“Everything begins and ends at exactly the right time and place.”

hangingCe livre de Joan Lindsay est paru dans les années 60 en Australie puis traduit en 1977 en France. Il semble avoir marqué durablement les lecteurs de la première heure et ceux qui ont eu la chance de le dénicher en occasion depuis. Car Pique-Nique à Hanging Rock n’a plus été édité en France durant de longues décennies !

Ce fut une lecture étonnante de par son point de départ (des jeunes filles disparaissent lors d’un pique-nique dans le lieu-dit d’Hanging Rock en 1900), et de par l’écriture de son auteure que je qualifierai de douce-amère. Vous avez à l’esprit Virgin Suicides ? L’histoire n’a rien à voir avec ce roman, mais je les ai immédiatement rapprochés dans mon esprit. J’ai en horreur le film V.S. que je trouve profondément dérangeant, mais il m’a marquée par la pureté morbide qui s’en dégage et par sa couleur sépia. Quand je lisais Pique-nique à Hanging Rock, c’est aussi en sépia que je m’imaginais la faune et la flore australiennes, ces grandes étendues de nature sauvage, ce pensionnat de jeunes filles coupées du monde, impatientes de partir en pique-nique pour la Saint-Valentin, et en état de choc quand elles en reviennent. La plume de l’auteure est sublime, toute en douceur et en mélodie. Sur Goodreads, j’ai lu l’avis d’une personne qui disait que son mari avait grandi près d’Hanging Rock, et que les gens de la région évoquaient ce livre comme s’il relatait une véritable histoire dont le dénouement reste toujours à éclaircir. Elle a tout pour être plausible et en même temps elle ressemble à un rêve un peu brumeux presque hallucinatoire. Un livre envoutant et quelque peu inquiétant :)

Une adaptation est sortie en 1975, et j’espère réussir à mettre la main dessus car tout le monde semble s’accorder pour dire qu’elle est excellente et fidèle au roman!

Pique-Nique à Hanging Rock de Joan Lindsay (1967) Lu en français

series

The Killing (2011-2014) est la dernière série en date dont j’ai dévoré les deux premières saisons en moins d’une semaine. Adaptée du feuilleton danois Forbrydelsen, c’est la version américaine que j’ai choisie de regarder (parait-il qu’elles sont aussi bien l’une que l’autre). En partant d’une intrigue policière somme toute banale dans l’univers des séries criminelles, les réalisateurs ont conçu une série extrêmement palpitante, dérangeante (oui oui j’emploie encore ce mot! Je suis dérangée par tout :P), touchante, et surtout magnifiquement interprétée par deux acteurs quasiment inconnus au bataillon mais qui se révèlent d’une justesse incroyable: il s’agit de Mireille Enos et de Joel Kinnaman ! Je viens de terminer la saison 3 qui avait une intrigue policière différente des deux premières, et elle était tout aussi surprenante avec des moments très forts. Il ne me reste désormais que la saison 4 et ses 6 épisodes à regarder Y_Y 

Toujours sur Netflix, j’ai découvert une série moins connue et médiatisée: Rebellion (2016). Les séries irlandaises ne courent pas les rues, et j’étais curieuse de voir ce que celle ci allait donner et surtout m’apprendre sur l’Insurrection de Pâques de 1916. Malheureusement, j’ai ressenti peu d’empathie et d’attachement pour ces insurgés qui se sont battus pour l’Indépendance de leur pays. L’action est trop précipitée, la fin expéditive. Je voulais surtout regarder Rebellion pour me retrouver à Dublin, mais là encore, on voit assez peu la ville !

J’ai tellement de séries mises en pause et que je dois absolument reprendre: The Walking Dead (+++), Orange is the new black (++), The Big Bang Theory (++), Jane The Virgin (+) etc… Et vous, que regardez-vous en ce moment ? ^^

Seeya !

