L’Ancre des rêves

ancreLors de mes vacances en Italie, j’ai dévoré un livre en quatre petits jours. Chaque soir, j’attendais avec impatience de pouvoir me replonger dedans ! Cela faisait un moment que je n’avais pas éprouvé une telle addiction face à une fiction littéraire, et ce roman est … L’Ancre des Rêves. Le second livre de Gaelle Nohant que je lis, et qui m’a tout autant surprise et impressionnée que La Part des Flammes l’an dernier !

L’Ancre des Rêves est une histoire de famille qui entremêle plusieurs générations. L’histoire prend place en 1985 en Bretagne – quatre jeunes garçons d’une même fratrie ont l’étrange habitude de faire des cauchemars toutes les nuits. Chacun d’eux revit éternellement le même rêve traumatisant. Autre fait étrange : dans la famille Guérindel, la mère interdit à ses fils de s’approcher de la Mer pourtant si proche et attirante pour les frères. Un autre secret ronge cette famille.

J’ai adoré l’atmosphère pesante – presque malaisante de ce récit aux multiples révélations. L’originalité réside dans les connections entre passé et présent, mais aussi entre réel et rêve : tout est en fait lié. L’auteure fait preuve de beaucoup d’imagination – et pareillement à La Part des Flammes, j’ai apprécié la beauté de sa plume et sa maitrise des mots.
L’intrigue n’est absolument pas prévisible – jusqu’aux toutes dernières pages j’ignorais comment l’histoire allait se clore et je n’ai pas été déçue ! La mer est un personnage à part entière. Elle est obsédante, meurtrière, familière. Les cauchemars des frères se répètent mais ne s’enlisent jamais, j’ai été happée par ces atroces rêveries.

Merci à  Marie de m’avoir fait découvrir un de ses livres favoris de 2017 ! Je suis du même avis qu’elle concernant la réussite de ce roman :D

Publicités

A moi la Toscane !

P1020988

Je me souviens que lorsque j’étais petite – puis adolescente, lorsque je partais l’été, une partie de moi appréhendait ces longues vacances d’un mois. La destination était invariablement l’Italie. Je ne me rendais pas compte alors de la chance que j’avais de partir 30 jours dans un pays aussi riche culturellement et avec des paysages à couper le souffle. Surtout que mon père prenait soin de choisir chaque année une nouvelle région – ce qui fait qu’en plus d’une quinzaine d’étés – j’ai visité un paquet de villes italiennes ! Je n’ai pas gardé énormément de souvenirs de mes toutes premières vacances là bas – que des bribes, des réminiscences, des sensations – c’est plus tardivement au cours de mon adolescence que j’ai pris conscience de combien j’aimais ce pays. Alors que je râlais avant de partir étant plus jeune (« 1 mois sans internet, c’est invivable !! »), j’étais finalement bien contente de retrouver chaque année un petit coin ravissant du pays de mon grand-père. Ca fait aujourd’hui 3 ans que je n’y suis pas allée – j’ai visité de merveilleux pays entre-temps (Japon, Irlande, Pays-Bas) mais voilà que l’Italie me manque, c’est pour cela que je m’y rends de nouveau dès demain ! Malheureusement les vacances d’un mois c’est terminé, je me contenterai d’une semaine en Toscane ! En pleine campagne avec des cyprès à perte de vue. La location sera assez distancée de Florence (presque 2h), je ne passerai qu’une seule journée dans cette ville que je connais déjà bien – et qui est sublime ! Ca sera surtout l’occasion de visiter tout un tas de petits villages :)

Je redoute toujours les deux jours de voyage en voiture avec une escale au sommet des Alpes mais une fois sur place, je compte prendre le temps de savourer ces quelques jours de « déconnexion » qui s’offrent à moi ! Contrairement à dans le passé, mon forfait téléphonique me donne maintenant la possibilité d’avoir internet dans toute l’Europe, mais j’ai l’intention de me couper le plus possible des réseaux ! Je m’accorderai peut être 30-45 minutes le soir pour poster des photos sur Instagram qui est en réalité le seul réseau social auquel je suis vraiment accro !

Comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus, je n’apporte que deux ouvrages. Ma lecture actuelle « L’Ancre des rêves » de Gaëlle Nohant offert par ma chère Marie pour mon anniversaire ♥︎ Et un thriller « Glacé » qui me fait les yeux doux depuis qu’il a rejoint ma PAL en 2012 (!) lors du salon Saint Maur en poche. Auparavant je remplissais un sac entier de livres (le privilège de partir en voiture !) pour avoir du choix mais cette année, deux ouvrages seront largement suffisants !

