’est un roman policier inversé en quelque sorte. La notion de dévouement suggérée dans le titre est très importante dans le livre et prend tout son sens au fil du texte.

Je ne peux pas dire que j’ai aimé ce roman policier même si je lui reconnais de l’originalité dans sa construction et dans son thème (les mathématiques et la logique jouent un grand rôle). La traduction m’a posé problème tout au long de ma lecture m’empêchant de réellement entrer dans l’histoire, et le final ne m’a pas surprise tant que cela! J’aimerais tout de même m’essayer à un autre roman policier de l’auteur (La Maison où je suis mort autrefois) pour voir si la mayonnaise prend davantage :p

Le dévouement du suspect X de Keigo Higashimo. 2005. 314 pages. x

transition2 J’ai ensuite inauguré ma nouvelle liseuse en lisant And Only To Deceive de Tasha Alexander, un roman historique se déroulant à l’époque victorienne. Un livre qui s’est révélé beaucoup plus sérieux que ce que je m’imaginais. Je n’avais pas lu le résumé avant de m’y mettre, mais je m’attendais à quelque chose de léger, à une héroïne qui s’improvise détective comme dans la plupart des cozy mystery. Sauf que ce fut beaucoup plus poignant que cela. Lady Emily est veuve quand l’intrigue commence. Elle n’a été l’épouse de Philip Ashton que pendant six mois, et il ne s’agissait pas d’un mariage d’amour – Emily a accepté la demande en mariage afin d’échapper à la pression sociale de son temps, et surtout à sa mère qui la pressait de choisir un bon parti. C’est en découvrant les journaux intimes de feu son époux, qu’elle va se mettre à éprouver des sentiments pour lui.

Don’t fall in love with your dead husband, Kallista. It can bring you no joy.

Plus elle en découvre sur Philip, plus elle pleure son absence. Si elle avait appris à le connaitre plus tôt, ils auraient partagé des passions communes: il aurait pu l’initier à son amour pour la Grèce Antique, pour les antiquités… Philip semblait l’aimer profondément et elle n’avait rien vu! Emily éprouve une terrible amertume et aimerait faire machine arrière. Mais c’est trop tard… Elle se lance alors dans un apprentissage du grec, visite de nombreux musées afin de se rapprocher un tant soit peu des intérêts passés de Philip. Ce sont toutes les réflexions de l’héroïne qui m’ont fait apprécier ce livre et l’enquête ‘policière’ de ce premier tome s’invite naturellement dans son quotidien quand elle découvre que des objets précieux appartenant au British Museum ont été contrefaits et que son mari aurait potentiellement été impliqué dans un trafic d’antiquités. Je suis curieuse de voir ce que la série de Tasha Alexander peut donner sur 11 tomes (!!) et comment le personnage d’Emily Ashton évoluera par la suite !

And Only to Deceive de Tasha Alexander. 2005. 321 pages. x

transition2

IMG_20160325_144139

Je vous présente ma nouvelle liseuse que j’ai nommée Ada Lovelace 😛 ! Pour ceux qui me suivent sur mon Instagram, j’ai écrit un post à propos des raisons qui m’ont poussée à changer de modèle. Je suis adepte de la lecture numérique depuis 2012 et ma première liseuse – un Kindle Touch de 2011 – m’a beaucoup servi au cours de ces dernières années (surtout lorsque je lisais des manuscrits pour une maison d’édition). Je suis ravie d’être passée au Kindle Paperwhite qui offre un éclairage intégré* qui va me permettre de lire tard le soir (ou tôt le matin ^^) sans avoir besoin d’allumer ma lampe de chevet !

*Qui ne fait pas mal au yeux car il s’agit toujours de la technologie e-ink, l’opposé des écrans LCD des tablettes, smartphones et ordinateurs. 

IMG_20160325_143442 IMG_20160325_143601

L’une des nouvelles options est le vocabulaire interactif qui est la synthèse de tous les mots recherchés dans le dictionnaire au cours de ma lecture. Des fiches de révision replacent le mot dans son contexte pour mieux en retenir le sens. C’est vraiment pratique, et je vais également recopier les définitions dans un carnet pour les mémoriser ^^

Comme je le disais déjà dans un article en 2012, le livre numérique est pour moi un excellent complément aux livres papier sans pour autant les supplanter !

transition2
Enfin, je saute du coq à l’âne en vous donnant mon avis sur le saison 2 de Daredevil visionnée sur Netflix !