Publicités

Mes dernières activités livresques #3

lectures Ce mois ci, j’ai terminé comme je l’avais prévu Les Trois Mousquetaires. J’avais débuté cette lecture fin janvier, il m’aura donc fallu presque deux mois pour l’achever. J’ai pris mon temps, je ne l’ai pas lu d’une traite préférant alterner avec des lectures me demandant moins de concentration (non pas que la plume d’Alexandre Dumas soit très difficile mais il faut tout de même être concentré tout du long ;). J’avais déjà fait part de mes premières impressions lorsque j’étais à la moitié de ma lecture, la suite fut tout aussi épique. Dumas est doué pour imaginer d’extraordinaires aventures à ses personnages. Athos et D’Artagnan sont restés mes deux héros préférés du début à la fin. Athos pour sa sagesse, sa noblesse, et sa tendresse paternelle envers le jeune d’Artagnan qu’il appelle quelques fois « fils ». D’Artagnan a beaucoup d’admiration pour son mentor de dix ans son ainé. Leur relation est superbement décrite, si bien que les deux autres personnages sont presque éclipsés par la grandeur de ces deux-là. Si j’ai aimé l’humour et l’autodérision de Porthos, Aramis me fut beaucoup moins sympathique parce que moins franc que ses compagnons. Outre les quatre gentilshommes, Milady de Winter est l’autre personnage phare de ce roman. Elle a diverses identités et nationalités, elle est insaisissable, ensorcelante, dangereuse. Sa fin tragique la rend d’autant plus inoubliable ! Je compte bien évidemment lire Vingt ans après, et Le Vicomte de Bragelonne, mais je vais me laisser le temps avant d’attaquer ces pavés ^^

Les Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas. 1844. 893 pages. x

transition2 Je m’y connais que très peu en littérature asiatique. J’ai lu un peu de japonaise avec Murakami et je n’avais pas du tout été touchée par Kafka sur le Rivage, ni par le premier tome de 1Q84. Je suis, en quelque sorte, sortie de ma « zone de confort » en lisant la sélection de mars du club de lecture Mango&Salt. Malheureusement, j’ai tout autant été hermétique au style de Keigo Higashino. Sans doute la traduction française ne rend pas justice à sa plume car l’ensemble du récit est très plat, peu naturel dans les dialogues. Et je n’ai pas ressenti l’ombre d’une émotion pour les personnages. En revanche, la particularité de ce livre réside dans son twist de départ: un meurtre est commis dans les premières pages et nous savons qui a fait le coup. Tout l’intérêt du livre repose donc sur la manière dont la police va remonter jusqu’au coupable. C’est un roman policier inversé en quelque sorte. La notion de dévouement suggérée dans le titre est très importante dans le livre et prend tout son sens au fil du texte.

Je ne peux pas dire que j’ai aimé ce roman policier même si je lui reconnais de l’originalité dans sa construction et dans son thème (les mathématiques et la logique jouent un grand rôle). La traduction m’a posé problème tout au long de ma lecture m’empêchant de réellement entrer dans l’histoire, et le final ne m’a pas surprise tant que cela! J’aimerais tout de même m’essayer à un autre roman policier de l’auteur (La Maison où je suis mort autrefois) pour voir si la mayonnaise prend davantage :p

Le dévouement du suspect X de Keigo Higashimo. 2005. 314 pages. x

transition2 J’ai ensuite inauguré ma nouvelle liseuse en lisant And Only To Deceive de Tasha Alexander, un roman historique se déroulant à l’époque victorienne. Un livre qui s’est révélé beaucoup plus sérieux que ce que je m’imaginais. Je n’avais pas lu le résumé avant de m’y mettre, mais je m’attendais à quelque chose de léger, à une héroïne qui s’improvise détective comme dans la plupart des cozy mystery. Sauf que ce fut beaucoup plus poignant que cela. Lady Emily est veuve quand l’intrigue commence. Elle n’a été l’épouse de Philip Ashton que pendant six mois, et il ne s’agissait pas d’un mariage d’amour – Emily a accepté la demande en mariage afin d’échapper à la pression sociale de son temps, et surtout à sa mère qui la pressait de choisir un bon parti. C’est en découvrant les journaux intimes de feu son époux, qu’elle va se mettre à éprouver des sentiments pour lui.