— Temps forts d’Août —

tokyoLes Délices de Tokyo de Durian Sukegawa est un court roman japonais qui allie poésie et tendresse. L’histoire débute par la rencontre d’un vendeur de Dorayaki – ces pâtisseries japonaises traditionnelles fourrées à la pâte d’haricot rouge, et d’une vieille dame qui souhaiterait offrir son expertise en la confection de ces gâteaux. C’est une belle amitié qui commence alors – et un secret se découvre au fil des pages. J’ignorais tout des conditions des personnes malades de la lèpre dans les sanatoriums après la Guerre au Japon et ça m’a très attristée pour elles.
Je ne suis pas une experte en littérature japonaise – mais dans quasiment tous les ouvrages que j’ai lus, il en ressortait une part de fantastique même subtile. Même dans un roman très contemporain comme celui-ci, on discerne une pointe de magie à travers l’idée de la réincarnation.
Ce roman se lit avec délice – et aussi avec un petit pincement au coeur.

.

game-of-thrones-une-1ere-bande-annonce-pour-la-saison-7-90663La Saison 7 de Game of Thrones s’est achevée le week-end dernier. Je regarde la série depuis ses débuts – car il est bien difficile d’échapper aux discussions dans mon cercle d’amis et même au travail ! Si je ne suis pas une adepte des scènes de guerre un peu trop graphiques ainsi qu’à l’abondance de scènes érotiques dans les premiers saisons, il faut bien avouer que cet univers médieval-fantastique fait désormais partie de mon imaginaire. Bien des fois je me prends à penser aux personnages et à certaines scènes ancrées dans ma mémoire ! J’ai lu le premier tome et une partie du second il y a plusieurs années. La traduction française est abominable… Je m’étais alors procurée tous les opus en anglais – mais je ne me suis pas encore motivée pour les lire ! Mais après une saison aussi palpitante que cette dernière, ma motivation est de nouveau à la hausse ! Tout le monde n’est pas du même avis, mais je me suis souvent ennuyée devant certaines scènes interminables dans les précédentes saisons que là les choses bougent ENFIN!! Qui sait, peut être que j’avancerai dans les livres avant le retour de l’ultime saison en 2019 ^^

Autres séries vues : Happy Valley, saison 2 sur Netflix. C’est très sombre voire carrément morose comme série policière mais qu’est-ce que c’est c’est prenant ! Je me suis également mise à la série française Hero Corp. Je n’en ai pas encore assez vu pour vous donner mon avis, mais probablement bientôt !


Votre été à été bon ? A bientôt ! ^^

« The person, be it gentleman or lady, who has not pleasure in a good novel, must be intolerably stupid. »

IMG_20170817_214525_355

Ma première découverte de l’oeuvre de Jane Austen remonte désormais à plusieurs années (à 2009 exactement !) – et j’ai envie de me lancer comme défi de relire tous ses romans mais aussi d’apprendre à mieux à connaitre la Femme qui se cachait derrière cette plume tellement affutée et au regard ironique voire moqueur sur les moeurs de son époque.

C’est avec  délectation que j’ai donc remis le nez dans Northanger Abbey – et j’ai pris tout autant de plaisir à le redécouvrir ! L’intrigue se passe presque en totalité à Bath où la jeune héroïne de 17 ans Catherine Morland accompagne un couple d’amis de ses parents. C’est une véritable aventure pour cette jeune fille qui n’a jamais quitté le nid jusqu’à présent – et elle va participer aux mondanités qu’offre cette ville thermale. La naiveté de ce personnage m’a encore davantage sautée aux yeux que lors de ma première lecture ainsi que le ton ironique qu’emploie le narrateur pour la décrire. Catherine est passionnée de romans gothiques et elle dévore Les Mystères d’Udolphe d’Ann Radcliffe ce qui attise un peu trop son imagination. A Bath, elle va rencontrer le frère et la soeur Tilney, et va se lier d’amitié avec eux. Henry Tilney est l’un de mes personnages masculins préférés de Jane Austen avec le Colonel Brandon (Raison et sentiments) et Mr Darcy (Orgueil et préjugés). Il manie très bien le sarcasme lui aussi – mais c’est surtout son respect pour les femmes et la reconnaissance en leur intelligence à l’égal des hommes qui me plait énormément ! C’est un personnage que je considère féministe. Notamment, il ne considère pas la lecture comme une activité frivole réservée uniquement au sexe féminin. La voix de Jane Austen se fait entendre quand elle prend elle-même la défense des romans à travers les propos du narrateur: « Je refuse d’obéir à cette coutume mesquine et peu politique qu’adoptent si souvent les auteurs et qui consiste à déconsidérer, par une censure des plus méprisantes, le genre d’oeuvres même dont ils sont en train d’accroître le nombre. Ils rejoignent là leurs pires ennemis pour octroyer à de tels ouvrages les épithètes les plus cruelles et n’autorisent presque jamais leur héroïne à lire des romans. Si elle tombe par accident sur l’un de ces livres, elle en tournera à coup sûr les pages avec dégoût. Hélas ! Si l’héroïne d’un roman n’est point patronnée par l’héroïne d’un autre roman, de qui peut-elle attendre protection et considération ? Je ne saurais défendre une telle attitude.« 

