Miscellanées d’octobre

P1030725-1

P1030723

Aujourd’hui, je voulais vous partager brièvement mon avis sur mes dernières lectures et aussi sur quelques unes de mes sorties culturelles qui méritent d’être mentionnées ^^

LIVRES

Le château des Bois-Noirs de Robert Margerit semble sortir de l’oubli depuis que la Youtubeuse Lemon June en a vanté les mérites sur sa chaine. J’ai eu instantanément envie de le lire lorsqu’elle a évoqué l’état d’envoutement dans lequel elle s’est trouvée lors de sa lecture. Aguerrie par mes lectures de romans sombres victoriens à la Wilkie Collins ou Mary Elizabeth Braddon, j’ai un peu retrouvé de cela dans cet ouvrage français des années 50. L’isolement d’une jeune mariée, Hélène, dans son nouveau lieu de vie austère et déprimant qu’elle découvre après sa lune de miel. Sa désillusion face à un mari qu’elle pensait tendre et qu’elle découvre en ces lieux, taciturne et dérangeant. Gustave est un personnage inquiétant, il faut le rencontrer pour comprendre ce qu’il y a de malsain dans son comportement ! Le regard qu’il pose sur sa femme, sa manière de penser à elle comme à une possession, un objet de collection à l’image de ses timbres dont il fait la collection. Peu à peu, Hélène va se sentir prise au piège de cette demeure décrépie où l’ennui règne. Son beau-frère devient rapidement son seul réconfort.
Ce court roman de tout juste 250 pages est parsemé de descriptions réussies, de mots justes pour décrire les sentiments des protagonistes. Il y a un retournement dans l’intrigue que je n’avais pas vu venir et qui m’a coupé le souffle. Jusqu’à la dernière page je n’avais pas réussi à deviner l’issue de cette histoire. Je retiendrai surtout de ce roman son atmosphère poisseuse et malaisante – et le personnage de Gustave qui est l’un des plus creepy que j’ai eu à rencontrer en littérature.

Le Cercle celtique de Björn Larsson m’a offert de toutes autres sensations. Je l’ai lu avant le roman de Robert Margerit et j’ai plus de mal à poser des mots sur mon ressenti à la sortie de cette lecture. C’est bien la première fois que je lis un roman maritime – car c’est bien la particularité de ce récit qui se passe au 2/3 sur le voilier du personnage principal. Ce suédois sans histoire met les pieds dans une affaire de disparitions et de meurtres en rapport avec un mystérieux ‘Cercle Celtique’. Cela va le mener jusqu’au large de l’Ecosse. N’y connaissant rien en navigation, je suis souvent passée à côté de termes techniques et de longues descriptions géographiques. Cela ne m’a pas empêchée de me sentir investie dans ce ‘polar’ – roman policier bien gentillet néanmoins ! On suit les côtes écossaises avec le héros et son acolyte, on s’imprègne de légendes celtiques, on voyage au gré d’une météo peu clémente. Ca se lit sans effort mais au final ce n’est pas un roman qui me marquera très lentement !

SPECTACLES

La Famille Addams est une comédie musicale pour laquelle j’avais réservé mes places il y a presque 1 an ! J’adore les films des années 90 et j’avais hâte de voir ce que cela pouvait donner sur scène. Les chansons originales ont été traduites en français et l’intrigue s’attarde davantage sur le personnage de Mercredi qui est tombée amoureuse d’un garçon ‘ordinaire’ – une faute de goût pour cette famille tout sauf banale ! Pour être honnête, j’ai trouvé ce point de départ à la comédie musicale mièvre et peu adapté à l’univers de la Famille Addams. Je voulais voir Mercredi telle qu’on la connait dans la série et les films ! Le mix entre des références à des choses américaines et françaises créé une confusion et un manque de repère. Malgré ces quelques défauts, j’ai globalement apprécié le show et les chansons. Les comédiens  sont au top – surtout les interprètes de Morticia et Gomez !
A voir jusqu’en janvier au Palace.