Don’t fall in love with your dead husband, Kallista. It can bring you no joy.

Plus elle en découvre sur Philip, plus elle pleure son absence. Si elle avait appris à le connaitre plus tôt, ils auraient partagé des passions communes: il aurait pu l’initier à son amour pour la Grèce Antique, pour les antiquités… Philip semblait l’aimer profondément et elle n’avait rien vu! Emily éprouve une terrible amertume et aimerait faire machine arrière. Mais c’est trop tard… Elle se lance alors dans un apprentissage du grec, visite de nombreux musées afin de se rapprocher un tant soit peu des intérêts passés de Philip. Ce sont toutes les réflexions de l’héroïne qui m’ont fait apprécier ce livre et l’enquête ‘policière’ de ce premier tome s’invite naturellement dans son quotidien quand elle découvre que des objets précieux appartenant au British Museum ont été contrefaits et que son mari aurait potentiellement été impliqué dans un trafic d’antiquités. Je suis curieuse de voir ce que la série de Tasha Alexander peut donner sur 11 tomes (!!) et comment le personnage d’Emily Ashton évoluera par la suite !

And Only to Deceive de Tasha Alexander. 2005. 321 pages. x

transition2

IMG_20160325_144139

Je vous présente ma nouvelle liseuse que j’ai nommée Ada Lovelace 😛 ! Pour ceux qui me suivent sur mon Instagram, j’ai écrit un post à propos des raisons qui m’ont poussée à changer de modèle. Je suis adepte de la lecture numérique depuis 2012 et ma première liseuse – un Kindle Touch de 2011 – m’a beaucoup servi au cours de ces dernières années (surtout lorsque je lisais des manuscrits pour une maison d’édition). Je suis ravie d’être passée au Kindle Paperwhite qui offre un éclairage intégré* qui va me permettre de lire tard le soir (ou tôt le matin ^^) sans avoir besoin d’allumer ma lampe de chevet !

*Qui ne fait pas mal au yeux car il s’agit toujours de la technologie e-ink, l’opposé des écrans LCD des tablettes, smartphones et ordinateurs. 

IMG_20160325_143442 IMG_20160325_143601

L’une des nouvelles options est le vocabulaire interactif qui est la synthèse de tous les mots recherchés dans le dictionnaire au cours de ma lecture. Des fiches de révision replacent le mot dans son contexte pour mieux en retenir le sens. C’est vraiment pratique, et je vais également recopier les définitions dans un carnet pour les mémoriser ^^

Comme je le disais déjà dans un article en 2012, le livre numérique est pour moi un excellent complément aux livres papier sans pour autant les supplanter !

transition2
Enfin, je saute du coq à l’âne en vous donnant mon avis sur le saison 2 de Daredevil visionnée sur Netflix !