daredevilAprès une saison 1 très réussie, Daredevil, le justicier masqué de Hell’s Kitchen, était devenu un de mes héros Marvel préférés. Cette saison 2 m’a (presque) autant séduite et impressionnée par ses scènes d’action incroyablement orchestrées, par ses plans-séquences filmés dans l’obscurité (la « scène de bagarre dans l’escalier » est sensationnelle!). J’aime toujours autant le personnage de Daredevil, mais mon attention s’est davantage porté sur les deux autres antihéros: Elektra (interprétée superbement par la française Elodie Yung) et surtout le Punisher: personnage glaçant et complexe qui n’a pas du tout la même perception de la Justice que Daredevil. Il est fascinant malgré sa bestialité, et Jon Bernthal, est un acteur au top!! Et c’est justement en raison de cette recrudescence de violence que je suis légèrement moins enthousiaste.. La saison 1 était un peu violente déjà, mais ça restait « décent » alors que là… A partir de l’épisode 9, beaucoup de scènes m’ont fait détourner le regard. Je comprends que cette violence soit nécessaire à la série étant donné l’intrigue et les personnages impliqués et c’est sans doute aussi sombre dans les Comics Marvel, mais ce fut beaucoup trop sanglant à mon goût. Ca n’empêche pas que j’ai apprécié cette saison 2 si je fais abstraction de certaines scènes ! Les + : le rythme, les diverses intrigues, le traitement des personnages principaux et secondaires, l’ambiance électrique de la ville de NY la nuit etc.. Et j’ai hâte de voir la saison 3 qui promet d’être épique (et tout aussi dark…).

transition2

Je ne pense pas écrire un bilan culturel du mois de mars comme le mois dernier, car j’ai déjà parlé de toutes mes lectures ici ou sur Facebook. Je vous ai aussi assez rebattu les oreilles avec le livre et le film Brooklyn – véritable coup de coeur de ce début d’année et je serai capable d’écrire encore un paragraphe entier dessus donc je vais m’abstenir haha. Donc il n’y aurait rien de neuf à dire dans un article bilan ! Mais je vous retrouve bien vite avec mes prochaines lectures ☺️

Février • bilan • inspirations • favoris

Hello la compagnie ! 

Je ne rédige plus systématiquement des bilans en fin de mois, mais cette fois ci j’étais inspirée, et il y avait plusieurs choses dont j’avais envie de vous parler. Il n’est pas uniquement question de livres et de films/séries dans ce billet. Ca sera un article fourre-tout, random :)

lectures

J’ai commencé le mois de février avec le Bal d’Irène Némirovsky. Un court roman d’à peine cent pages dans lequel est dépeinte la relation conflictuelle entre une mère et sa fille adolescente. Une confrontation générationnelle caustique, tendre, et grinçante ! J’en enchainé avec La Femme au Miroir d’Eric-Emmanuel Schmitt, un cadeau de Marie, et dont je vous avais parlé dans cet article (dans ce même article, j’évoquais ma lecture en cours des Trois mousquetaires de Dumas – que je terminerai en mars!). Enfin, j’avais emprunté par hasard à la médiathèque les tomes 1 et 2 d’Aeternia de Gabriel Katz, véritable surprise car j’ai attribué 5 étoiles au premier opus sur Goodreads, premier coup de coeur de l’année ! Le second a peut être été moins percutant que le premier qui m’avait plusieurs fois éberluée. Mais il y a quand même de grosses révélations surprenantes !

Depuis le début de l’année, j’ai lu principalement des auteurs français, ce qui est assez rare car j’ai tendance à me tourner davantage vers la littérature britannique ^^ Plusieurs ouvrages me tentent en mars – et là encore, mes envies peuvent changer  : Au Bonheur des Dames de Zola (lecture en cours) ; Brooklyn de Colm Tóibín ; To Kill a Mockingbird d’Harper Lee ; The Martian d’Andy Weir. 

visionnages

tumblr_o33lzkz4RN1qh109ao6_r1_250Agent Carter: Toujours aussi badass et élégante, Peggy revient dans une saison 2 ! Que d’émotions (j’ai pleuré plusieurs fois Y_Y) et de péripéties. J’ai toujours envie de faire de gros câlins à Jarvis tellement il est adorable, et j’ai adoré faire la connaissance de sa femme. Quel beau couple ♥︎ L’ambiance des années 40 aux Etats-Unis est toujours aussi bien reconstituée. L’intrigue surnaturelle est des plus prenantes !  L’épisode final sort déjà ce soir ! Je ne doute pas qu’il sera à la hauteur du reste de la saison. Heureusement qu’on va retrouver bien vite l’univers Marvel avec la sortie au cinéma de Captain America: Civil War en avril, ainsi que la saison 2 de Daredevil sur Netflix, le 18 mars !