Toujours en octobre, je suis allée voir un concert à la Cité de la Musique : « Les gens dans l’enveloppe » ouvrage d’Isabelle Monnin mis en chansons par Alex Beaupain. Ce chanteur-compositeur a la capacité de m’émouvoir au plus profond de mon coeur. Tout comme Vincent Delerm que j’ai également eu la chance d’aller écouter en concert dernièrement. Alex Beaupain est surtout connu pour composer les chansons des films de Christophe Honoré et toutes celles des Chansons d’Amour, Les Bien-Aimés, La Belle Personne me touchent beaucoup au point d’en avoir les larmes aux yeux. Il y a de la mélancolie, de la violence des sentiments, du chagrin toujours décrit avec justesse et précision. Ses chansons me serre le coeur mais je les aime toutes.
Le concert ‘Les gens dans l’enveloppe’ est une expérience des sens qui ne laisse pas indemne. Il y a quelques années, Isabelle Monnin a acheté sur internet une enveloppe contenant des photos d’une famille. A partir de cela, elle en a écrit un récit. Puis, elle a décidé de retrouver la trace de ces gens pour savoir vraiment qui ils sont/étaient. Elle y est parvenue et ce livre est le témoignage de leur vie et de leur destin réel. Sur scène, ça donnait quelque chose de puissant : entre les extraits du livre ‘fiction’, les témoignages de vive-voix de ces inconnus retrouvés, les chansons interprétées par 3 grandes chanteuses/actrices (Françoise Fabian, Clotilde Hesme, Clara Luciani) – le rendu était magnifique ! Et la véritable histoire de ces gens dans l’Enveloppe m’a émue… et continue à m’obsèder !

IMG_20171015_161805_892

IMG_20171015_162914_282

IMG_20171015_162914_317

LIEU

Un très bel endroit visité dimanche dernier : l’Abbaye de Royaumont (95). Moi qui suis enchantée par les abbayes, les cloîtres, les vitraux – j’ai été aux anges ! C’était un superbe lieu avec ce magnifique soleil et les couleurs chatoyantes de l’automne !

*

Et vous, de belles découvertes en ce mois d’octobre ? ^^

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Publicités

“Better never means better for everyone… It always means worse, for some.”

P1030684La servante écarlate est un roman déroutant. A l’époque où je lisais beaucoup de dystopies young-adult dont beaucoup décevantes – j’aurais mieux fait de me pencher sur ce roman de Margaret Atwood ! Ecrit en 1985, il est considéré pour beaucoup comme un MUST READ – un contemporain devenu un classique depuis sa sortie. Ces derniers temps, il est de nouveau sous le feu des projecteurs et beaucoup de nouveaux lecteurs le redécouvre. Il fait écho aux inquiétudes de notre époque. Aux Etats-Unis, lire ce livre est même devenu un symbole de résistance face à un Trump qui ne respecte pas les femmes et leurs droits. Dans cette fiction, elles sont devenues esclaves, inconsidérées. La société est à présent totalitaire, l’Eglise est au commande et fait sa loi. De plus, une grande partie de la population féminine est infertile suite à une catastrophe naturelle. Les Servantes Ecarlates sont les seules à pouvoir jouer un rôle de reproduction afin d’accroitre la natalité. L’héroïne, Defred, est placée pour la seconde fois chez un couple, issu de l’élite, dans le seul but d’être fécondée par le mari…

Ce roman est âpre. Le style distant, impersonnel accentue ce sentiment de malaise. Le récit est malin car il nous fait nous poser la question « et si ? ». Et si demain, la réalité décrite dans ce roman redevenait la norme ? Et si nous, femmes, perdions tous nos droits sous la dominance des Hommes ? Ces questions pourront paraitre ridicules pour certains – mais aujourd’hui il y a encore du chemin à parcourir pour l’égalité parfaite Homme/Femme dans le Monde ! Ici, les femmes ne peuvent plus s’habiller comme elles le souhaitent. Elles n’ont plus le droit de travailler, et sont contraintes de rester au foyer. La peur, la délation, la persécution sont la règle. Les médecins qui ont pratiqué des avortements dans le passé sont pendus, les homosexuels aussi… Toute personne ayant des idées opposées au régime et qui le fait savoir est déportée dans les Colonies ou bien assassinée. Ce qui est d’autant plus difficile dans cette lecture, c’est que nous sommes placés du point de vue de Defred. Elle a souvent des réminiscences de sa vie antérieure – de la liberté qu’elle avait alors. Porter un mini-short, embrasser quelqu’un dans la rue (…) étaient des choses acquises. Jamais il n’aurait été envisageable de revenir sur des droits aussi fondamentaux. C’est une claque que l’on se prend lorsque Defred retourne à sa dure réalité. C’est une lecture très forte – qui obsède et qui reste en mémoire. Depuis que j’ai refermé ce livre – voilà plus d’une dizaine de jours, il n’y a pas eu un jour sans que je m’en remémore un passage !