daredevilAprès une saison 1 très réussie, Daredevil, le justicier masqué de Hell’s Kitchen, était devenu un de mes héros Marvel préférés. Cette saison 2 m’a (presque) autant séduite et impressionnée par ses scènes d’action incroyablement orchestrées, par ses plans-séquences filmés dans l’obscurité (la « scène de bagarre dans l’escalier » est sensationnelle!). J’aime toujours autant le personnage de Daredevil, mais mon attention s’est davantage porté sur les deux autres antihéros: Elektra (interprétée superbement par la française Elodie Yung) et surtout le Punisher: personnage glaçant et complexe qui n’a pas du tout la même perception de la Justice que Daredevil. Il est fascinant malgré sa bestialité, et Jon Bernthal, est un acteur au top!! Et c’est justement en raison de cette recrudescence de violence que je suis légèrement moins enthousiaste.. La saison 1 était un peu violente déjà, mais ça restait « décent » alors que là… A partir de l’épisode 9, beaucoup de scènes m’ont fait détourner le regard. Je comprends que cette violence soit nécessaire à la série étant donné l’intrigue et les personnages impliqués et c’est sans doute aussi sombre dans les Comics Marvel, mais ce fut beaucoup trop sanglant à mon goût. Ca n’empêche pas que j’ai apprécié cette saison 2 si je fais abstraction de certaines scènes ! Les + : le rythme, les diverses intrigues, le traitement des personnages principaux et secondaires, l’ambiance électrique de la ville de NY la nuit etc.. Et j’ai hâte de voir la saison 3 qui promet d’être épique (et tout aussi dark…).

transition2

Je ne pense pas écrire un bilan culturel du mois de mars comme le mois dernier, car j’ai déjà parlé de toutes mes lectures ici ou sur Facebook. Je vous ai aussi assez rebattu les oreilles avec le livre et le film Brooklyn – véritable coup de coeur de ce début d’année et je serai capable d’écrire encore un paragraphe entier dessus donc je vais m’abstenir haha. Donc il n’y aurait rien de neuf à dire dans un article bilan ! Mais je vous retrouve bien vite avec mes prochaines lectures ☺️

Brooklyn • Livre & Film

IMG_20160306_163856Brooklyn fut un des tous premiers livres en anglais que j’ai eu en ma possession, et pourtant, je me suis mise à le lire une semaine seulement avant la sortie de son adaptation ^^’

Eilis, une jeune irlandaise, vit avec sa sœur Rose et sa mère. Elle n’a pas d’avenir professionnel dans sa ville natale, et est poussée à émigrer aux États-Unis où il sera plus facile pour elle de trouver un travail et se construire une nouvelle vie. Eilis quitte tous ses repères, et sa vie de famille unie pour un emploi de vendeuse dans une boutique new-yorkaise.

Le sujet du livre pourrait paraitre conventionnel et déjà-vu (= immigration pendant les années 50), mais c’est écrit avec beaucoup de sensibilité et de réalisme. Colm Toibin décrit la nouvelle existence de son héroïne avec affection et tendresse. Il porte un regard bienveillant sur elle. J’ai même  eu l’impression qu’Eilis, Tony, Jim, Rose (etc..) existaient véritablement et n’étaient pas uniquement des êtres nés de l’imagination de l’écrivain. Toibin n’a pas seulement une jolie plume, il ne fait qu’un avec ses personnages.

tumblr_o369fvOlRY1ueqeo8o7_400Je m’attendais à ce que les histoires de cœur d’Eilis débutent très tôt dans l’histoire, mais ce n’est pas du tout le cas – et ce n’est pas pour me déplaire ! La première partie du récit se déroule en Irlande avant son départ. Elle a le cœur gros, elle n’a pas envie de partir seule à l’autre bout du monde. Après une traversée de l’Atlantique mouvementée (et des incidents quelques peu cocasses x), la voilà débarquée dans une ville cosmopolite où elle doit s’habituer à ce melting pot. C’est vers la centième page environ (sur 246 seulement) qu’une intrigue amoureuse se dessine. Tony et Eilis se rencontrent à une soirée dansante. Cette romance m’a beaucoup plu ainsi que le dilemme auquel Eilin est confrontée. Mais Brooklyn n’est pas qu’un roman sentimental, j’ai aimé qu’il aborde des problématiques que j’ai rarement croisé dans mes lectures jusqu’à présent: le dépaysement, le mal du pays, l’immigration. Le rêve américain et l’exil sont beaucoup moins glamour et idéalisés que ce qu’on a l’habitude de voir et lire à ce sujet. Eilis est sans cesse tiraillée par le doute (rester ou repartir ?), et cela distille un certain suspense car la fin n’est pas du tout évidente à deviner ! Une très belle histoire !