Bien que la trop grande candeur et innocence de Catherine peut énerver certaines personnes – car il est vrai qu’il y a des choses grosses comme une maison qu’elle ne voit pas ! – c’est avec une certaine tendresse que j’ai suivi ces (més)aventures. Entre Bath et le domaine de Northanger Abbey appartenant à la famille Tilney, elle va connaitre le ravissement de participer à des bals, connaitre ses premiers émois amoureux et subir des trahisons qu’elle ne soupçonnait pas. Northanger Abbey est un roman d’apprentissage plaisant et amusant !

J’avais adoré l’adaptation de 2007 produite par la BBC, je vais la revisionner sous peu également ! Et de votre côté, quel est le roman de Jane Austen que vous préférez ? Et le premier que vous avez découvert ? ^^

HHhH

Hello ! Cela fait des mois que je ne vous ai pas parlé de mes lectures. J’ai certes lu du Feydeau, (Le Dindon) convenu mais drôle comme toujours. Je suis bon public avec le Vaudeville en général ! Un Jessie Burton (Les filles au Lion) palpitant sur le moment mais vite oublié. Un livre au titre improbable « La Bouffe est chouette à Fatchakulla » de Ned Crabb qui figurait parmi les premiers livres à avoir rejoints ma Pile à Lire lorsque j’ai commencé ce blog en 2009 ! C’était très « WTF » et pas remarquable non plus. Bref j’ai accumulé les lectures peu mémorables – j’ai abandonné quantité d’ouvrages (Affinités de Sarah Waters, Le Pays du Dauphin Vert de Elizabeth Goudge…) que j’aimerais reprendre un jour – ce n’était simplement pas le bon moment pour les lire.

h

Heureusement un livre m’a fait sortir la tête de l’eau :  HHhH de Laurent Binet. Une oeuvre glaçante par son sujet : l’opération « Anthropoïde » visant à assassiner l’inhumain bras droit d’Hitler, Reinhard Heydrich à Prague en 42. Ce livre est un roman historique au plus près des faits – mais c’est également une étude minutieuse menée par Laurent Binet qui nous est présentée. L’écrivain s’adresse à ses lecteurs, fait part de ses hésitations sur le choix de narration adoptée, il construit son récit devant nos yeux. C’est plutôt inédit et j’ai aimé cette manière de faire !

Concernant l’intrigue… celle ci est insoutenable. Bien sûr, les atrocités commises par les nazis étaient déjà bien présentes dans mon esprit, mais ce livre m’en a appris bien d’autres qui m’ont encore plus glacées le sang. Je ne connaissais que de nom, R. Heydrich – maintenant je ne me le représente que trop bien. C’est lui qui a eu un rôle majeur dans la planification de la Shoah par balles, c’est lui et son supérieur Himmler qui a créé les Einsatzgruppen – une unité de police mobile toujours prête à faire des massacres là où elle se rendait. J’ai pris connaissance avec effroi du massacre de Babi Yar en Pologne. Du destin tragique du village de Lidice complètement rayé de la carte avec toute sa population en République Tchèque. J’ai eu tellement de détails – parfois anecdotiques, sur les modes opératoires des nazis, que je ressors complètement lessivée de cette lecture.

Mais j’ai également savouré les passages concernant la résistance tchèque et slovaque – notamment avec la mise en place de l’incroyable opération secrète Anthropoïd au terme de laquelle Heydrich fut bien assassiné ! J’ai appris à connaitre un peu mieux ces héros qui portaient le nom de Gabčík, Kubiš, Valčik et qui se sont battus jusqu’à la mort contre un régime totalitaire de dégénérés. Certaines scènes se lisaient comme celles d’un roman d’espionnage,  ressemblaient à des scènes d’un film de James Bond – avec notamment un traitre qui livra les résistants à la Gestapo. Mais le fait que tout cela soit véridique, que toutes ces personnes aient réellement existé – et moururent dans les conditions évoquées, accentue le sentiment de malaise et de tristesse.

Malgré la dureté du sujet, HHhH est un livre qui m’a passionnée et terrorisée à la fois !
Un roman pour ne pas oublier les grands hommes et femmes qui se sont battus pour leur Pays et pour la liberté.
Le livre a été adapté cette année au cinéma mais c’est un autre film de 2016 appelé « Anthropoid » avec Jamie Dornan et Cillian Murphy que je souhaiterais voir !

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer