« The person, be it gentleman or lady, who has not pleasure in a good novel, must be intolerably stupid. »

IMG_20170817_214525_355

Ma première découverte de l’oeuvre de Jane Austen remonte désormais à plusieurs années (à 2009 exactement !) – et j’ai envie de me lancer comme défi de relire tous ses romans mais aussi d’apprendre à mieux à connaitre la Femme qui se cachait derrière cette plume tellement affutée et au regard ironique voire moqueur sur les moeurs de son époque.

C’est avec  délectation que j’ai donc remis le nez dans Northanger Abbey – et j’ai pris tout autant de plaisir à le redécouvrir ! L’intrigue se passe presque en totalité à Bath où la jeune héroïne de 17 ans Catherine Morland accompagne un couple d’amis de ses parents. C’est une véritable aventure pour cette jeune fille qui n’a jamais quitté le nid jusqu’à présent – et elle va participer aux mondanités qu’offre cette ville thermale. La naiveté de ce personnage m’a encore davantage sautée aux yeux que lors de ma première lecture ainsi que le ton ironique qu’emploie le narrateur pour la décrire. Catherine est passionnée de romans gothiques et elle dévore Les Mystères d’Udolphe d’Ann Radcliffe ce qui attise un peu trop son imagination. A Bath, elle va rencontrer le frère et la soeur Tilney, et va se lier d’amitié avec eux. Henry Tilney est l’un de mes personnages masculins préférés de Jane Austen avec le Colonel Brandon (Raison et sentiments) et Mr Darcy (Orgueil et préjugés). Il manie très bien le sarcasme lui aussi – mais c’est surtout son respect pour les femmes et la reconnaissance en leur intelligence à l’égal des hommes qui me plait énormément ! C’est un personnage que je considère féministe. Notamment, il ne considère pas la lecture comme une activité frivole réservée uniquement au sexe féminin. La voix de Jane Austen se fait entendre quand elle prend elle-même la défense des romans à travers les propos du narrateur: « Je refuse d’obéir à cette coutume mesquine et peu politique qu’adoptent si souvent les auteurs et qui consiste à déconsidérer, par une censure des plus méprisantes, le genre d’oeuvres même dont ils sont en train d’accroître le nombre. Ils rejoignent là leurs pires ennemis pour octroyer à de tels ouvrages les épithètes les plus cruelles et n’autorisent presque jamais leur héroïne à lire des romans. Si elle tombe par accident sur l’un de ces livres, elle en tournera à coup sûr les pages avec dégoût. Hélas ! Si l’héroïne d’un roman n’est point patronnée par l’héroïne d’un autre roman, de qui peut-elle attendre protection et considération ? Je ne saurais défendre une telle attitude.« 

Bien que la trop grande candeur et innocence de Catherine peut énerver certaines personnes – car il est vrai qu’il y a des choses grosses comme une maison qu’elle ne voit pas ! – c’est avec une certaine tendresse que j’ai suivi ces (més)aventures. Entre Bath et le domaine de Northanger Abbey appartenant à la famille Tilney, elle va connaitre le ravissement de participer à des bals, connaitre ses premiers émois amoureux et subir des trahisons qu’elle ne soupçonnait pas. Northanger Abbey est un roman d’apprentissage plaisant et amusant !

J’avais adoré l’adaptation de 2007 produite par la BBC, je vais la revisionner sous peu également ! Et de votre côté, quel est le roman de Jane Austen que vous préférez ? Et le premier que vous avez découvert ? ^^

Publicités

Northanger Abbey

3047636 Northanger Abbey

de Jane Austen – (1817) – 276 pages

10/18

Livraddict

Goodreads

*

4eme de couverture : Une jeune provinciale de bonne famille est envoyée à Bath, prendre les eaux, pour faire son apprentissage du monde et des intermittences du coeur. L’héroïne se retrouve égarée au milieu de conjonctures qui la rabaissent aux yeux du lecteur. En toute occasion, elle se comporte en référence à son livre de chevet, ‘Les mystères d’Udolphe‘ de Mrs Radcliffe.

*

Mon avis : Ahh quel plaisir de replonger dans un roman de Jane Austen . Il y a quatre ans déjà que j’ai découvert sa plume et son ironie mordante. Après Pride & Prejudice, Sense & Sensibility (mon préféré), Emma, Persuasion et Lady Susan, j’ai jeté mon dévolu sur l’avant dernier roman de l’auteure que je n’ai pas encore lu : Northanger Abbey.

*

Cette lecture a été un pur délice, et je remercie toutes les personnes qui m’ont convaincue d’emporter ce livre dans ma valise. Dès les premières pages, la narratrice se montre très sarcastique envers son héroïne, Catherine. Sous une apparence des plus banales, la jeune fille va devenir l’héroïne inattendue de cette histoire et c’est avec ironie que la narratrice nous narre le séjour de Catherine à Bath, et de ses amitiés naissantes avec les Tilney et les Thorpe.

*

Bien qu’on essaye de nous faire passer Catherine pour une nunuche, je me suis attachée à elle. Certes, c’est une héroine assez drôle à suivre en raison de son imagination débordante, comme lorsqu’elle se retrouve dans l’abbaye de Northanger et pense qu’elle va être mêlée à un mystère digne d’une intrigue d’Ann Radcliffe (les innombrables références aux Mystères d’Udolphe m’ont donné envie de sortir ce livre de ma PAL!). Il y a donc des passages très cocasses.

*

On entend parfois la voix de Jane Austen transparaître dans celle de la narratrice. Elle défend ainsi le droit des femmes de pouvoir lire des romans comme bon leur semble: «Des romans, oui, car je refuse d’obéir à cette coutume mesquine et peu politique qu’adoptent si souvent les auteurs et qui consiste à déconsidérer, par une censure des plus méprisantes, le genre d’œuvres même dont ils sont en train d’accroître le nombre. » Ces apartés sont intéressants et permettent de cerner un peu mieux l’idéologie de la romancière.

*

L’histoire se déroule en grande partie dans la ville de Bath où Catherine se lie d’amitié avec Isabelle Thorpe et son frère, John. Elle y rencontre également Henry Tilney, un personnage masculin austenien des plus appréciables mais qui manque un peu de charisme et de magnificence comparé à Mr Darcy ! Mais il est quand même très à mon gout ^^ Tous ces personnages se croisent lors de bals, de promenades à la campagne. Ca a un charme désuet, mais dans le même temps, le ton du récit est moderne. Les romans d’Austen n’ont pas pris une ride, c’est pour cette raison qu’ils sont toujours aussi populaires aujourd’hui. Il y a certains retournements de situation qui m’ont même prise de court. Et dans l’ensemble, j’ai vraiment aimé Northanger Abbey qui devient l’un de mes romans favoris de Jane Austen !

ITV ARCHIVE

001b

Récemment l’adaptation de 2007 avec Felicity Jones (alias Catherine) et JJ Feild (Henry Tilney) est passée sur ARTE et c’était vraiment chouette ! Felicity Jones exprime bien la candeur et l’innocence de l’héroine du roman. Et JJ Feild *soupir* magnifique ! Juste un point m’a surprise et quelque peu scandalisée: Catherine brûle son roman adoré « Les mystères d’Udolphe » pour mettre fin à ses excès de rêveries. Un peu radical à mon sens.. Mais sinon j’ai adoré :)

*

— Chronique #5 d’Italie