All I can say is that it will pass. Homesickness is like most sicknesses. It’ll make you feel wretched and then it’ll move on to somebody else

Brooklyn de Colm Tóibín (2009) traduit en français sous le même titre

tumblr_o3x0csA2eB1r1yqj1o9_500

Il est souvent rare que je trouve une adaptation à la hauteur d’un livre. C’était presque chose inespérée pour ce film, et pourtant j’ai littéralement adoré ! L’actrice (Saoirse Ronan) interprète Eilis exactement de la manière dont je me l’étais représentée. Elle est sensible, discrète, espiègle parfois. C’est vraiment une belle héroïne. Je craignais que le film mette exclusivement en avant le(s) romance(s) au détriment de la réflexion autour de l’exil, mais pas du tout – c’est dosé comme il faut. Je regrette peut être qu’on ne voit pas suffisamment la ville de New-York, ni même beaucoup l’Irlande. Ce qui va suivre va apporter une petite révélation donc ne lisez pas entre les parenthèses si vous ne voulez rien savoir (dans le livre, j’ai été beaucoup plus émue par la romance irlandaise d’Eilis. Les sentiments de Jim m’ont paru beaucoup plus sincères. Dans le film c’est tout le contraire, je voulais qu’elle retourne au plus vite aux Etats-Unis dans les bras de Tony). En plus du jeu subtil de Saoirse Ronan en tête d’affiche, j’ai eu un coup de foudre pour Emory Cohen (Tony, l’italo-Americain) qui m’a fait penser à Marlon Brando jeune ! J’ai tout trouvé juste dans ce film dont l’esthétisme m’a rendue nostalgique de cette époque. La fin m’a fait verser une petite larme même si le film ne tombe jamais dans le mélodrame avec de grandes envolées, et drames à n’en plus finir. Et j’ai déjà une furieuse envie de le revoir !! Edit 18/03: Revu une seconde fois au cinéma, et je pourrais le revoir une troisième, une quatrième fois tellement je l’aime ^^ Désormais un de mes films préférés !! Et la scène finale est…. <3 *larmes aux yeux*

Février • bilan • inspirations • favoris

Hello la compagnie ! 

Je ne rédige plus systématiquement des bilans en fin de mois, mais cette fois ci j’étais inspirée, et il y avait plusieurs choses dont j’avais envie de vous parler. Il n’est pas uniquement question de livres et de films/séries dans ce billet. Ca sera un article fourre-tout, random :)

lectures

J’ai commencé le mois de février avec le Bal d’Irène Némirovsky. Un court roman d’à peine cent pages dans lequel est dépeinte la relation conflictuelle entre une mère et sa fille adolescente. Une confrontation générationnelle caustique, tendre, et grinçante ! J’en enchainé avec La Femme au Miroir d’Eric-Emmanuel Schmitt, un cadeau de Marie, et dont je vous avais parlé dans cet article (dans ce même article, j’évoquais ma lecture en cours des Trois mousquetaires de Dumas – que je terminerai en mars!). Enfin, j’avais emprunté par hasard à la médiathèque les tomes 1 et 2 d’Aeternia de Gabriel Katz, véritable surprise car j’ai attribué 5 étoiles au premier opus sur Goodreads, premier coup de coeur de l’année ! Le second a peut être été moins percutant que le premier qui m’avait plusieurs fois éberluée. Mais il y a quand même de grosses révélations surprenantes !