tumblr_nya5i2JSAE1tdtf4ro4_400Le dernier nouveau-né Disney n’a pas été un coup de coeur pour moi. Zootopie est une immense ville où les animaux de toutes espèces vivent en presque harmonie. L’architecture de la ville est pensée selon la morphologie des habitants. Esthétiquement parlant, le film est une réussite. Judy est la première lapine a être promue policière. Elle quitte sa campagne natale pleine d’ambition et d’optimisme. Elle déchante vite quand elle est assignée ASVP. Elle va néanmoins être amenée à enquêter sur d’étranges disparitions avec Nick, un renard futé et un brin escroc. Ce duo atypique est ingénieux et j’ai beaucoup aimé l’alchimie entre eux deux. C’est au niveau de l’intrigue que j’ai été un petit plus mitigée. Je m’attendais à rire aux éclats, à être émue comme j’en ai l’habitude avec les Disney. Même la morale du film m’a paru un peu faiblarde quoiqu’importante (la tolérance toussa). Je suis restée sur ma faim, même s’il mérite d’être vu pour son esthétisme et la richesse de sa faune ^^ (Avis publié initialement sur la page FB du blog).

tumblr_nszh06XIrs1s5m2u3o3_250

Mon amie Charlène m’a prêté son Disney préféré, et qui est la raison de son amour passionné pour les lamas (=p). Il s’agit de Kuzco, l’empereur mégalo sorti en 2000 et que je n’avais JA-MAIS vu ! C’est désormais chose faite, et j’ai beaucoup rigolé ! Je l’ai vu en VF (il n’y a que les films d’animation que je tolère en version française x), et les chansons m’ont plu : surtout celle ci x !

Mais revenons à nos lamas ! J’ai aussi vu en février la moitié de la saison 1 de Brooklyn 99, et le début de la seconde ! C’est une sitcom américaine avec des blagues faciles mais des personnages attachants ^^ C’est plaisant même si ça ne vaut pas mes séries comiques indétronables et assez similaires: Parks&Recreation et The Office ! (il y a Friends aussi bien sur dans mes séries préférées mais Brooklyn 99 ne lui ressemble pas du tout xP). Parmi les autres choses vues, il y a un Long Dimanche de Fiançailles (2004) qui ne m’avait pas paru si difficile émotionnellement quand je l’avais vu petite (mon coeur devait être mieux accroché à l’époque hihi). J’aime beaucoup l’esthétisme si reconnaissable des films de Jean-Pierre Jeunet ! J’ai également regardé Les Virtuoses (1996), film britannique pas très connu me semble-t-il (détrompez-moi sinon!). L’histoire se passe dans une petite ville du nord de l’Angleterre dans les années 90. La plupart des habitants travaillent à la mine et celle-ci est sur le point de fermer. Malgré les problèmes financiers, la misère, ils n’ont plus que leur amour de la musique pour les faire (sur)vivre et peut être remporter le championnat national des brass bands. Un film social émouvant.

tumblr_o2jq2gDO3o1uo37o2o9_r2_250Ce que j’aimerais (re)voir en mars: La Route d’Eldorado ; Finir saison 2 The Musketeers (cf: gif ci-contre) ; aller voir peut être Brooklyn au cinéma. Netflix a vraiment supplanté ma télévision que je ne regardais déjà plus beaucoup ces dernières années, et que je dois allumer grand maximum 3 fois par mois désormais mouhaha

.

décoo

..ou plutôt les beaux intérieurs que j’ai déniché sur Tumblr et Pinterest. J’adoore voir la manière dont les gens aménagent leur appartement.. et surtout leur pièce de bureau ! Je suis émerveillée par les talents décoratifs de certaines personnes. Dans mes rêves j’habite dans ces lieux xDD:

déco11

déco2

(x)(x)(x)

(x)(x)(x)(x)

IMG_20160227_174159Alimentation / Cosmétique : Soyons fous, je mélange les deux catégories ! Depuis quelques mois, je fréquente plus régulièrement les magasins bio et je me suis découvert des addictions nouvelles. Ca fait bien plus de 6 mois, que je mange des galettes de maïs aux graines de lin en semaine (la baguette c’est seulement le week-end chez nous!). J’aime bien découvrir de nouveaux aliments quand je vais chez Naturalia ou Biocoop : de la pâte à tartiner sans huile de palme (très bon..mais légèrement moins que le Nutella, il faut reconnaitre !), mélange boulgour-sésame-quinoa (mium mium j’en ai encore mangé ce midi!), huile de coco pour la cuisson etc.. Sinon je suis devenue fana de ces cappuccino à la noisette et à l’amande de la marque Maxwell House que l’on trouve dans à peu près tous les supermarchés !