Si vous ne le savez pas, une série a été produite cette année. Je n’ai regardé que le pilot pour le moment donc je ne peux pas encore en juger la qualité. Mais en tout cas, si le livre croise votre chemin, je vous encourage à le lire ^^

L’Ancre des rêves

ancreLors de mes vacances en Italie, j’ai dévoré un livre en quatre petits jours. Chaque soir, j’attendais avec impatience de pouvoir me replonger dedans ! Cela faisait un moment que je n’avais pas éprouvé une telle addiction face à une fiction littéraire, et ce roman est … L’Ancre des Rêves. Le second livre de Gaelle Nohant que je lis, et qui m’a tout autant surprise et impressionnée que La Part des Flammes l’an dernier !

L’Ancre des Rêves est une histoire de famille qui entremêle plusieurs générations. L’histoire prend place en 1985 en Bretagne – quatre jeunes garçons d’une même fratrie ont l’étrange habitude de faire des cauchemars toutes les nuits. Chacun d’eux revit éternellement le même rêve traumatisant. Autre fait étrange : dans la famille Guérindel, la mère interdit à ses fils de s’approcher de la Mer pourtant si proche et attirante pour les frères. Un autre secret ronge cette famille.

J’ai adoré l’atmosphère pesante – presque malaisante de ce récit aux multiples révélations. L’originalité réside dans les connections entre passé et présent, mais aussi entre réel et rêve : tout est en fait lié. L’auteure fait preuve de beaucoup d’imagination – et pareillement à La Part des Flammes, j’ai apprécié la beauté de sa plume et sa maitrise des mots.
L’intrigue n’est absolument pas prévisible – jusqu’aux toutes dernières pages j’ignorais comment l’histoire allait se clore et je n’ai pas été déçue ! La mer est un personnage à part entière. Elle est obsédante, meurtrière, familière. Les cauchemars des frères se répètent mais ne s’enlisent jamais, j’ai été happée par ces atroces rêveries.

Merci à  Marie de m’avoir fait découvrir un de ses livres favoris de 2017 ! Je suis du même avis qu’elle concernant la réussite de ce roman :D

A moi la Toscane !

P1020988

Je me souviens que lorsque j’étais petite – puis adolescente, lorsque je partais l’été, une partie de moi appréhendait ces longues vacances d’un mois. La destination était invariablement l’Italie. Je ne me rendais pas compte alors de la chance que j’avais de partir 30 jours dans un pays aussi riche culturellement et avec des paysages à couper le souffle. Surtout que mon père prenait soin de choisir chaque année une nouvelle région – ce qui fait qu’en plus d’une quinzaine d’étés – j’ai visité un paquet de villes italiennes ! Je n’ai pas gardé énormément de souvenirs de mes toutes premières vacances là bas – que des bribes, des réminiscences, des sensations – c’est plus tardivement au cours de mon adolescence que j’ai pris conscience de combien j’aimais ce pays. Alors que je râlais avant de partir étant plus jeune (« 1 mois sans internet, c’est invivable !! »), j’étais finalement bien contente de retrouver chaque année un petit coin ravissant du pays de mon grand-père. Ca fait aujourd’hui 3 ans que je n’y suis pas allée – j’ai visité de merveilleux pays entre-temps (Japon, Irlande, Pays-Bas) mais voilà que l’Italie me manque, c’est pour cela que je m’y rends de nouveau dès demain ! Malheureusement les vacances d’un mois c’est terminé, je me contenterai d’une semaine en Toscane ! En pleine campagne avec des cyprès à perte de vue. La location sera assez distancée de Florence (presque 2h), je ne passerai qu’une seule journée dans cette ville que je connais déjà bien – et qui est sublime ! Ca sera surtout l’occasion de visiter tout un tas de petits villages :)