Depuis le début de l’année, j’ai lu principalement des auteurs français, ce qui est assez rare car j’ai tendance à me tourner davantage vers la littérature britannique ^^ Plusieurs ouvrages me tentent en mars – et là encore, mes envies peuvent changer  : Au Bonheur des Dames de Zola (lecture en cours) ; Brooklyn de Colm Tóibín ; To Kill a Mockingbird d’Harper Lee ; The Martian d’Andy Weir. 

visionnages

tumblr_o33lzkz4RN1qh109ao6_r1_250Agent Carter: Toujours aussi badass et élégante, Peggy revient dans une saison 2 ! Que d’émotions (j’ai pleuré plusieurs fois Y_Y) et de péripéties. J’ai toujours envie de faire de gros câlins à Jarvis tellement il est adorable, et j’ai adoré faire la connaissance de sa femme. Quel beau couple ♥︎ L’ambiance des années 40 aux Etats-Unis est toujours aussi bien reconstituée. L’intrigue surnaturelle est des plus prenantes !  L’épisode final sort déjà ce soir ! Je ne doute pas qu’il sera à la hauteur du reste de la saison. Heureusement qu’on va retrouver bien vite l’univers Marvel avec la sortie au cinéma de Captain America: Civil War en avril, ainsi que la saison 2 de Daredevil sur Netflix, le 18 mars !

tumblr_nya5i2JSAE1tdtf4ro4_400Le dernier nouveau-né Disney n’a pas été un coup de coeur pour moi. Zootopie est une immense ville où les animaux de toutes espèces vivent en presque harmonie. L’architecture de la ville est pensée selon la morphologie des habitants. Esthétiquement parlant, le film est une réussite. Judy est la première lapine a être promue policière. Elle quitte sa campagne natale pleine d’ambition et d’optimisme. Elle déchante vite quand elle est assignée ASVP. Elle va néanmoins être amenée à enquêter sur d’étranges disparitions avec Nick, un renard futé et un brin escroc. Ce duo atypique est ingénieux et j’ai beaucoup aimé l’alchimie entre eux deux. C’est au niveau de l’intrigue que j’ai été un petit plus mitigée. Je m’attendais à rire aux éclats, à être émue comme j’en ai l’habitude avec les Disney. Même la morale du film m’a paru un peu faiblarde quoiqu’importante (la tolérance toussa). Je suis restée sur ma faim, même s’il mérite d’être vu pour son esthétisme et la richesse de sa faune ^^ (Avis publié initialement sur la page FB du blog).

tumblr_nszh06XIrs1s5m2u3o3_250

Mon amie Charlène m’a prêté son Disney préféré, et qui est la raison de son amour passionné pour les lamas (=p). Il s’agit de Kuzco, l’empereur mégalo sorti en 2000 et que je n’avais JA-MAIS vu ! C’est désormais chose faite, et j’ai beaucoup rigolé ! Je l’ai vu en VF (il n’y a que les films d’animation que je tolère en version française x), et les chansons m’ont plu : surtout celle ci x !

Mais revenons à nos lamas ! J’ai aussi vu en février la moitié de la saison 1 de Brooklyn 99, et le début de la seconde ! C’est une sitcom américaine avec des blagues faciles mais des personnages attachants ^^ C’est plaisant même si ça ne vaut pas mes séries comiques indétronables et assez similaires: Parks&Recreation et The Office ! (il y a Friends aussi bien sur dans mes séries préférées mais Brooklyn 99 ne lui ressemble pas du tout xP). Parmi les autres choses vues, il y a un Long Dimanche de Fiançailles (2004) qui ne m’avait pas paru si difficile émotionnellement quand je l’avais vu petite (mon coeur devait être mieux accroché à l’époque hihi). J’aime beaucoup l’esthétisme si reconnaissable des films de Jean-Pierre Jeunet ! J’ai également regardé Les Virtuoses (1996), film britannique pas très connu me semble-t-il (détrompez-moi sinon!). L’histoire se passe dans une petite ville du nord de l’Angleterre dans les années 90. La plupart des habitants travaillent à la mine et celle-ci est sur le point de fermer. Malgré les problèmes financiers, la misère, ils n’ont plus que leur amour de la musique pour les faire (sur)vivre et peut être remporter le championnat national des brass bands. Un film social émouvant.