J’ai aussi changé ma routine soin, en privilégiant des produits plus clean car lorsqu’on regarde de plus près la composition de certains shampooings, gels douche, déodorants qui sont commercialisés et vendus en masse, ça fait peur. Juste à titre d’exemple, le déodorant Narta que je mets depuis des années contient des sels d’aluminium qui peuvent augmenter le risque de cancer du sein. Réjouissant ! Du coup, je préfère me tourner dorénavant vers des produits dont la composition n’a rien d’alarmant (ce site m’aide beaucoup à me repérer). Ca ne coûte pas forcément plus cher et ça a le mérite de me rassurer.

peintures

tumblr_mgl5enfgNs1roedt4o1_500

The Green Gown de Thomas Edwin Mostyn.

Marie-Denise Villers détails

Détails de A Young Woman Seated by a Window de Marie-Denise Villers. 1801

mlodie

J’ai écouté relativement peu de musique ce mois-ci si ce n’est des playlists sur 8tracks et des soundtracks de films. J’aime particulièrement le morceau We move lightly, apaisant et un peu mélancolique ! Le second titre Folia – Baroque Violin, Viola da Gamba & Harpsichord m’a été recommandé par Marie (^^), et j’ai dû l’écouter une bonne trentaine de fois depuis le début du mois ! C’est un perpétuel ravissement pour les oreilles, et la vidéo est également magnifique.

sorties

Si vous me suivez sur Instagram, vous avez déjà dû voir ces photos !

sorties1

1/ L’Église Saint-Étienne-du-Mont (Paris 5e) 2, 3, 4/ La Sainte-Chapelle (Paris 1er).

sorties2

5, 6/ Musée des Arts Décoratifs, exposition 4 siècles de papiers peints et vitrail « Le Printemps » d’Eugène Grasset (Paris 1er) 7/ Panthéon (Paris 5eme) 8/ Sortie cinéma et Starbucks

Voici à peu près tout de mon bilan du mois de février ! N’hésitez pas à me partager vos propres découvertes livresques/sériesques/gustatives[…] ^^ Je vous souhaite un excellent mois de mars o/ 

Vous reprendrez bien une tasse de thé ?

Amateurs de thés, oyé oyé !

Je bois environ 3 thés dans une journée « type ». Le matin au petit déjeuner (mais pas toujours, ça dépend si j’ai le temps). Un autre autour de 16h/17h et enfin un dernier après le dîner. Cette habitude n’est pas très ancienne, elle a réellement commencé il y a 3/4 ans. En comparaison, je ne bois quasiment jamais de café si ce n’est de temps en temps chez Starbucks (ce qui est rare), ou encore chez moi avec la machine à expresso de mon père. Je ne bois pas non plus souvent de chocolat chaud. La seule boisson chaude dont je ne peux me passer est donc le thé ! Disclaimer: Ca ne fait pas de moi une grande connaisseuse en la matière. Les thés que je bois sont majoritairement aromatisés. Je possède quelques thés « bruts » mais ce ne sont pas ceux que je bois le plus. J’aime les saveurs gourmandes, épicées, fleuries, mentholées et je trouve largement mon bonheur chez les marchands de thés !

Mon étagère de thés est pleine à craquer. Je dois avoir – au bas mot, une trentaine de variétés. Dans cet article, je vous montre les 6 thés/tisanes que je préfère dans ma collection ^^

IMG_20151201_150300 kusmiT

Ce thé est le premier Kusmi Tea que j’ai eu l’occasion de goûter. J’avais hésité avec celui ayant simplement la saveur Chocolat mais comme j’adore le thé à la menthe qui est extrêmement rafraichissant et qui permet de bien digérer après un repas, je me suis tournée vers celui ci et il est divin ! Il s’agit d’un thé noir avec des morceaux de coques de cacao. La menthe est davantage prononcée je dirai, mais le gout du chocolat se distingue bien aussi !