Je redoute toujours les deux jours de voyage en voiture avec une escale au sommet des Alpes mais une fois sur place, je compte prendre le temps de savourer ces quelques jours de « déconnexion » qui s’offrent à moi ! Contrairement à dans le passé, mon forfait téléphonique me donne maintenant la possibilité d’avoir internet dans toute l’Europe, mais j’ai l’intention de me couper le plus possible des réseaux ! Je m’accorderai peut être 30-45 minutes le soir pour poster des photos sur Instagram qui est en réalité le seul réseau social auquel je suis vraiment accro !

Comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus, je n’apporte que deux ouvrages. Ma lecture actuelle « L’Ancre des rêves » de Gaëlle Nohant offert par ma chère Marie pour mon anniversaire ♥︎ Et un thriller « Glacé » qui me fait les yeux doux depuis qu’il a rejoint ma PAL en 2012 (!) lors du salon Saint Maur en poche. Auparavant je remplissais un sac entier de livres (le privilège de partir en voiture !) pour avoir du choix mais cette année, deux ouvrages seront largement suffisants !

— Temps forts d’Août —

tokyoLes Délices de Tokyo de Durian Sukegawa est un court roman japonais qui allie poésie et tendresse. L’histoire débute par la rencontre d’un vendeur de Dorayaki – ces pâtisseries japonaises traditionnelles fourrées à la pâte d’haricot rouge, et d’une vieille dame qui souhaiterait offrir son expertise en la confection de ces gâteaux. C’est une belle amitié qui commence alors – et un secret se découvre au fil des pages. J’ignorais tout des conditions des personnes malades de la lèpre dans les sanatoriums après la Guerre au Japon et ça m’a très attristée pour elles.
Je ne suis pas une experte en littérature japonaise – mais dans quasiment tous les ouvrages que j’ai lus, il en ressortait une part de fantastique même subtile. Même dans un roman très contemporain comme celui-ci, on discerne une pointe de magie à travers l’idée de la réincarnation.
Ce roman se lit avec délice – et aussi avec un petit pincement au coeur.

.

game-of-thrones-une-1ere-bande-annonce-pour-la-saison-7-90663La Saison 7 de Game of Thrones s’est achevée le week-end dernier. Je regarde la série depuis ses débuts – car il est bien difficile d’échapper aux discussions dans mon cercle d’amis et même au travail ! Si je ne suis pas une adepte des scènes de guerre un peu trop graphiques ainsi qu’à l’abondance de scènes érotiques dans les premiers saisons, il faut bien avouer que cet univers médieval-fantastique fait désormais partie de mon imaginaire. Bien des fois je me prends à penser aux personnages et à certaines scènes ancrées dans ma mémoire ! J’ai lu le premier tome et une partie du second il y a plusieurs années. La traduction française est abominable… Je m’étais alors procurée tous les opus en anglais – mais je ne me suis pas encore motivée pour les lire ! Mais après une saison aussi palpitante que cette dernière, ma motivation est de nouveau à la hausse ! Tout le monde n’est pas du même avis, mais je me suis souvent ennuyée devant certaines scènes interminables dans les précédentes saisons que là les choses bougent ENFIN!! Qui sait, peut être que j’avancerai dans les livres avant le retour de l’ultime saison en 2019 ^^

Autres séries vues : Happy Valley, saison 2 sur Netflix. C’est très sombre voire carrément morose comme série policière mais qu’est-ce que c’est c’est prenant ! Je me suis également mise à la série française Hero Corp. Je n’en ai pas encore assez vu pour vous donner mon avis, mais probablement bientôt !


Votre été à été bon ? A bientôt ! ^^