tumblr_o2jq2gDO3o1uo37o2o9_r2_250Ce que j’aimerais (re)voir en mars: La Route d’Eldorado ; Finir saison 2 The Musketeers (cf: gif ci-contre) ; aller voir peut être Brooklyn au cinéma. Netflix a vraiment supplanté ma télévision que je ne regardais déjà plus beaucoup ces dernières années, et que je dois allumer grand maximum 3 fois par mois désormais mouhaha

.

décoo

..ou plutôt les beaux intérieurs que j’ai déniché sur Tumblr et Pinterest. J’adoore voir la manière dont les gens aménagent leur appartement.. et surtout leur pièce de bureau ! Je suis émerveillée par les talents décoratifs de certaines personnes. Dans mes rêves j’habite dans ces lieux xDD:

déco11

déco2

(x)(x)(x)

(x)(x)(x)(x)

IMG_20160227_174159Alimentation / Cosmétique : Soyons fous, je mélange les deux catégories ! Depuis quelques mois, je fréquente plus régulièrement les magasins bio et je me suis découvert des addictions nouvelles. Ca fait bien plus de 6 mois, que je mange des galettes de maïs aux graines de lin en semaine (la baguette c’est seulement le week-end chez nous!). J’aime bien découvrir de nouveaux aliments quand je vais chez Naturalia ou Biocoop : de la pâte à tartiner sans huile de palme (très bon..mais légèrement moins que le Nutella, il faut reconnaitre !), mélange boulgour-sésame-quinoa (mium mium j’en ai encore mangé ce midi!), huile de coco pour la cuisson etc.. Sinon je suis devenue fana de ces cappuccino à la noisette et à l’amande de la marque Maxwell House que l’on trouve dans à peu près tous les supermarchés !

J’ai aussi changé ma routine soin, en privilégiant des produits plus clean car lorsqu’on regarde de plus près la composition de certains shampooings, gels douche, déodorants qui sont commercialisés et vendus en masse, ça fait peur. Juste à titre d’exemple, le déodorant Narta que je mets depuis des années contient des sels d’aluminium qui peuvent augmenter le risque de cancer du sein. Réjouissant ! Du coup, je préfère me tourner dorénavant vers des produits dont la composition n’a rien d’alarmant (ce site m’aide beaucoup à me repérer). Ca ne coûte pas forcément plus cher et ça a le mérite de me rassurer.

peintures

tumblr_mgl5enfgNs1roedt4o1_500

The Green Gown de Thomas Edwin Mostyn.

Marie-Denise Villers détails

Détails de A Young Woman Seated by a Window de Marie-Denise Villers. 1801

mlodie

J’ai écouté relativement peu de musique ce mois-ci si ce n’est des playlists sur 8tracks et des soundtracks de films. J’aime particulièrement le morceau We move lightly, apaisant et un peu mélancolique ! Le second titre Folia – Baroque Violin, Viola da Gamba & Harpsichord m’a été recommandé par Marie (^^), et j’ai dû l’écouter une bonne trentaine de fois depuis le début du mois ! C’est un perpétuel ravissement pour les oreilles, et la vidéo est également magnifique.

sorties

Si vous me suivez sur Instagram, vous avez déjà dû voir ces photos !

sorties1

1/ L’Église Saint-Étienne-du-Mont (Paris 5e) 2, 3, 4/ La Sainte-Chapelle (Paris 1er).

sorties2

5, 6/ Musée des Arts Décoratifs, exposition 4 siècles de papiers peints et vitrail « Le Printemps » d’Eugène Grasset (Paris 1er) 7/ Panthéon (Paris 5eme) 8/ Sortie cinéma et Starbucks

Voici à peu près tout de mon bilan du mois de février ! N’hésitez pas à me partager vos propres découvertes livresques/sériesques/gustatives[…] ^^ Je vous souhaite un excellent mois de mars o/