Boite de 125g – 14€ <

IMG_20151201_150503

rooibos

Je connais et j’achète cette marque seulement depuis quelques mois. Lors de mon dernier stage, TOUS les jours au goûter, nous nous préparions un petit thé ou une tisane, car la plupart de mes collègues préféraient le thé sans théine pour ne pas avoir du mal à dormir le soir. Moi ça m’est totalement égal, et je peux même boire un strong tea le soir avant de me coucher sans que ça ne m’empêche de dormir comme une masse x) Les Rooibos – plante originaire d’Afrique du Sud – que j’avais bus jusqu’à présent ne m’avaient pas trop plu (surtout ceux de la marque « English Tea Shop »). En revanche, celui ci ô mon dieu ! J’ai un autre thé à l’amande – une boite miniature Thé Vert à la Menthe de Kusmi, mais il n’est pas comparable à ce rooibos puissant. Il contient de véritables morceaux d’amandes, et à la dégustation, il me fait penser à de la frangipane ^^

> Boite de 100g : 11,80€ ; Recharge de 100g : 8,80€ <

IMG_20151201_150646

oolong

C’est lorsque je suis allée chez Dammann Frères acheter mon calendrier de l’Avent, que je suis tombée par hasard sur cet Oolong (thés semi-fermentés originaires de Chine et de Taiwan). Et qu’il est bon, qu’il sent bon ! Sans rigoler, je pourrais le renifler pendant des heures xP Il a un gout sucré et salé à la fois. Je n’avais jamais bu un thé au caramel aussi délicieux que celui ci ! Malheureusement je n’ai pris que 50g et il ne va pas me faire long feu !

En vrac (100g) : 12,5€. Possibilité de demander 50g en magasin <

IMG_20151201_150842

poirecitron

Je regroupe ces deux thés car je les apprécie autant l’un que l’autre et ils font partie de la même gamme chez Lipton qui comprend aussi le Thé façon Muffin Myrtille (également très bon) et le Thé façon cupcake à la fraise que je n’aime pas trop. Ce que j’aime chez ces deux saveurs là, c’est qu’on a vraiment l’impression de gouter à une poire recouverte de chocolat et à une tarte au citron. C’est assez bluffant !

> Thé poire/chocolat ; Thé au citron (en vente dans tous les supermarchés normalement !) <

IMG_20151201_150953

princew

L’éventail des thés russes est gigantesque ! Je connais surtout ceux de Kusmi Tea: Anastasia, Label Impérial, St-Pétersbourg… Mais j’apprécie surtout le Prince Wladimir avec ses saveurs d’agrumes, d’épices et de vanille. Il est idéal à consommer en hiver !

> La boite de 125g : 14€ <

IMG_20151201_151049

teapigs

C’est à Monoprix que j’ai croisé pour la première fois cette marque anglaise que je voulais tester depuis des lustres !!! Elle est assez peu distribuée en France et c’était le premier endroit où j’ai pu la trouver ! Elle est assez chère pour le coup.. il me semble que ça devait être 6€ pour 15 sachets. J’adore le packaging, les sachets pyramidaux biodégradables, et puis les petits boutons de camomille dedans ! Le gout est indescriptible. Doux et réconfortant. En écrivant cet article, je viens de découvrir que la marque avait à présent un site internet en français >o< Olala la tentation !! (mais les frais de port coutent bonbon arghh!)

15 sachets pour 5,95€ (+10euros de frais de port oO) Eventuellement dans certains Monoprix <

J’ai beaucoup beaucoup trop de sachets de thés, si bien que mon étagère déborde presque >< Mais si je devais craquer pour de nouveaux, ça serait pour ceux là:

wishlist1

wishlist2

#1: Parmi les TeaPigs, celui qui me fait le plus de l’oeil est celui à la réglisse et menthe poivrée *O*

#2: J’ai découvert cette marque vendue exclusivement aux Etats-Unis et au Canada grâce à une photo sur Instagram qui montrait leur sublime calendrier de l’Avent (j’aurais tellement voulu l’avoir !!!). Il n’est pas possible de commander sur leur site internet donc je me contente de baver devant mon écran ahah Le « Piège à ours » est composé de mûres, de fraises et d’hibiscus.

#3: Le thé spécial Noël chez Kusmi cette année est le Tsarevna. Malheureusement, il ne se vend qu’en boite de 200g et est beaucoup trop cher :/

#4: En passant à la Grande Epicerie de Paris récemment, j’ai croisé ce thé de Noël aux amandes et aux cerises ! Yummy *O*

#5: Un nouveau thé vient de sortir chez Dammann Frères à la noix de pécan, noisettes, amandes et pistaches ! Je veux trop y gouter !

J’espère que ce petit billet spécial thé vous aura plu :) (je ne sais combien de fois j’ai écrit le mot « thé » depuis le début ! Thé, thé, thé !!). Si c’est le cas, je ferai peut être un autre article avec les autres « thés majeurs » que je possède.  N’hésitez pas à me dire quels sont vos propres favoris ^^

IMG_20151201_101906
Mon calendrier de l’Avent qui vient de chez Dammann Frères. Certainement mon marchand de thés préféré de tous ceux cités dans ce billet :3